UN GÉNÉREUX CORNET... D'AMOUR POUR CONCLURE 2013

Daniel Deusser et Cornet d'Amour, ici à Genève, ont été impériaux cet après-midi à Malines. Photo Scoopdyga

Mercredi 08 janvier - 11h32 | AC

UN GÉNÉREUX CORNET... D'AMOUR POUR CONCLURE 2013

Le Grand Prix Coupe du monde de Malines a souri ce soir à l’un des tout meilleurs couples de l’année: Daniel Deusser et Cornet d’Amour. Le grand Allemand et son beau gris se sont imposés au terme d’un barrage à quatre devant Jens Fredricson sur Lunatic et Pilar Lucrecia Cordón Muro sur Nuage Bleu. Kevin Staut, Timothée Anciaume et Simon Delestre, septième, treizième et quatorzième, ont tous les trois grappillé quelques points en vue de la finale de Lyon.

Au pays des grandes écuries de commerce et des frites, le public du CSI 5*-W de Malines a eu droit un magnifique Cornet… d’Amour, cet après-midi. Tout près de Bruxelles, c’est donc un Allemand, [Daniel Deusser], qui s’est imposé, remportant avec son Westphalien de dix ans son deuxième Grand Prix Coupe du monde de l’année après celui de Wellington, début mars aux États-Unis. Entre ces deux performances, le fils de Cornet Obolensky n’a pas levé le pied, terminant deuxième du superbe Grand Prix de Hambourg avant de signer deux beaux doubles sans-faute lors de la Coupe des nations de Rome, puis de l’épreuve par équipes des championnats d’Europe de Herning avec une médaille d'argent à la clé. Il a aussi pris la quatrième du Grand Prix d’Aix-la-Chapelle sans toucher la moindre barre. Ménagé, [Cornet d Amour] a aussi permis à Daniel Deusser d’engranger ses sept premiers points en Coupe du monde en terminant dixième à Vérone. L’année à venir pourrait être celle de ce couple appliqué et très talentueux.

Avant de tourner la page de 2013, il restait donc un dernier Grand Prix, toujours difficile sur une piste toute en longueur (85m x 28m). Une ligne a véritablement fait office de juge de paix, composée d’un oxer, puis d’un très difficile double vertical-oxer. La plupart des favoris y ont laissé des plumes. Ainsi que les Français. Une petite faute de couverture sur la sortie a ainsi privé [Timothee Anciaume] et [Padock du Plessis]*HN du barrage. Pour [Kevin Staut] et sa fidèle [Silvana]*HDC, toujours pas de sans-faute en Coupe du monde. L'oxer précédant la maudite combinaison est tombé au passage de la jument du haras des Coudrettes. Ce Grand Prix compliqué pour les grands chevaux n'a pas souri non plus à [Simon Delestre] et [Valentino Velvet]. L'étalon s'est fort bien comporté dans l'ensemble, y compris dans ladite ligne, mais a cédé sur l'oxer précédant le triple placé à la sortie d'un virage assez serré. Les trois 'Vestes bleues' ont terminé tous les trois dans les points. Pas mal.

Deusser, l’autre maître des virages

Seuls quatre couples sont parvenus à boucler l’exercice imposé par Lucien Somers, et seulement deux parmi le second lot de vingt, comprenant les meilleurs cavaliers du monde, même si nombre d’entre eux sèchent traditionnellement cette étape coincée entre Noël et le Jour de l’An. À noter la cinquième place d’[Edwina Tops-Alexander] et l’extraterrestre [Ego van Orti], piégé seulement par le chronomètre.

Ouvrant ce barrage à quatre, le Suédois [Jens Fredricson], associé à son expérimenté [Lunatic], vainqueur cet été du Grand Prix CSIO 5* de Falsterbo, a compris que la différence se ferait dans un début de parcours sinueux. Le fils de Landlord a parfaitement joué le jeu pour signer le double sans-faute. Avec son Selle Français [Nuage Bleu], plus calme que d’habitude, l’Espagnole [Pilar Lucrecia Cordon Muro] n’est pas parvenue à faire aussi bien. Malgré sa bonne fin de tour et son double sans-faute, elle a dû se contenter de la troisième place. Daniel Deusser, lui, a fait mieux encore que Fredricson, effectuant son premier virage en huit foulées, contre neuf, et la ligne suivante en onze, contre douze. Parfaitement accompli. L’Allemand, aussi brillant que [Christian Ahlmann] dans les virages, s’est même payé le luxe d’assurer sa dernière ligne pour finir près de huit dixièmes plus vite que son adversaire. Intouchable pour [Jeroen Dubbeldam] et [Zenith] SFN, qui est désormais le cheval de tête du Néerlandais après la vente d’[Utascha] au Qatar. Le hongre de neuf ans, fautif sur le quatrième obstacle, n’est pas allé au bout, son cavalier n’ayant plus rien à jouer.

Au classement général, [Scott Brash], qu’on ne reverra plus en Europe avant avril, reste en tête avec bien plus de points qu’il n’en faut pour s'assurer de participer à la très attendue finale de Lyon. Avec vingt points de plus, soit vingt-sept, Daniel Deusser a effectué un joli bond en avant et une bonne partie du travail nécessaire. Vingt-sept, c’est également le total de Kevin Staut, qui avance lui aussi vers Lyon. Les choses sont plutôt bien engagées pour Simon Delestre avec vingt-cinq points. [Patrice Delaveau] et [Penelope Leprevost], qu’on reverra sans doute début 2014, restent en course avec vingt-trois et quatorze. Rien n’est fait, donc, mais l’objectif de trois à quatre Français en finale reste plausible. Il ne reste plus que quatre étapes pour marquer des points: Leipzig et Zurich en janvier, Bordeaux début février, et Göteborg mi-mars. La pression va donc monter d'un cran.

Sébastien Roullier

Les classements

Le classement du Grand Prix Coupe du monde de Malines

Le classement de la Ligue d’Europe de l’Ouest de la Coupe du monde

À lire également...

Réagissez