FACE À LA FRONDE, MEYDAN S'EFFACE DES JEUX ÉQUESTRES MONDIAUX

Le Cheikh Mohammed Al Maktoum et la FEI ont décidé que Meydan ne serait pas sponsor officiel des JEM. Photo Scoopdyga

Mercredi 16 avril - 15h24 | Marie de Pellegars

FACE À LA FRONDE, MEYDAN S'EFFACE DES JEUX ÉQUESTRES MONDIAUX

Depuis l'annonce par la Fédération équestre internationale et le comité d'organisation des Jeux équestres mondiaux du partenariat signé avec Meydan, de nombreuses voix s'étaient élevées pour dénoncer le mélange des genres et le conflit d'intérêts qui ont fait tant de tort à l'image de l'endurance ces dernières années. Malgré l'assurance des organisateurs (à lire dans le numéro d'avril de Grand Prix Magazine) que l'équité sportive serait respectée dans cette discipline contestée, la fronde opposée par de nombreuses personnalités a visiblement eu raison des ambitions de Meydan. La société dirigée par le Cheikh Mohammed ben Rashid Al Maktoum, vice-champion du monde en 2010, Premier ministre des Émirats arabes unis et mari de la président de la FEI, ne sponsorisera plus de grands événements sportifs jusqu’à nouvel ordre.

 


Durant la réunion du 30 mars consacrée à l'endurance (lire également ici), entre la FEI et Sa Majesté le Cheikh Mohammed ben Rashid Al Maktoum, des points significatifs ont été discutés afin de permettre la mise en place de conditions sportives plus équitables et d'assurer l'intégrité de la discipline. Au cours de ces discussions, 'Cheikh Mo' a pointé du doigt le fait que Meydan est actuellement l'organisateur de la vie équestre à Dubaï et que, tant que cela resterait ainsi, il serait plus prudent de mettre un terme à son partenariat avec les Jeux équestres mondiaux FEI Alltech 2014 en Normandie. En conséquence, Meydan ne sera plus sponsor officiel des JEM.


Afin de ne pas mettre à mal le comité d'organisation, le département commercial de la FEI a travaillé avec le Cheikh pour trouver un nouveau sponsor. Le groupe Sobha, promoteur immobilier et gestionnaire de centres commerciaux, hôtels et autres dont le siège se situe à Bangalore en Inde, et qui réalise de nombreux investissements aux Émirats arabes unis, au Sultanat d'Oman, au Qatar, à Bahreïn, au Sultanat de Brunei et en Tanzanie, a proposé de reprendre le partenariat avec les JEM. À noter que Sobha est associé à Meydan pour le développement de l'immense cité dédiée au cheval, située près de Dubaï et conçue par le Cheikh. Ce changement de sponsor sera approuvé de manière formelle par la direction des JEM le jeudi 17 avril.


Meydan restera cependant sponsor du groupe de travail mené par la FEI concernant l'endurance afin de lui permettre de mettre en place les solutions techniques nécessaires afin d'assurer des conditions plus justes, dès cet été en Normandie. Mohammed Al Maktoum a également confirmé qu'il faciliterait, à travers le département commercial de la FEI, l'établissement de structures d'accueil lors de la journée de compétition d'endurance en Normandie. De cette manière, tous les athlètes bénéficieront des mêmes facilités.


De plus, lors de la conférence sur l'endurance, organisée à Lausanne en février, présidée par le vice-président de la FEI, John Mc Ewen, il a également été mis en exergue que les activités commerciales et sportives devaient être clairement séparées. C'est pourquoi le comité technique et le département de l'endurance ne peuvent être investis dans aucune activité et transaction commerciale. Seul le département commercial de la FEI aura désormais ce rôle.


Le secrétaire général de la FEI, Ingmar de Vos, a annoncé clairement aux organisateurs d'endurance que les officiels devaient être préalablement informés des conditions d'hébergement, de transport et des indemnités journalières. Ces paiements ne pourront être réalisés que par le comité organisateur. La FEI étudie actuellement la possibilité de centraliser ces paiements afin de garantir un traitement égal et de préserver l'intégrité des officiels. Des initiatives très encourageantes, mais restant à concrétiser.


Marie de Pellegars-Malhortie et Sébastien Roullier (avec communiqué)

À lire également...

Réagissez