Jeudi 02 janvier - 11h30 | AC

TROIS JOURS DE STAGE AVEC NORBERT VAN LAAK AUX ECURIES DU PARC DE CHAPUIS

Quelques jours avant la fin de cette année 2013, dix cavaliers se sont retrouvés aux Ecuries du Parc de Chapuis, à Pamfou (77), à l’occasion d’un stage avec l’entraineur allemand, Norbert van Laak. Organisé par la famille Judet, ce stage ouvert au public a permis aux couples présents d’aborder l’hiver avec de nouveaux objectifs de travail.

Piaffer, changements de pieds, stabilité, position, il y en avait pour tous les goûts ce week-end dans le manège des Ecuries du Parc de Chapuis. Au milieu de la piste, l’entraineur allemand Norbert van Laak, a vu défiler pendant trois jours, du matin au soir, les couples qui avaient fait le déplacement pour profiter des conseils de cet ancien meneur de l’équipe de France de dressage. Et certains noms sont bien connus dans le milieu puisque la championne de France Pro Elite en titre, [Catherine Henriquet], a participé à ce stage avec son cheval de tête, [Paradieszauber], mais en a aussi profité pour travailler sa nouvelle recrue, une jument de huit ans achetée en avril en Allemagne. En selle sur cette dernière le samedi, Catherine Henriquet a enchainé les changements de pieds, qui posent encore problème à la petite baie. Pour d’autres, comme le couple champion de France des sept ans cette année, Sara Magnusson-Lostria et Zidane, le travail était plus porté sur la rapidité de cet étalon fils de Silvano. Pour le jeune vice champion de France Pro 2, Corentin Pottier, en selle sur Gotcha, le travail était axé sur le piaffer et le passage. Le couple vise en effet les épreuves réservées aux moins de vingt-cinq ans en 2014, tout comme Camille Judet-Chéret, qui a monté ses trois chevaux à domicile. Pour la deuxième année consécutive, la fille de la juge 5*, Isabelle Judet, est parvenue à faire venir l’entraineur allemand pourtant très sollicité. « Lorsque j’étais petite, Norbert van Laak venait tous les mois à Pamfou pour nous faire travailler. A vrai dire, mes parents le connaissent depuis très longtemps car ils travaillaient à l’époque avec son mentor, Fritz Tempelmann », explique Camille Judet-Chéret.

Une initiative à renouveler

Dans une ambiance conviviale, Norbert van Laak a prodigué ses conseils et ses pistes de travail aux cavaliers qui semblaient ravis de leurs séances. « Je pense que les cavaliers doivent apprécier mon travail car lorsque je reviens en France ils veulent de nouveau participer au stage », confie l’Allemand qui fait passer le bien-être des chevaux avant tout. « Lorsque je travaille sur une courte durée avec des cavaliers, j’essaie de leur apporter un maximum d'informations qu’ils peuvent ensuite réutiliser. Chaque entraineur a sa propre façon de travailler mais les règles et les bases restent les mêmes. L’important est de travailler dans le respect du cheval et c’est ce que j’essaie d’expliquer à chaque fois. En trois jours on ne peut pas changer énormément de choses, mais le but est de montrer aux cavaliers ce qu’il est possible de faire, de leur donner des conseils et pour la plupart du temps, de travailler les bases », poursuit-il. Ouvert au public et organisé pendant les vacances, ce stage n’a malheureusement pas attiré les spectateurs escomptés par les organisateurs. « L’idée est de créer un événement qui permet de regrouper plusieurs cavaliers à chaque fois, de se dire que l’on fait quelque chose tous ensemble, de pouvoir regarder les autres travailler. C’est dommage de voir que nous ne sommes qu’à vingt minutes de Fontainebleau et pas très loin de Paris et que peu de personnes se déplacent pour assister à ce genre de stage », s’étonne Camille qui compte bien renouveler l’expérience le plus souvent possible. « Dans l’idéal, nous souhaiterions organiser ce type d'événement tous les deux mois », conclut-elle.

A Pamfou, Elodie Muller

Les cavaliers présents au stage :

Catherine Henriquet

Camille Judet-Chéret

Anne-Laure Sergent

Laurence Blaya

Catherine Leroy

Hortense Bergdoll

Sara Magnusson-Lostria

Silvine Lyaet

Marie-Emilie Bretenoux

Corentin Pottier

À lire également...

Réagissez