Ludger Beerbaum met tout le monde d’accord

Ludger Beerbaum repartira du Qatar plus riche de 214.500€. Beau voyage. Photo Al Shaqab

Mardi 18 mars - 15h08 | Marie de Pellegars

Ludger Beerbaum met tout le monde d’accord

L’Allemand s’est adjugé ce soir le Grand Prix du CSI 5* d’Al Shaqab, à Doha. Beaux joueurs, ses deux adversaires belges du barrage, Grégory Wathelet et Nicola Philippaerts, ont reconnu sa supériorité. Le Français Michel Hécart a terminé à la huitième place.

Les projecteurs du stade d’Al Shaqab se sont soudainement éteints pour accompagner la sortie des artistes d’un son et lumière féérique. Le vrai bouquet final du CHI qatari avait cependant eu lieu quelques minutes plus tôt, lorsque [Ludger Beerbaum], [Grégory Wathelet] et [Nicola Philippaerts] se sont disputés lors d’un barrage à trois la riche dotation (650.000 euros) du Grand Prix.

Deuxième à s’élancer sur [Chiara 222], l’Allemand a amélioré de plus de trois secondes la marque établie juste avant lui par Wathelet avec [Sea Coast Forlap DC]. Ne restait alors plus que Philippaerts et [Cortez] pour lui souffler la victoire. Meilleur temps de la première manche, le jeune belge a tout tenté, mais une erreur de précipitation l’a relégué sur la troisième marche du podium.

Ludger Beerbaum a résumé après coup les difficultés des parcours dessinés ce soir par le chef de piste des JO de Londres, Bob Ellis : « Je me suis demandé toute la journée comment il allait faire pour trouver un bon équilibre afin de ne pas trop pénaliser les cavaliers avec moins d’expérience. Je crois qu’il a parfaitement réussi. La seconde manche était plus courte, mais nettement plus difficile et je suis très content de m’en être sorti. Je n’aurais pas pu rêver mieux. »

Beau joueur, Grégory Wathelet a reconnu la supériorité de l’Allemand, déjà quatrième l’an dernier et deuxième de la finale du Global Champions Tour dans cette même enceinte magnifique de Doha. « Je savais que mon cheval n’était pas aussi rapide que le sien, alors je ne suis pas trop précipité pour assurer le sans-faute, a expliqué le Belge. Mais Ludger a été parfait, comme d’habitude. Je suis satisfait de ma deuxième place. »

L'erreur de Michel Hécart

Visiblement vexé à sa descente du cheval, le deuxième belge du barrage avait digéré son amertume en conférence de presse. « J’étais le dernier à partir et je connaissais le temps à battre. J’ai fait tout ce que j’ai pu, mais ça n’a pas suffi », a déclaré le récent vainqueur du Grand Prix Coupe du monde de Göteborg, très en vue toute la semaine.

[Michel Hécart] et [Pasha du Gué] ont longtemps été dans le coup ce soir. Auteur de l’un des huit sans-fautes du premier tour, le seul Français du plateau a pourtant été parfois à la limite, notamment sur le triple de la fin du parcours. « Le cheval était plus délicat qu’avant-hier, il y avait un peu plus d’ambiance », a confié le Normand, qui a vu le barrage lui échapper sur le tout dernier obstacle de la seconde manche. Cruel. « C’est de ma faute. Ce n’était pas une distance qui lui convenait . Je m’étais répété plusieurs fois que je devais faire six foulées et bêtement j’en fais cinq… Ce n’était pas le moment pour essayer ça. »

Michel Hécart a regardé le barrage aux côtés de [Steve Guerdat]. L’homme en forme de la semaine qatarie – jusque-là – était fataliste après la contre-performance de [Nasa], pénalisée deux fois pour temps dépassé. Comme la plupart des cavaliers, le champion olympique a tout de même salué la qualité de l’organisation et des installations monumentales du site d’Al Shaqab. Il ne reste plus au CHI qatari qu’à se trouver un public.   

À Doha, Sébastien Duval

Les résultats

1. Ludger Beerbaum (Allemagne) et Chiara 222

2. Grégory Wathelet (Belgique) et Sea Coast Forlap DC

3. Nicola Philippaerts (Belgique) et Cortez

4. Denis Lynch (Irlande) et All Star 5

5. Faleh Suwead Al Ajmi (Qatar) et Come Soon

6. Cassio Rivetti (Ukraine) et Vivant

7. Pieter Devos (Belgique) et Candy

8. Michel Hécart (France) et Pasha du Gué

9. Gert-jan Jozef Bruggink (Pays-Bas) et Vampire

10. Edwina Tops Alexander (Australie) et Old Chap Tame

À lire également...

Réagissez