MAGIC ÉRIC, WONDERFUL POWERPLAY!

Eric Lamaze a tout demandé à Powerplay dans un barrage magique. Photo PSV Morel

Lundi 19 mai - 15h37 | Daphné G

MAGIC ÉRIC, WONDERFUL POWERPLAY!

Trois ans après sa victoire mémorable avec Hickstead, Éric Lamaze a remporté son deuxième Grand Prix de France, cet après-midi à La Baule, en selle sur Powerplay. Le Canadien a triomphé au terme d’un barrage à neuf d’anthologie. Abdelkebir Ouaddar et Patrice Delaveau complètent un podium magnifique. La Baule, c’était du grand, du très grand sport.

Chacun le sait, les journalistes ont une affreuse tendance à tomber dans la facilité des superlatifs. Mais là, il faudrait être fichtrement rabat-joie pour ne pas en user. Un ciel bleu azur, des tribunes, des butes et des mains courantes pleines à craquer d’un public plus enthousiaste que jamais, un terrain d’une excellente qualité, un parcours très bien construit, un barrage certes sans option flagrante, mais assez tournant pour proposer quelques choix aux cavaliers. La seconde manche, format à double tranchant, a été remplacée par un barrage, détail qui a toute son importance. Que demande le peuple? Du pain et des jeux. Pour le pain, les estomacs ont dû bouleverser leurs habitudes avec un Grand Prix programmé à 12h30. Pour les jeux, on peut dire que le peuple a été rassasié.

Au menu du jour : treize obstacles pour seize efforts, dont une avant-dernière ligne très délicate formée d’un oxer massif, d’un double vertical sur bidet-oxer et d’un vertical. C’est là que se sont brisés bien des espoirs de succès, pour ne pas dire plus, en ce qui concerne [Urico], le crack de [Ben Maher], qui est sorti en boitant du double avant d’être soigné, plâtré et escorté hors de la piste dans un van. Croisons les doigts pour que rien de trop ne lui soit arrivé.

Les Français, on le verra plus tard, ont réussi une superbe performance d’ensemble, même si la victoire leur a échappé – ils ne pouvaient pas tout gagner ! Cela n’a hélas pas fonctionné pour [Julien Epaillard], pénalisé de douze points avec [Qarat de la Loge], [Marie Hecart], prise sur l’entrée du triple placé en douze avec une [Myself de Breve] toujours aussi généreuse, [Michel Hecart], battu sur la sortie du double et le milieu du triple avec [Quatrin de la Roque], [Olivier Guillon], qui n’a pas pu sortir du double avec [Lord de Theize], [Timothee Anciaume], piégé par l’entrée du double avec [Padock du Plessis]*HN, [Laurent Goffinet], surpris sur l’oxer numéro quatre avec [Qantar des Etisses], impeccable par la suite, [Roger-Yves Bost], fautif sur la sortie du double et le milieu du triple avec [Qoud Coeur de la Loge], [Mathieu Billot], sur l’entrée du triple avec [U2], également trop lent, et enfin [Jerome Hurel], qui a échoué sur la sortie du double, l’entrée du triple et l’oxer sur bidet numéro treize. On retiendra, pour ce dernier, sa très bonne Coupe des nations de vendredi.

Kevin et Simon se rassurent pleinement

Vu la liste et l’ordre des partants, on imaginait bien que ce barrage serait spectaculaire, mais à ce point! [Simon Delestre], l’ouvreur, appuie déjà sur le champignon avec [Qlassic Bois Margot], auteur d’un double sans-faute de très bon augure avant la Coupe de nations de Rome, qui lui offre la septième place. [Kevin Staut] s’est lui aussi pleinement rassuré avec un double sans-faute de plus de deux secondes plus rapide avec [Reveur de Hurtebise]*HDC, pimpant, aux ordres et bon sixième. Le Britannique [Joe Clee], lui, ne prend pas tous les risques avec l’excellent [Utamaro d Ecaussinnes], dix ans, qui disputait là son premier Grand Prix CSI 5*. Double sans-faute, il termine à une excellente huitième place.

À la relance durant tout le parcours, [Patrice Delaveau] défend son titre comme un lion enragé et signe ce qu’on pense alors être presque imbattable sur [Carinjo] 9*HDC, qui n’a décidément rien d’un troisième cheval, même s’il termine justement troisième aujourd’hui. Quelle classe! Le jeune Belge [Jos Verlooy], malheureux vendredi dans le seconde manche de la Coupe des nations, où il avait un peu offert la victoire à la France, signe cette fois un double sans-faute de très bonne facture lui offrant la cinquième place avec [Domino] pour douze centièmes de mieux que Kevin. [Penelope Leprevost] conclut en beauté un excellent week-end en dessinant fort bien son barrage avec [Dame Blanche van Arenberg], quatrième à quatre dixièmes de Carinjo, et qui a tout d’une jument de championnat.

Kebir enflamme François-André

Entre alors un couple déjà dans le cœur du public, et tout particulièrement en France, où ses performances suscitent joie et admiration tous les week-ends. Vainqueurs dimanche dernier au Touquet, le Marocain [Abdelkebir Ouaddar] et [Quickly de Kreisker] réussissent l’impensable, grâce à un dernier virage indescriptible, pour terminer à une excellente… deuxième place. La messe n’est donc pas encore dite. La Canadien [Eric Lamaze] entame son barrage au grand galop, retire une foulée dans la première ligne, puis une autre dans le virage à 250° précédant l’oxer sur bidet onze avant de profiter au mieux des immenses foulées de [Powerplay], l’ancien cheval de [Pius Schwizer]. Généreux, hyper respectueux, le fils de Casall offre à son cavalier son premier Grand Prix CSI 5* depuis celui de Calgary, à la fin de l’été 2011, le dernier de la carrière de l’extraterrestre Hickstead. Le premier épisode de ce qui pourrait bien être une nouvelle grande saga. En 2011, Hickstead avait réussi le doublé La Baule – Rome. On attend déjà Powerplay dimanche prochain sur la Piazza di Siena. Pour de nouvelles grandes émotions comme ces vieux CSIO savent si bien en offrir.

À La Baule, Sébastien Roullier

Les résultats

Les résultats du Grand Prix ici

À lire également...

Réagissez