DERNIER STAGE DES DRESSEURS FRANÇAIS AU MANS

Bertrand Liegard et Star Wars travaillent sous le regard avisé de Jan Bemelmans - Photo Elodie Muller

Mardi 25 février - 12h47 | Marie de Pellegars

DERNIER STAGE DES DRESSEURS FRANÇAIS AU MANS

L’hiver a été studieux pour le groupe JO/JEM en dressage avec trois regroupements de quatre jours entre décembre et février. Trois stages encadrés par l’entraineur national, Jan Bemelmans, sur le plan technique, mais orchestrés parfaitement par la DTN adjointe en charge du dressage, Emmanuelle Schramm, sur un plan plus relationnel. Depuis lundi, huit cavaliers étaient donc une dernière fois réunis au Mans avant d’attaquer la saison à Vidauban, la semaine prochaine.

[Claire Gosselin], [Jessica Michel], [Julia Chevanne], [Stephanie Brieussel], [Karen Tebar], [Ludovic Henry], [Bertrand Liegard] et [Marc Boblet] ont tous répondu présents pour le dernier rassemblement de l’hiver avant de retrouver les terrains de concours dans une semaine. Une saison qui reprendra pour certains à Vidauban, au Domaine équestre des Grands Pins, avec la deuxième étape de la Coupe des nations. Ces quatre jours étaient donc l’occasion de peaufiner et travailler encore et toujours les points faibles des couples, mais pas que. Cette nouvelle formule, mise en place en décembre, a aussi pour but de resserrer les liens entre les cavaliers, de créer un véritable esprit d’équipe. « Après le stage de préparation pour les championnats d’Europe de Herning, les cavaliers ont exprimé le désir de rester sur ce type de format plus long. Je me suis alors posée la question de savoir ce que l’on pouvait faire pour enrichir ces regroupements. D’un point de vue technique il y a Jan, mais se focaliser sur le physique et le mental ce n’est pas vraiment dans notre culture. Le but est vraiment de faire du groupe une équipe », explique Emmanuelle Schramm. Pendant ces trois stages, en plus de monter leurs chevaux, les cavaliers ont joué au badminton (devenu un véritable fil rouge de ces regroupements), se sont essayés au karaté et ont eu la possibilité de travailler avec une coach mental, Blandine Bousquet. « Ces stages sont aussi l’occasion pour le vétérinaire fédéral d’observer les chevaux et pour les cavaliers de consulter le médecin fédéral. Le résultat est au delà de ce que j’espérais. Ils ont tous adhéré et joué le jeu », poursuit la DTN.

Vidauban puis Saumur

Du côté des cavaliers, l’enthousiasme est tout aussi présent. « D’un point de vue technique c’est la bonne formule et les chevaux répondent très bien. Il y a une bonne cohésion dans le groupe même si sur les deux premiers stages il y a eu des absents. L’esprit d’équipe sera plus présent sur les concours et c’est comme ça que l’on crée une belle histoire », souligne Bertrand Liegard tandis que Ludovic Henry ajoute : « Le premier stage a permis de faire tomber les barrières entre les cavaliers. Pour certains, nous ne nous connaissions qu'en concours et pas du tout au quotidien. La formule est très bonne, c’est très positif. Sur quatre jours nous pouvons plus diluer le travail des chevaux et After You a pris beaucoup de force, il a progressé physiquement et techniquement sur les pirouettes, les airs relevés et les changements de pieds ». « Ce sont les meilleurs stages que j’ai fait », lâche même Jessica Michel. « Pour le premier stage nous avions reçu le programme en amont et je me suis tout de suite dit que c’était bien et que c’est ce qu’il nous manquait », précise celle dont la jument [Riwera de Hus] a beaucoup progressé sur le passage et le piaffer.

Le CDIO 3* de Vidauban sera donc l’occasion pour les couples de montrer leurs progrès mais aussi pour Jan Bemelmans d’observer ses troupes en conditions de compétition. « Je trouve que les choses vont bien et que l’on avance. Aujourd’hui chacun a trouvé sa place dans le groupe et on aime se retrouver. On a tous fait le job dans une ambiance décontractée et nous abordons Vidauban dans le calme. Avec Vidauban puis Barcelone, il y a en tout quatre week-ends de concours sur lesquels je peux observer les couples et avoir plus de repères. Je suis très positif et impatient de voir ça. Pour moi le challenge commence vraiment », sourit l’entraineur. Deux concours à Vidauban puis deux concours à Barcelone, voilà donc le programme à très court terme des Bleus. Mais c’est à Saumur, sur le CDI 3*, début mai, que tout le groupe JO/JEM se retrouvera pour un premier grand rendez-vous en vue des Jeux équestres mondiaux en Normandie. « On est tous à fond », conclut Emmanuelle Schramm.

Elodie Muller

À lire également...

Réagissez