MICHEL HÉCART ET NOKIA DE BREKKA MARQUENT DE LEUR EMPREINTE LE GRAND PARQUET

Michel Hécart, en selle sur Nokia de Brekka, s'est adjugée l'épreuve phare du CSI 2*. Photo PSV Morel

Dimanche 25 mai - 18h06 | Marie de Pellegars

MICHEL HÉCART ET NOKIA DE BREKKA MARQUENT DE LEUR EMPREINTE LE GRAND PARQUET

L’épreuve qualificative pour le Grand Prix du CSI 2* du Grand Prix Classic, sous l’égide de la marque Office Easy, s’est tenue en milieu de journée sur le terrain d’honneur. Les quatre-vingt meilleurs couples de la compétition se sont ainsi qualifiés dans cette 1,45m pour l'épreuve majeure du week-end.

 

Quatre-vingt dix-sept couples se sont élancés entre les averses, sur la piste en herbe et ont tenté de déjouer les difficultés mises en place par le chef de piste Jean-Philippe Desmaret. Il avait alors choisi de confronter les athlètes à quinze efforts dont un double et un triple. Même si les fautes ont été parsemées, cette dernière combinaison, située en numéro six aux couleurs de Grand Prix Magazine dans la descente, s’est révélée être un véritable juge de paix. Les cavaliers ont alors dû trouver l’équilibre parfait afin d’entrer de la manière la plus juste possible et franchir les deux verticaux puis l’oxer de sortie sans pénalité. Nombre d’entre eux ont échoué sous les yeux d’un public averti parmi lequel se trouvaient des grands noms du monde équestre français tels que Michel Robert, Marcel Rozier, Patrick Carron (ayant tous les deux été entraîneur de l’équipe de France Senior à une époque) ou encore Christian Paillot (ancien vice-président de la Fédération française d’équitation). Dix-neuf couples ont cependant trouvé la clé du succès en sortant de piste avec un score vierge de toute pénalité. Six autres concurrents n’ont pas touché une seule barre mais ont été pénalisés par le chronomètre. Les Tricolores [Dominique Robert], [Philippe Leoni], [Aldrick Cheronnet], [François-Xavier Boudant], [Alexandre Fontanelle] ainsi que le Néerlandais [Robert Vos] ont en effet dépassé le temps imparti de soixante-seize secondes.

Un barrage galopant

 

Dix-neuf couples ont donc pris le départ sur le barrage réalisé avec huit obstacles. La ligne ayant posé de nombreuses difficultés au premier tour était à nouveau présente mais le triple avait été transformé en double ne conservant que le deuxième vertical et l’oxer. Malgré cela, les fautes ont à nouveau plu à cet endroit. La Britannique [Jemma Kirk], première à avoir réalisé un sans-faute, s’est donc élancée en ouvreuse et a réitéré sa performance dans un galop soutenu mettant ainsi la pression sur ses concurrents. Associée à [Quincy 126] elle a arrêté le chronomètre sur 44’94’’. Son exploit a été imité par le Belge [Gaetan Decroix] qui, avec [Emma VP], n’a malheureusement pas réussi à être plus rapide. Troisième à partir, le Vénézuélien [Andres Rodrigues] a pris des risques en réalisant un virage très serré pour se rendre sur l’oxer numéro cinq du parcours initial. Sa monture [Fifty Fifty Z] n’a pas réussi à se sortir de la difficulté. Avec quatre points il s’est classé dixième du classement définitif. La Tricolore [Alexandra Francart] s’est alors présentée à l’entrée de piste avec sa très performante [Quelstar du Vic BILH]. Elles n’ont pas fait mentir le speaker, Thomas Desmaret, qui, avant même la ligne de départ franchie, avait annoncé que les deux complices pouvaient être très rapides. Elles se sont emparées de la pole position avec un temps de 43’61’’. Le vainqueur de l’épreuve phare du CSI 2* d’hier (lire ici), [Gilbert Doerr], a tenté de les imiter en selle sur [Quito de Kerglenn] mais, le vertical quatre dans la montée, devenu le troisième obstacle du barrage, est tombé. Ils ont été relégués à la onzième place. La jeune [Adeline Hecart] accompagnée de [Question d Orval], n’est pas parvenue non plus à sortir un deuxième parcours sans faute. Avec huit points, la dix-septième position leur est revenue. Le Guatemala, représenté par [Alvaro Enrique Tejada Arriola] et [Voltaral Palo Blanco], a été rapide, mais pas assez pour devancer l’amazone française puisqu’ils ont signé un parcours en 43’93’’. Le grand vainqueur du Grand Prix Pro 1 de la semaine dernière, [Mathieu Laveau] (lire ici) est, quant à lui, parvenu à abaisser le temps de près de deux secondes grâce à [Phelius Sainte Hermelle] et à prendre le leadership de l’épreuve. Il n’a pas été inquiété par les trois concurrents suivants puisque les « Vestes bleues », [Florie Laure Etien] et [Robert Breul], ainsi que le Belge [Pieter Clemens] ont renversé une barre. Le coureur national, [Remy Deuquet] et son [Super Krack] sont parvenus à être une nouvelle fois sans faute mais avec un chronomètre trop lent. Son compatriote [Alexandre Cecille] sur [Le Top du Moulin] s’est fait piéger par le triple devenu double puisqu’ils ont poussé les deux barres au sol. Avec le concurrent qui est alors entré en piste, Mathieu Laveau savait qu’il pouvait voir s’envoler la victoire. Son ancien patron et récent vainqueur du derby de La Baule, [Michel Hecart] (lire ici), a confirmé qu’il fallait compter sur lui lors des épreuves de vitesse. 41’56’’, c’est plus rapide et c’est la tête du classement. Aucun des Belges, [Maxime Harmegnies] et [Gilles Dunon], ou des Français, [Maelle Martin] et [Olivier Perreau] n’est parvenu à détrôner le Normand.

Michel Hécart a donc remporté l’épreuve avec son fidèle [Nokia de Brekka]. 'J’apprécie beaucoup ce chef de piste et sur un terrain comme le Grand Parquet il peut vraiment s’exprimer. Mon premier parcours était assez fluide, mon cheval était vraiment disponible et j’ai ainsi pu réaliser ce que je voulais. Le barrage était très galopant, comme j’aime. J’ai pris quelques risques au début ce qui m’a permis d’assurer mon dernier obstacle. Nokia est en très bonne condition, je l’ai emmené ici car je voulais qu’il reste dans la compétition avant de me rendre au Global Champions Tour de Shanghai dans deux semaines', a réagi le cavalier du Haras de la Roque. Le Grand Prix Classic sourit à son poursuivant Mathieu Laveau. 'Mon cheval est très en forme et semble apprécier le Grand Prix Classic puisqu’il n’a pas loupé un parcours depuis le début ! Cela ne fait que deux mois que je l’ai. Plus je le monte et plus j’ose aller vite. Nous allons rapidement participer à des épreuves plus importantes. Il y avait un parcours correct en première manche puis un barrage très agréable à monter grâce aux grandes galopades. J’ai perdu du temps entre le un et le deux. Je ne le connais pas assez pour dérouler dès le début', a expliqué le second. Enfin, la cavalière de Champagne-Ardenne, Alexandra Francart, a ici rappelé qu’il faudrait compter sur elle cette saison. 'Ma jument a bien sauté. Nous étions quatre-vingt dix-huit au départ et seuls dix-neuf ont réussi à faire sans-faute. Je trouve qu’il y a un bon équilibre dans les parcours'.

 

Les résultats ici

À Fontainebleau, Marie de Pellegars-Malhortie
 

À lire également...

Réagissez