HENRIK VON ECKERMANN ET GOTHA SE RABIBOCHENT

Le Suédois Henrik von Eckermann a partagé le podium avec l'Ukrainienne Katharina Offel et son patron allemand Ludger Beerbaum. Photo Roxanne Legendre/MGSI

Mardi 25 février - 20h06 | Marie de Pellegars

HENRIK VON ECKERMANN ET GOTHA SE RABIBOCHENT

Henrik von Eckermann et Gotha FRH ont remporté ce matin le Grand Prix du CSI 5* de Hong Kong, deuxième étape du Masters Grand Slam indoor. Le Suédois s’est imposé devant l’Ukrainienne Katharina Offel sur Charlie et son patron Ludger Beerbaum sur Chaman. Avec quatre représentants en seconde manche, les Français n’ont pas démérité en Asie. Loin de là!

L’année dernière, il avait un peu offert la victoire à [Patrice Delaveau], fautant dès le deuxième obstacle de la seconde manche avec [Gotha] FRH. Cette fois, l’histoire s’est un peu inversée en faveur d’[Henrik von Eckermann], auteur d’un excellent double sans-faute, tandis que le Français en a concédé une dans le deuxième acte avec [Carinjo] 9*HDC, une fois encore le plus rapide, comme à Bordeaux il y a deux semaines. Le Suédois n’a pas volé sa victoire. Un succès qui le rassure forcément quant au potentiel de sa très bonne jument, qui n’avait plus signé le moindre sans-faute en Grand Prix depuis son triomphe dans l’étape portugaise du Global Champions Tour, l’été dernier à Cascais. S’il ne disputera pas la finale de la Coupe du monde, il peut sans doute espérer intégrer l’équipe de Suède aux Jeux équestres mondiaux de Normandie. Voilà ces deux-là rabibochés!

À près de 10.000 km du stade Michel-d’Ornano, un très beau Grand Prix s’est couru ce matin à Hong Kong, deuxième étape du Masters Grand Slam indoor, après Paris, et avant Los Angeles fin septembre. Un peu trop facile l’an passé, le parcours a, cette fois, été pleinement à la hauteur du plateau de chevaux et de cavaliers et de l’enveloppe de 700.000 dollars à se partager. Avec très vite un haut vertical surmonté d’une palanque, une impressionnante triple-barre, un vertical en bout de ligne dans un angle délicat suivi d’un triple formé par un énorme oxer, un bon vertical et un autre oxer, avant un double de verticaux à une foulée, il y avait du travail! Un tour trop corsé pour les premiers partants, à l’image de [Julien Epaillard] et [Anne-Sophie Godart], pénalisés de huit points avec [Cristallo A]*LM et [Carlitto van t Zorgvliet]. Pas de chance pour [Jerome Hurel] et [Quartz Rouge], pris sur l’entrée du triple. Malgré leur très bon tour, ils n’ont pu rentrer dans le top douze invité à revenir en seconde manche, terminant seizième. Leur tour viendra bientôt.

Côté français toujours, pas de problème pour Patrice Delaveau, Carinjo signant un passage de double acrobatique et beau à voir. Sans faute également pour [Simon Delestre], qui n’a cessé de parler à l’oreille de [Valentino Velvet], très disponible et de plus en plus souple. Le milieu du triple est tombé au passage de [Penelope Leprevost] et [Nice Stephanie], mais la Normande a eu l’intelligence de prendre une option courte à l’entrée de la dernière ligne et rentrer parmi les douze. Même cause, sur l’entrée du triple cette fois, même option, et mêmes conséquences pour [Kevin Staut] et [For Joy van t Zorgvliet]*HDC, aussi excellents qu’à Genève.

Assurer a payé

Ouvreurs de cette seconde manche, les couples à quatre points ont presque tout tenté. Cela n’a pas souri à l’Allemand [Marco Kutscher], fautif sur un oxer avec le délicat [Cornet s Cristallo]. Pas de pénalité pour son compatriote [Christian Ahlmann], mais il n’a pas pu tout demander à [Aragon] Z, qu’il a même dû gentiment cravacher pour qu’il accepte de prendre le départ. Sans faire de folies et surtout sans toucher de barre, Kevin et Fo Joy leur infligent trois dixièmes à l’arrivée. Pénélope profite d’une jument parfaitement aux ordres pour établir le premier temps de référence. L’exercice demandé à [Ludger Beerbaum], ayant concédé un point de temps en première manche, est plus frustrant, mais il le réussit avec [Chaman]. Il ne le sait pas encore, mais ce quasi double sans-faute va lui offrir la troisième place.

Sans faute au premier tour, le Néerlandais [Gerco Schroder] fait tomber un vertical avec le lymphatique [New Orleans], neuvième à l’arrivée. Loin de la révolution qui est en train de se jouer à Kiev, la naturalisée Ukrainienne [Katharina Offel] signe le premier double sans-faute, assez tranquille, associée à [Charlie], un fils de Cornet Obolensky. La deuxième difficulté du parcours, un oxer, empêche le Néerlandais [Maikel van der Vleuten] de se hisser sur le podium avec VDL Groep [Verdi], sixième. Son compatriote [Harrie Smolders], vainqueur hier du Petit Grand Prix à 1,55m, ne retrouve pas une [Regina Z] aussi à l’aise dans ce barrage. Ces deux fautes le relèguent à la onzième place.

Money time, “money money” time même pour von Eckermann. Rapide, mais sans excès impensable, il efface le chrono de Katharina Offel de quatre secondes et prend une véritable option sur la victoire. Dans la position inverse à celle qu’il occupait l’an passé, celle du chasseur, Patrice Delaveau ne peut rééditer son exploit avec une petite faute de son bel Holsteiner. Quatrième, juste devant Pénélope, il sauve quelques points perdus mécaniquement au classement mondial, lui qui en avait tant à sauver à Hong Kong. La France ne compte plus que sur Simon Delestre, mais le Lorrain, qui a le mérite de tenter sa chance, voit la qualité de saut de Valentino quelque peu se dégrader. Il termine douzième de ce Grand Prix fort plaisant, qu’on a hâte de voir s’exporter aux États-Unis.

Sébastien Roullier

Les résultats

Les résultats du Grand Prix à 1,60m

Les résultats de la Vitesse à 1,45m

À lire également...

Réagissez