CICO 3* DE FONTAINEBLEAU : THIERRY TOUZAINT DRESSE LE BILAN

Thierry Touzaint, sélectionneur de l'équipe de France de concours complet, était présent à Fontainebleau pour observer les complétistes. Photo Scoopdyga

Mardi 25 mars - 19h41 | Marie de Pellegars

CICO 3* DE FONTAINEBLEAU : THIERRY TOUZAINT DRESSE LE BILAN

Après l’éclatante victoire de l’équipe de France et l’alignement de six cavaliers dans le top 10 du classement individuel, le sélectionneur national Thierry Touzaint dresse à chaud un premier bilan après le premier grand rendez-vous international de la saison.

GrandPrix-Replay.com : Quel est votre sentiment général sur ce weekend de compétition ?
Thierry Touzaint : Les résultats sont bons, mais il ne faut pas crier victoire trop vite. Il y avait de bons cavaliers, mais nous n’étions pas sur un concours du plus haut niveau international. Arnaud termine troisième, c’est un bon résultat qui confirme la bonne forme qu’il tenait déjà la saison passée.

GPR : Les cavaliers français viennent d’effectuer à Fontainebleau un très bon weekend…
T.T. : Dans l’ensemble, c’est effectivement un bon comportement qui se détache. Les moyennes de dressage sont en hausse, le gros travail hivernal commence à payer. Nous savons que quand le concours commence par un mauvais dressage, il est toujours très difficile de revenir après. Notre travail est loin d’être terminé, nous n’aurons atteint un niveau suffisant aux grandes échéances internationales que lorsque les chevaux passeront la barre des 70%.


Si nous devions avoir un point fort, ce serait l’épreuve de cross. Il faut dire que ce weekend nous avons eu l’avantage d’avoir fait Tartas avant, alors que les étrangers étaient plutôt sur un cross de rentrée. Le parcours était d'un vrai niveau 3*. Nous avons présentés un bon nombre de couples aguerris, il y avait même de quoi composer deux équipes !


Pour ce qui est du concours hippique, les chevaux ont plutôt bien sauté, ce qui montre que l’entraînement avec Thierry Pomel était une bonne idée. C’est le test qui a permis de confirmer que nous sommes en bonne voie car c’est toujours plus facile quand les chevaux sautent bien.

GPR : Vous êtes donc un sélectionneur heureux ?
T.T. : Le bilan à tirer est bon, mais il ne faut pas s’affoler. Dans notre discipline, les confrontations internationales de haut niveau sont assez rares, il n’y en a que quelques unes chaque année. Je pense que nous  verrons vraiment notre niveau par rapport aux autre seulement lors du CCI 4* du Pin, qui est vraiment une compétition de très haut niveau. Si l’on peut mettre la France dans les cinq ou six meilleures nations du monde, nous ne sommes encore que de bons outsiders.

GPR : Quel est le programme des cavaliers français ?
T.T. : Les compétitions vont être sélectionnées à la carte, selon les chevaux. Certains vont aller faire Badminton, d’autres iront à Pau. Il y a aussi le Grand National et les Championnats de France. L’idée est de garder le plus grand effectif possible le plus longtemps possible. À la fin, j’aurais vu évoluer tous les chevaux sur un total de sept ou huit épreuves et je pourrais arrêter une sélection pour les Jeux Equestres Mondiaux de Normandie.

Propos recueillis à Fontainebleau par Johanna Zilberstein
 

À lire également...

Réagissez