DE LA HAUTE VOLTIGE AU CADRE NOIR DE SAUMUR

Le champion d'Europe en titre, Jacques Ferrari, a remporté l'édition 2013 du concours international de Saumur. Il vient cette année défendre son titre. Photo Daniel Kaiser

Dimanche 20 avril - 04h40 | Sébastien Roullier

DE LA HAUTE VOLTIGE AU CADRE NOIR DE SAUMUR

Ce week-end, les voltigeurs s'affronteront à l'École nationale d'équitation de Saumur dans le cadre du premier CVIO 3* de l’année. Huit nations se rassembleront dans l'enceinte du Cadre Noir afin de tenter de remporter la victoire de cette vingt-sixième édition du concours international de voltige qui organise pour la première fois une étape de la Coupe des nations.

 
LES ENJEUX

Cette compétition étant le premier CVIO 3* de l'année, les voltigeurs viendront se mesurer à leurs adversaires afin d'évaluer l'efficacité du travail réalisé pendant la trêve hivernale. Ce rassemblement sera également l'occasion pour les athlètes de faire un point sur leur situation à presque quatre mois des Jeux équestres mondiaux FEI Alltech 2014 en Normandie. Pour les entraîneurs nationaux, les premières sélections se dessineront ce week-end.

À NE PAS MANQUER

L'épreuve reine de la compétition sera la Coupe des nations qui verra s'affronter équipes et individuels sur un programme libre en musique. Le public pourra donc admirer cette épreuve originale dans laquelle les meilleurs mondiaux se rencontreront.

[Nicolas Andreani] présentera son nouveau programme libre qu'il a réalisé pour la première fois à Bordeaux et qui lui a ainsi permis de remporter la Coupe du monde après son échec au dernier championnat d'Europe. Son compatriote [Remy Hombecq], juste devant lui au classement mondial avec une troisième position, évoluera aux côtés de [Dyronn], cheval qu'il partage avec [Clement Taillez]. Ces deux derniers participeront également à la compétition en équipe.

Les concurrents devront d'ailleurs se méfier de cette performante équipe française de la Cigogne. Formée depuis plusieurs années, les six voltigeurs cumulent les succès avec leur cheval [Watriano R].

La Britannique [Lucy Philipps], huitième meilleure voltigeuse du monde, sera également de la partie.

La première française au niveau mondial, [Manon Noel], vingt-et-unième, viendra également dérouler ses programmes imposé et libre devant son public.

Concernant l'épreuve du Pas-de-Deux, les Britanniques, [Joanne Eccles] et [Hannah Eccles], troisièmes meilleures duo sur la scène internationale, traverseront la Manche afin de se mesurer aux deux autres binômes présents.

LES BLEUS

Outre les deux équipes de la Cigogne, composées chacune de six voltigeurs, les Français seront neuf à prendre le départ des autres épreuves. Trois femmes tricolores tenteront de s'imposer devant leurs concurrentes venues de Grande-Bretagne, d'Allemagne ou encore d'Irlande. [Christelle Haennel], qui concourt également dans la première équipe de la Cigogne, fera le déplacement. Elle sera accompagnée par [Manon Moutinho], championne de France amateur 1 au Mans en juillet dernier. Elles présenteront Quartz d Olbiche et [Watson]*ENE-HN.

Six hommes porteront haut les couleurs du drapeau français dans l’épreuve du CVIO 3* qui leur est dédiée. [Vincent Haennel] et [Ivan Nousse], respectivement avec Quartz d Olbiche et [Ramazotti 155], feront tous les deux leur retour sur la scène internationale. Le premier n'a pas concouru sous le label international depuis le CVI 3* de Strasbourg en mai 2013 et le second a quitté les terrains en novembre dernier après le CVI-W de Paris.

DANS LE RÉTRO

Lors de l'édition 2013, [Jacques Ferrari] avait remporté l'épreuve réservée aux hommes avec son fidèle [Poivre Vert]. Il sera présent cette année pour défendre son titre et essayer de battre une nouvelle fois son compatriote Nicolas Andréani.

Chez les femmes, la Britannique Joanne Eccles, cinquième du classement mondial, s'était imposée pour la deuxième fois consécutive. Elle viendra à nouveau tenter de s'imposer devant ses concurrentes.

LE GUIDE

La Coupe des nations se déroulera dimanche à partir de 16h15.


La liste des partants ici.

Marie de Pellegars-Malhortie

À lire également...

Réagissez