PATRICE DELAVEAU JETTE L'EPONGE, COUP DE MASSUE SUR LYON

Brillants hier soir encore au barrage, Patrice Delaveau et Lacrimoso 3*HDC doivent se retirer de la compétition. Photo Scoopdyga

Lundi 21 avril - 16h43 | Daphné G

PATRICE DELAVEAU JETTE L'EPONGE, COUP DE MASSUE SUR LYON

Triste, très triste nouvelle que celle du retrait de Patrice Delaveau et Lacrimoso 3*HDC, qui tenaient la tête du classement provisoire de la Coupe du monde, à l’issue des deux première épreuves, à égalité avec Steve Guerdat et Nino des Buissonnets. Prudent et courageux, l’entourage du cheval n’a préféré prendre aucun risque.

Les finales de Coupe du monde sont rarement exemptes de drames. Celle de Lyon, trente-sixième du nom, n’a malheureusement pas échappé à cette terrible tradition. Ce matin, la visite vétérinaire a en effet marqué la fin, prématurée d’une aventure qui semblait vouloir offrir à Patrice Delaveau l’un des plus beaux titre de sa carrière. 'Le sport en a décidéautrement', a-t-il déclaré en conclusion d'une courte allocution dans laquelle il n’a pas pu masquer une légitime tristesse, tout en se montrant d’une grande dignité.

Dès hier soir, avant le barrage du Grand Prix faisant office de deuxième épreuve de cette finale, le Normand n’a pas senti son cheval en pleine possession de ses moyens. 'À la détente, je ne le sentais pas à 100% au trot, un peu inconfortable. Il a tout de même très bien sauté au paddock, puis à nouveau en piste. Ensuite, le cheval a été examiné par les vétérinaires, qui n’ont rien détecté d’anormal. Ce matin, mes craintes se sont hélas avérées fondées. Lacrimoso n’était pas à 100% quand je l’ai détendu avant la visite vétérinaire. Il était très sensible à la pince du pied d’un antérieur. Je pense qu’il n’y a rien de très grave. Ce n’est d’ailleurs pas perceptible au pas. Nous avons tout de même décidé de le présenter à la visite vétérinaire, qu'il a été naturellement pas passé. On nous a proposé d’attendre vingt-quatre heures pour le représenter, mais nous avons préféré jeter l’éponge pour ne prendre aucun risque pour lui.'

Sylvie Robert 'sincèrement désolée'

La décision est d’autant plus digne que le couple était en tête de cette compétition. 'C’est un vrai coup dur, car j’avais de bonnes chances, et beaucoup de gens derrière moi, aussi. Je suis très déçu pour les organisateurs de ce bel événement qui ont mobilisé tant d’énergie. Mais bon, Lacrimoso est un grand cheval. Il n’a que dix ans. J’espère qu’il pourra sauter beaucoup d’autres finales de Coupe du monde', a encore déclaré le Normand. Patrice, également qualifié pour cette finale avec [Orient Express]*HDC et [Carinjo 9]*HDC, n’a exprimé aucun regret de ne pas les avoir engagés, rappelant qu’Orient reprenait toute juste la compétition, tandis que Carinjo avait montré un petit ras-le-bol des concours indoor. 'Si c’est pour n’avoir aucune chance et commettre trois fautes demain, autant rentrer à la maison.'

Présente aux côté du cavalier et de Philippe Guerdat (lire la réaction du sélectionneur ici), Sylvie Robert, la directrice de cette finale française, a tenu à apporter son soutien à toute l’équipe de France. 'Je suis sincèrement désolée pour Patrice, son cheval, ses propriétaires et toute son équipe, que je remercie très chaleureusement de son implication constante dans les sports équestres et dans nos concours, tout au long de l’année. Je souhaite que les deux cavaliers français, [Kevin Staut] et [Simon Delestre], fassent de leur mieux demain lors des deux dernières manches, ne serait-ce que pour leur copain.'

Voilà qui ponctue brusquement et tristement une bien belle histoire en marche. On ne peut que saluer la sagesse de Patrice, d’Armand et Emmanuèle Perron-Pette et de Philippe Guerdat. Gageons que le destin le leur rendra.

À Lyon, Sébastien Roullier

À lire également...

Réagissez