L’ÉPILOGUE DE LA COUPE DU MONDE CE WEEK-END A LYON

L'an passé, l'Américaine Beezie Madden en selle sur Simon, avait remporté la finale à Göteborg. Elle tentera de réitérer l'exploit cette année. Photo Scoopdyga

Samedi 19 avril - 00h22 | Sébastien Roullier

L’ÉPILOGUE DE LA COUPE DU MONDE CE WEEK-END A LYON

Après une saison entière de course aux points, la lutte finale se déroulera ce week-end dans les halls d'Eurexpo à Lyon. Quarante-et-un cavaliers de vingt nations différentes sont parvenus à décrocher leur ticket pour cette ultime confrontation. Tous sont venus avec un seul but, monter sur la plus haute marche du podium de cette compétition tant disputée.


ENJEUX


Les meilleurs cavaliers de la planète sillonnent depuis plusieurs mois les quatre coins du monde dans le seul et unique but de fouler la piste de Lyon lors de la finale et de décrocher le graal. Ce week-end, les cavaliers tenteront tous de s'emparer de ce titre honorifique au terme de la chasse vendredi, puis du Grand Prix samedi et enfin des manches finales lundi.


Actuellement les États-Unis et l'Allemagne sont les deux nations détentrices du record de victoires dans cette épreuve. Elles en ont chacune remporté neuf et se rendent ce week-end en Rhône-Alpes afin de glaner une dixième médaille. 


Cet événement sera également l'occasion pour les cavaliers, évoluant chacun depuis presque six mois sur leur territoire, de se rassembler et de se confronter aux meilleurs mondiaux venus des quatre coins de la planète.


À NE PAS MANQUER


Lors de cette finale de la Coupe du monde, les concurrents devront se méfier des anciens gagnants de ce circuit mués par le désir de retrouver cette place gagnée auparavant. Parmi eux, il y aura notamment les deux génies allemands [Ludger Beerbaum] et [Marcus Ehning]. Le Kaiser s'était emparé de la première position en 1994, à Göteborg, en selle sur la mythique [Ratina Z]. Cette année, il se présentera avec [Chaman] et [Chiara 222] afin de réécrire le scénario d'il y a vingt ans. Le second, quant à lui, a inscrit cette victoire à son palmarès à trois reprises. [Anka] lui a offert la première en 2003, à Las Vegas. Il a réitéré l'exploit en 2006, à Kuala Lumpur, accompagné de [Sandro Boy] et quatre ans plus tard, à Genève, avec Noltes [Kuchengirl] et [Plot Blue]. L'Allemand est en forme actuellement puisqu'avec son mâle gris, [Cornado NRW], il a remporté cette saison les Grands Prix du CSI 5*-W de Bordeaux et le CSI 5* de Paris. Il s'est aussi classé quatrième du Grand Prix du CSI 5*-W de Stuttgart.


Le numéro un mondial, le Britannique [Scott Brash], associé à [Ursula XII], s'annonce aussi comme un adversaire sévère après avoir réalisé une incroyable saison de la Coupe du monde à Wellington, en Floride. [Michael Whitaker] représentera également le drapeau britannique avec ses deux meilleures montures, [Amai] et [Viking]. Il faudra compter sur lui puisqu'en trente-six saisons, il n'est que très rarement passé à côté d'une finale.


Le jeune Belge, [Nicola Philippaerts], évoluera sous les plafonds lyonnais avec [Donatella-N]. Il participera ici à sa première finale de la Coupe du monde après avoir décroché sa qualification en remportant d'une main de maître le Grand Prix du CSI 5*-W de Göteborg, en mars dernier.


LES BLEUS


La France, nation hôte, sera représentée par trois cavaliers parmi les favoris. Les hommes de Philippe Guerdat sont en forme et vont essayer de le prouver ce week-end. Champion d'Europe, vainqueur de la finale de la Coupe des nations à Barcelone en septembre dernier… il manque le titre de gagnant de la Coupe du monde aux Tricolores. Ce dernier a été remporté pour la seule et unique fois par un Français, il y a tout juste dix ans, à Milan. [Bruno Broucqsault] et [Dileme de Cephe] avaient réalisé l'exploit devançant l'Allemande [Meredith Michael-Beerbaum] en selle sur [Shutterfly] et le Suisse [Markus Fuchs] avec [Tinka s Boy].


Après le désistement de [Roger-Yves Bost] dû à une blessure de sa jument Castle Forbes [Myrtille Paulois] (lire ici), et le choix de [Penelope Leprevost] de ne pas se rendre à Lyon (lire ici), trois Français prendront le départ de la compétition dès vendredi. [Kevin Staut], meilleur cavalier français et troisième l'an passé, se rend à Lyon avec pour objectif de décrocher enfin le titre tant convoité. Pour cela, il comptera naturellement sur sa fidèle [Silvana]*HDC, très performante en indoor. [Patrice Delaveau] sellera [Lacrimoso]*HDC. Le couple fait partie des favoris puisqu'ensemble, ils ont remporté le Grand Prix du CSI 5*-W de Leipzig début janvier, ont terminé huitièmes de celui de Zurich deux semaines plus tard et se sont emparés de la deuxième position il y a un mois dans le Grand Prix du CSI 5* de Paris. [Simon Delestre], qualifié in extremis, présentera [Napoli du Ry] et [Valentino Velvet].


L'entraîneur national a livré son sentiment sur ses protégés. 'Je pense qu'il sera plus compliqué pour Simon que pour les deux autres de monter sur le podium. Cela serait bien que nous ayons deux, voir les trois cavaliers en finale. Après, entre la septième place et le podium cela ne se joue à rien, c'est un championnat. Kevin sait qu'il ne fera pas encore beaucoup de finales avec Silvana donc il va se donner à fond. Dans leur tête ils sont bien. Ils vont jouer la chasse parce que si nous sommes mal placés après cette épreuve ça va être compliqué.'


DANS LE RÉTRO


L'an passé, l'Américaine [Beezie Madden] en selle sur [Simon] avait ajouté une victoire au tableau de chasse des États-Unis. Qualifiée d'office grâce à sa performance, elle défendra à nouveau son titre avec son fils de Mr Blue. Le Suisse champion olympique en titre, [Steve Guerdat], l'avait alors suivi. Il tentera d'en découdre ce week-end avec l'aide de son performant [Nino des Buissonnets] qui sera épaulé par la fille de Cumano, [Nasa].


LE GUIDE


La compétition débutera vendredi à 20h par la Chasse. Samedi, les cavaliers s'affronteront dès 15h dans une épreuve type Grand Prix. Lundi, un cavalier sera sacré à l'issue des deux manches de la finale dont la première commence à 14h.


Les listes de départ et les résultats ici.

Le live. 

Marie de Pellegars-Malhortie

À lire également...

Réagissez