RETROUVEZ LE SURPRENANT CONSTANT VAN PAESSCHEN DANS LE NUMÉRO DE FÉVRIER DE GRAND PRIX MAGAZINE

Avec Citizenguard Toscan de Sainte Hermelle, ici à Paris, Constant s'est notamment illustré à Doha en prenant la cinquième place du Global Champions Tour. Photo Scoopdyga

Lundi 24 février - 18h58 | Marie de Pellegars

RETROUVEZ LE SURPRENANT CONSTANT VAN PAESSCHEN DANS LE NUMÉRO DE FÉVRIER DE GRAND PRIX MAGAZINE

Cinquième du Grand Prix Global Champions Tour de Doha, régulièrement classé en CSI 5* en 2013, Constant van Paesschen, vingt ans, est l’une des étoiles montantes d’une nouvelle génération belge qui fait pâlir d’envie le reste de l’Europe. Cavalier professionnel établi au domaine d’Hof Ten Bos, près de Bruxelles, chez ses marchands de parents, Béatrice et Stanny van Paesschen, le jeune homme a débuté l’année 2014 à la soixante-quatrième place mondiale. Avec un nouveau sponsor et un piquet qui s’étoffe, toutes les conditions semblent réunies pour le voir s’installer durablement dans le très haut niveau.

Grand Prix magazine s’est intéressé ce mois-ci à la jeune génération belge prête à prendre la relève dans les plus grandes échéances. Rencontre avec Constant Van Paesschen.  

GRAND PRIX : À vingt ans, vous êtes déjà un acteur du haut niveau international. D’où vous vient cette précocité ? CONSTANT VAN PAESSCHEN: Mon équipe et moi avons énormément travaillé en début d’année 2013 pour réussir la meilleure saison possible. À la mi-saison, nous avons accueilli avec bonheur Alain van Campenhoudt (distributeur de champagne, directeur général des sociétés Citizenguard Citizenservice et également propriétaire de chevaux confiés à Rodrigo Pessoa, ndlr), qui nous a aidé avec les chevaux et nous a offert la possibilité de disputer les plus beaux concours, dont celui de Doha. Nous y sommes allés petit à petit, et jusqu’à maintenant, notre méthode s’est avérée plutôt productive ! Je ne pourrais jamais remercier assez mon équipe : le vétérinaire, le maréchal-ferrant, les grooms, les cavaliers, ma famille, mes sponsors. Sans eux, je n’en serais pas là !

Retrouvez l’intégralité de l’interview dans le numéro du mois de février de Grand Prix Magazine avec le numéro un mondial, le Britannique Scott Brash en couverture!



Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici,
Ou achetez en ligne le numéro ici !
 

À lire également...

Réagissez