'JE PRÉFÉRERAIS EMMENER MYRTILLE À LYON, MAIS…', ROGER-YVES BOST

Après sa deuxième place à Bordeaux avec Myrtille Paulois, Bosty a obtenu sa qualification pour la finale de la Coupe du monde à Lyon. Photo Scoopdyga

Vendredi 14 février - 17h41 | Marie de Pellegars

'JE PRÉFÉRERAIS EMMENER MYRTILLE À LYON, MAIS…', ROGER-YVES BOST

Depuis ce week-end bordelais, Roger-Yves Bost, le champion d’Europe en titre, est assuré de disputer la finale de la Coupe du monde de saut d’obstacles, en avril à Lyon. C’est essentiellement grâce à sa jument de tête, Castle Forbes Myrtille Paulois, deuxième mi-janvier à Leipzig et à Bordeaux que le cavalier de Barbizon a pu gagner les points nécessaires. Ce week-end, Bosty se rend au CSI 1* du Mans où il montera trois chevaux qu’il prépare pour l’avenir. Contacté par GrandPrix-Replay, il livre ses impressions et ses réflexions.

GrandPrix-Replay.com : Après plusieurs étapes de la Coupe du monde courues avec [Nippon d Elle] et [Colombo van den Blauwaert], vous ne comptiez que trois petits points. Avez-vous craint de ne pas vous qualifier pour Lyon ?
[Roger-Yves Bost] : Non, je ne le craignais pas spécialement. Je ne souhaitais pas que Myrtille fasse le voyage jusqu’à Oslo et Helsinki. Elle ne devait pas redémarrer trop rapidement. Elle a su être là quand il le fallait pour gagner des points et m’offrir ma qualification en finale. Les Jeux équestres mondiaux restent l’objectif premier de cette saison. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas cherché à tout prix à me qualifier pour la finale de la Coupe du monde. Maintenant que je le suis, je suis ravi !


GPR. : À chaque sortie, Castle Forbes [Myrtille Paulois] a inscrit des points. Ira-t-elle seule à la finale de Lyon ou sera-t-elle accompagnée de Nippon ou Colombo ?
R-Y.B. : Nippon accompagnera peut-être Myrtille, mais rien n’est encore sûr. Il est évident que j’ai davantage de chance avec Myrtille, mais rien n’est encore décidé. Je prendrai ma décision au dernier moment en fonction de l’état de forme de mes chevaux.


GPR. : Ne craignez-vous pas de trop lui en demander avant les JEM ? L’an passé, vous avez participé aux deux grands événements, mais Myrtille n’a pas bouclé la première manche de la dernière épreuve de la finale de la Coupe du monde…
R-Y.B. : Tous les ans, ce sont les mêmes chevaux qui participent à la finale de la Coupe du monde et aux autres grandes échéances, mais cette année cela semble avoir changé. Le but étant d’aller en concours pour gagner, je préférerais emmener Myrtille, mais j’ai peur que cela ait un impact sur ma sélection pour les Jeux mondiaux. Nous allons en discuter avec Philippe Guerdat.


GPR. : Quel va désormais être le programme de Qoud’Cœur de la Loge, Colombo, Nippon et Myrtille, vos quatre chevaux de Grand Prix ?
R-Y.B. : [Qoud Coeur de la Loge] ressautera à l’extérieur, sûrement à Arezzo. Il s’est blessé après le CSIO de Calgary. Il n’a jamais concouru en indoor, donc j’ai préféré attendre le début de la saison extérieure pour reprendre, même s’il a recommencé à sauter à la maison. Colombo a débuté sa saison le week-end dernier à Bordeaux. Il n’avait pas concouru depuis le CSI 5* de Doha, en novembre. Il ira au CSI 5* de Hong Kong où il sautera les grosses épreuves si tout va bien. Nippon reprendra au CSI 5* du Grand Palais. Il ira ensuite à 's-Hertogenbosch où il sera accompagné de Myrtille. C’est après ce concours que je prendrai ma décision quant à celui que j’emmènerai à la finale de la Coupe du monde à Lyon. Avant ce concours-là, Myrtille ira peut-être au Grand Palais pour sauter un ou deux parcours, mais son programme n’est pas encore défini. Je veux prendre mon temps et la laisser respirer un peu. L’important est de se concentrer sur les deux grandes échéances tout en préservant les chevaux.


GPR. : À Zurich, vous avez monté pour la première fois Sydney Une Prince en CSI 5*. D’où vient-elle ? Comment est-elle ? Quels sont les objectifs avec elle ?
R-Y.B. : J’ai repéré cette jument aux championnats des sept ans de Fontainebleau, l’année dernière. Elle était alors montée par Frédéric Aronio de Romblay, un cavalier de complet. La jument me plaisait énormément. Le propriétaire ne voulait pas la vendre, mais il voulait que sa jument fasse de beaux concours. Il a donc décidé de me la confier. Cette année, elle devrait participer à des Grands Prix CSI 2* à 1,45m et peut-être finir sur des épreuves à 1,50m. Elle est très respectueuse, je veux prendre mon temps pour ne pas l’inquiéter. Nous verrons ensuite comment elle évolue, mais je crois beaucoup en elle. Elle est très douée.


GPR. : Ce week-end, vous vous rendez au CSI 1* du Mans avec trois chevaux qu’on a l’habitude de voir sous la selle de votre fille, [Clementine Bost], ou de votre cavalier, [Thibaut Bazire]. Sont-ils des chevaux d’avenir pour vous ?
R-Y.B. : J’ai déjà monté plusieurs fois Castle Forbes [Coleen] (Couleur Rubin x Ritual), avec laquelle j’avais d’ailleurs gagné une épreuve à 1,50m, l’année dernière à Hambourg. Les deux autres, Castle Forbes [Chloe] (Carthago x Quat’Sous*HN) et Castle Forbes [Rosie] (Kannan x Quat’Sous*HN), sont des chevaux qui débutent. Les monter en concours va me permettre de les tester, de jauger leur évolution et de faire le point. Je teste les nouvelles générations, ce qui me permet de me rendre compte de leur qualité assez tôt. J’ai également [Quaoukoura du Ty] (Calido x Quel Type d’Elle*HN) qui reprend dans un mois. Il avait participé au Grand Prix de Monaco où il s’était bien comporté. C’est un très bon cheval.

Propos recueillis par Marie de Pellegars-Malhortie
 

À lire également...

Réagissez