LE GRAND PALAIS, FORTERESSE ALLEMANDE

Marcus Ehning tient à n'en pas douter un exceptionnel crack avec Cornado NRW. Photo Frédéric Chéhu/Saut Hermès

Mardi 18 mars - 15h57 | Marie de Pellegars

LE GRAND PALAIS, FORTERESSE ALLEMANDE

Quatre ans après sa victoire avec Sabrina, Marcus Ehning a récidivé, cet après-midi au Grand Palais, confirmant la suprématie allemande dans cette enceinte magique. En selle sur Cornado NRW, le génie a devancé Patrice Delaveau et Lacrimoso 3*HDC... de trois centièmes!
 
On va finir par croire que Frank Rothenberger leur communique en douce le parcours de ses Grands Prix parisiens... À moins qu'ils soient plus forts que le reste du monde, hypothèse plus probable. En l'absence du tenant du titre, [Ludger Beerbaum], qui a préféré l'immense piste d'Al Shaqab (dont il a remporté le Grand Prix hier soir) à la petite arène ensoleillée du Grand Palais, l'Allemagne est restée maîtresse du Grand Prix du Saut Hermès, qui a cette fois souri à [Marcus Ehning]. Ludger en 2013, l'Ukrainienne mais ex-allemande [Katharina Offel] en 2012, [Christian Ahlmann] (à égalité avec le Belge [Rik Hemeryck]) en 2011... et Marcus Ehning en 2010, pour la première édition de ce rendez-vous mi-sport, mi-mode. Le 'Centaure' est donc le premier à inscrire son nom pour la deuxième fois au palmarès de l'épreuve, dont la dotation a été doublée à 400.000 euros, afin de contrer la concurrence de Doha (650.000 euros).
Trente-sept couples en ont pris le départ. Avec trois sans-faute ([Patrice Delaveau], Katharina Offel et [Laura Renwick]) parmi les huit premiers candidats, on pensait ce Grand Prix abordable, mais c'était sans compter avec le jeu des ombres et lumières, et surtout sur deux lignes très copieuses et techniquement fort complexes. Il fallait d'abord s'attaquer au triple oxer-oxer-vertical sans pouvoir prendre d'élan, suivi d'un vertical à quatre foulées courtes. Et il fallait conclure avec un haut vertical dans une courbe face à la porte, puis avec un gros oxer, suivi à trois foulées d'un double vertical-oxer. Presque un deuxième triple...
Après une faute sur l'oxer naturel en numéro cinq, [Caroline Nicolas] et [Mozart de Beny] ont échoué sur le milieu du triple, le cheval se montrant quelque peu coquin, mais à la hauteur des cotes. Pas de problème sur les deux lignes délicates pour [Simon Delestre], mais [Qlassic Bois Margot] a légèrement renversé le fameux vertical dans la courbe, comme [Mathieu Billot] et [U2] quelques minutes auparavant. Un autre vertical, le numéro six, a chu au passage de [Julien Epaillard] et [Cristallo A]*LM, qui ont livré une bonne performance d'ensemble, marquée par quelques touchettes. Même faute pour [Philippe Rozier] et [Rahotep de Toscane], qui semble vraiment présenter le profil d'un cheval de Grand Prix.
 
Cornado et Lacrimoso au coude-à-coude
 
Le public attendait beaucoup de [Kevin Staut] et [Reveur de Hurtebise]*HDC. Il n'a pas été déçu... jusqu'au dernier oxer, que le fils de Kashmir a fait tomber avec ses antérieurs. Le cavalier en a pris toute la responsabilité. On attend désormais de revoir son cheval numéro un en extérieur, là où il devra véritablement prouver son statut en vue des Jeux équestres mondiaux. En attendant, son excellent chrono lui a offert la sixième place! Pour [Penelope Leprevost], adulée à son entrée en piste, le score a été plus lourd : douze points. Alerte en début de tour, [Nayana] s'est étonnamment inclinée sur le milieu du triple, puis sur le vertical dans la courbe et enfin sur le dernier oxer. Un jour sans. Une demi-heure plus tôt, Marcus Ehning avait signé le quatrième et dernier sans-faute.
Dans ce barrage à quatre, aucun temps mort. En selle sur [Lacrimoso 3]*HDC, brillant tout l'hiver, Patrice Delaveau est parti tambour battant, suivant un tracé serré. Le hongre a répondu à toutes ses attentes, bouclant son second tout sans faute et dans un tempo très sérieux. Katharina Offel, l'ancienne cavalière de Lacrimoso, a eu moins de réussite avec [Lacontino]. L'étalon a rué dans l'avant-dernière ligne, cassant le contrat de foulées de l'Ukrainienne sur le vertical numéro six, tout orange. Elle était de toute façon moins rapide. Laura Renwick devait déjà être bien heureuse d'avoir franchi le premier tour avec [Bintang II], le seul cheval de huit ans du plateau! Après avoir touché le premier obstacle, elle a renversé les deux suivants, laissant la voie libre à Marcus Ehning. Ayant l'avantage de partir en dernier, l'Allemand, battu de deux centièmes par [Nicola Philippaerts] à Göteborg, il y a deux semaines, est cette fois passé devant. Dommage pour Patrice Delaveau, qui poursuit son irrésistible ascension vers le sommet du classement mondial. De bon augure pour les deux couples, qu'on reverra à Lyon, pour la finale de la Coupe du monde.
 
À Paris, Sébastien Roullier
 
Les résultats

À lire également...

Réagissez