Lundi 21 avril - 11h21 | Daphné G

« J’ABORDE LA LIBRE SANS PRESSION », MARC BOBLET

Neuvième à l’issue du Grand Prix de la finale de la Coupe du monde de dressage de Lyon avec une moyenne de 71,814% , Marc Boblet aborde la Reprise Libre en Musique de dimanche après-midi sans pression. Le Tricolore compte profiter de chaque instant avec sa jument Noble Dream*Concept Sol et espère offrir au public français du beau spectacle.

GrandPrix-Replay.com : Cette finale de la Coupe du monde à Lyon est votre toute première. Êtes-vous satisfait de votre Grand Prix avec Noble Dream*Concept Sol ? Marc Boblet : Oui je suis très content de la reprise car la détente était compliquée, la jument était très chaude, je n’arrivais pas à galoper et je faisais faute sur faute. J’étais donc un peu inquiet en rentrant en piste. Il est certain que je n’ai pas pu la monter comme je le souhaitais mais en revanche, j’ai pu enchainer tous les exercices. La jument a suffisamment d’expression pour que je puisse la laisser dans cette attitude là. Je suis assez content du travail piaffer-passage car le point litigieux reste toujours la sortie entre les deux. Elle s’est quand même bien contenue, nous avons connu bien pire (rires).

G.P-R. : Vous dites que vous n’avez pas pu la toucher et cela s’est en effet surtout vu dans le piaffer qui peut être bien meilleur. Il y a eu cependant de très bons moments sur ce Grand Prix… M.B. : Oui comme dans les appuyers et les transitions dans le passage où elle n’a pas vraiment besoin de moi. Je lui indique un peu la direction mais elle a un flux naturel que je peux vraiment utiliser quand elle est un peu chaude. Il est cependant certain que ce qui nous changera la vie, quand ce jour viendra (rires), sera lorsque je pourrais la monter sur chaque figure. A ce moment là, les choses seront différentes car je pourrais modifier un peu l’équilibre et avoir plus de contrôle. Je m’aperçois ici que nous n’en sommes pas encore là.

G.P-R. : Nous avons pu aussi constater de gros progrès sur la ligne de changements de pieds au temps et la pirouette au galop à droite ? M.B. : Oui, la jument a vraiment bien progressé sur les temps et j’ai enfin réussi à régler le problème sur la pirouette à droite. Pour moi, aujourd’hui, elle était quasiment meilleure que la pirouette à gauche. Les postérieurs sont plus décalés, elle prend plus son temps et surtout elle est sereine ce qui reste la clé avec cette jument. Si elle est sereine et qu’elle décontracte son corps, alors elle se laisse faire. En revanche, si elle commence à regarder et à être tendue c’est une autre paire de manches.

G.P-R. : La note obtenue reflète-t-elle les sensations que vous avez eues aujourd’hui en piste ? Êtes-vous satisfait après votre déception à l’issue de l’étape de ‘s-Hertogenbosch ? M.B. : Pour moi la reprise était meilleure qu’à Londres où j’avais obtenu plus de points. Les juges ont leur propre barème en fonction des concours et c’est le jeu. C’est comme ça et il faut l’accepter mais j’espère faire mieux demain. Il est certain que notre Grand Prix ici à Lyon n’a rien à voir avec celui de Den Bosch où l’on ne formait pas du tout un couple. Nous étions l’un contre l’autre et l’enchainement s’est fait un peu à l’arraché. Aujourd’hui, nous avons récupéré ce petit plus un peu magique qui fait qu'elle peut être incroyable à monter.

G.P-R. : Comment abordez-vous la Libre de dimanche ? M.B. : J’ai hâte d’y être puisqu’avec Noble Dream chaque jour est différent (rires). Mais espérons que cela soit un bon jour (rires). J’ai déroulé deux fois la Libre que je vais présenter, une fois à Amsterdam où nous sortons avec plus de 76%, puis à Den Bosch où j’ai plus limité les dégâts. Je pense que nous sommes aujourd’hui tous les deux dans un super état d’esprit. Pour ma part, j’entends vraiment profiter de cette piste et du fait de me trouver au milieu de tous ces cavaliers incroyables et surtout d'avoir le public derrière nous. J’aborde la suite très sereinement et sans pression ça c’est certain. Le but va être de garder Noble Dream la plus relâchée possible sur toute l’échéance. Le matin, nous ferons juste un travail d’assouplissements qui passera essentiellement par la qualité du contact.

Propos recueillis par Elodie Muller à Lyon 

À lire également...

Réagissez