'C'EST UN CHEVAL QUE JE NE BRADERAI PAS ', CATHERINE HENRIQUET

Alors que Catherine Henriquet et Paradies Zauber ont effectué une bonne saison 2013 avec à la clé un titre de champion de France, la dresseuse a décidé de le mettre en vente. Photo Scoopdyga

Vendredi 24 janvier - 11h34 | AC

'C'EST UN CHEVAL QUE JE NE BRADERAI PAS ', CATHERINE HENRIQUET

À cinquante-huit ans, [Catherine Henriquet] est devenue championne de France de dressage à Saumur, accompagnée de [Paradies Zauber], en septembre dernier. Après cette bonne performance, elle vient de le mettre en vente. Cette décision surprend car elle arrive à seulement quelques mois des Jeux équestres mondiaux de Normandie. Contactée par GrandPrix-Replay.com, la dresseuse explique son choix et ses projets.

GrandPrix-Replay.com : Vous avez choisi de mettre en vente votre cheval de tête, Paradies Zauber, avec qui vous avez remporté en 2013 le titre de championne de France (lire ici). Pourquoi avoir pris cette décision ?
Catherine Henriquet : Durant l’année 2013, j’attendais de voir si j’arriverais à le faire progresser au niveau international. Il est très émotif et assez compliqué à gérer. Les entraîneurs préfèrent prendre un cheval moins performant mais plus régulier. Il n’atteint donc pas les objectifs que je me suis fixée. Par ailleurs, il va avoir quatorze ans et cela devient plus difficile de vendre un cheval quand il prend de l’âge. Donc si je veux retrouver l’investissement de départ c’est le bon moment pour le vendre. Pour moi, il évolue dans le bon sens, il a franchi un cap, il est très bien dressé. Si je ne le vends pas, je continuerais à me faire plaisir en le montant en Grand Prix. C’est un cheval que je ne braderais pas, il a beaucoup de qualités. Les objectifs à poursuivre restent intéressants.

GPR.com : Vous évoluez avec Paradies Zauber depuis 2007. Avez-vous une relève derrière ?
C.H. : J’ai une jument de neuf ans, [Carola G], que j’ai achetée au mois d’avril l’an dernier à la suite de la vente de mon cheval [Whisper]. Ce dernier était plus délicat à emmener en Grand Prix. Elle a un bon travail de base. Je continue dans ce sens. L’environnement ne lui pose aucun problème. Je n’ai pas besoin de l’accoutumer en lui faisant faire des concours à répétition. Je vais donc poursuivre son dressage. Nous verrons bien ensuite. Bien sûr, elle n’a pas la qualité de [Noble Dream] *Concept Sol, la jument de [Marc Boblet], mais c’est un bon cheval. Je ne pense pas concourir avec elle cette année. Je vais la préparer pour qu’elle puisse atteindre le niveau Grand Prix.

GPR.com : Si vous vendez Paradies Zauber, allez-vous en acheter un autre ?
C.H. : Non, j’en ai plutôt à vendre. En plus de Paradies, j’ai aussi deux chevaux de cinq ans.

GPR.com : Comment choisissez-vous vos chevaux ? Quels sont les qualités que vous recherchez ?
C.H. : J’achète souvent les chevaux très jeunes donc il est difficile de savoir ce que cela donnera plus tard. Nous achetons du rêve en quelque sorte. Tout dépend de leur évolution. Paradies avait six ans quand je l’ai eu, à cet âge nous pouvons avoir une idée de leurs capacités car ils sont adultes. Mais trouver un cheval de six ans avec de la qualité c’est extrêmement compliqué. J’ai eu de la chance avec lui. C’est un ami qui l’avait repéré et qui l’avait acheté pour moi lors d’une vente à Berlin. Quand mon mari et moi achetons un jeune cheval de trois ans, nous regardons les modèles, les allures, la souplesse, la locomotion, le caractère... Nous supposons qu’ils ont des aptitudes pour le dressage. À force d’en acheter, nous sommes devenus des experts.

GPR.com : Quels sont vos objectifs pour 2014 ?
C.H. : Je n’en ai pas de particulier. L’an dernier, je souhaitais évoluer en internationaux mais comme cet objectif n’a pas été assez concluant j’ai décidé de le vendre. Maintenant, s’il ne part pas mon objectif sera d’aller aux Jeux équestres mondiaux en Normandie avec lui. Comme sur le plan du dressage, il devient très performant peut-être que cela vaudra le coup.

Propos recueillis par Daphné Godfroy

À lire également...

Réagissez