'JE TRAVAILLE AUTANT QUE LES AUTRES', JULIEN EPAILLARD

Julien Épaillard évolue de plus en plus dans le haut niveau avec Cristallo ALM. Photo Scoopdyga

Mardi 01 avril - 11h43 | Marie de Pellegars

'JE TRAVAILLE AUTANT QUE LES AUTRES', JULIEN EPAILLARD

Ce mois-ci dans Grand Prix Magazine, le cavalier de saut d’obstacles [Julien Epaillard] s’est prêté au jeu des questions-réponses. Il est souvent décrit comme doué, bien marié mais pas assez travailleur. Pourtant, à bien regarder Julien Épaillard, sans se perdre dans ses grands yeux bleus, la caricature semble plutôt réductrice. Habile commerçant, le Cherbourgeois d’origine, installé au haras de la Bosquetterie, au Pré-d’Auge, avec sa femme Susana et Rutherford Latham, assume son itinéraire et défend ses choix. Après avoir bien débuté la saison 2014 en remportant plusieurs épreuves notamment lors des CSI 5* de Hong Kong et Paris, il revient sur son parcours et également sur son année 2013.


'Grand Prix : Quel bilan sportif dressez- vous de votre saison 2013 ? Julien Épaillard :
J’ai vécu une année en dents de scie. Qarat de la Loge (Dollar du Mûrier x Joyau d’Or, propre frère d’Idéal de la Loge) et Cristallo A*LM (Holst, Casall x Corofino) ont passé le cap des Grands Prix CSI 3* et 4*, mais ne sont pas encore assez endurcis. Mon programme n’était peut-être pas assez adapté à des chevaux de neuf ans. Au total, j’ai cumulé deux cents mille euros dans l’année. Rien d’extraordinaire. J’ai également encaissé une bonne descente au classement mondial (soixante-septième en février, ndlr), ce qui me ferme les portes du Global Champions Tour, alors qu’elles m’étaient ouvertes depuis longtemps.'


L’interview est à lire en intégralité dans le numéro de mars de Grand Prix Magazine, disponible en kiosques et via notre plate-forme de vente en ligne. Bonne lecture !


Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici,
Ou achetez en ligne le  numéro ici !

À lire également...

Réagissez