'LE HAUT NIVEAU NOUS DONNE ENVIE DE FORMER DES CHEVAUX', NICOLAS DELMOTTE

Nicolas Delmotte souhaite participer au concours de haut niveau avec Number One d'Iso*Un Prince. Photo Scoopdyga

Samedi 07 décembre - 00h44 | Sébastien Roullier

'LE HAUT NIVEAU NOUS DONNE ENVIE DE FORMER DES CHEVAUX', NICOLAS DELMOTTE

Concourir dans les plus beaux concours est l’objectif de [Nicolas Delmotte]. Pour y accéder, la formation de ses chevaux est une étape incontournable. Sous la selle de [Luccianno]*HN, le cavalier avait participé à de nombreuses Coupes des nations et CSI 5* en 2008 et 2009. Le couple avait d’ailleurs remporté le Grand Prix 5* de Lisbonne, en 2008. Cette année, le Français a concouru avec [Number One d’Iso]*Un Prince dans des Coupes de nations. Mais il a dû terminer sa saison sans son étalon qui s’est blessé. Son cheval de tête foulera de nouveau les pistes en 2014. Nicolas Delmotte est déterminé à se refaire une place dans le haut niveau. Interviewé par GrandPrix-Replay.com, il livre ses ambitions et ses méthodes pour atteindre son but.

GrandPrix-Replay.com : Pouvez-vous revenir sur votre saison ?
Nicolas Delmotte : Ma saison s’est très bien passée. Elle se terminera à Paris où je suis engagé dans le CSI 2*. Malheureusement, mon cheval de tête, Number One, s’est blessé à la fin de l’été. Nous avons dû le mettre au repos après le concours de Dinard, fin août. Nous lui avons fait une échographie du ligament suspenseur et il s’est avéré qu’il y avait un petit problème. Rien de grave, il reprend actuellement le travail en douceur. Comme il n’y a pas d’urgence pour les concours, il reprendra la compétition en début d’année prochaine.

GPR. : Avez-vous prévu de faire une tournée cet hiver ?
N.D. : Je vais emmener beaucoup de nouveaux chevaux à Moorsele. Je pense reprendre véritablement la saison au mois de mars, chez Alain Hinard, à Auvers.

GPR. : Quel va être votre piquet de chevaux pour l’année prochaine ?
N.D. : L’année prochaine, je vais avoir Number One, Darmani Van’t Heike, Vivaldi du Dom, Shaman du Yam’s*Un Prince (deuxième du critérium des sept ans) et d’autres nouveaux chevaux. Avec les jeunes chevaux, je suis sélectif. Ma priorité reste de former des chevaux susceptibles d’atteindre le haut niveau.

GPR. : Avez-vous un œil sur les Jeux équestres mondiaux de Normandie  en 2014 ?
N.D. : Non, avec Number One, nous n’avons pas encore assez d’expérience pour le haut niveau. C’est dommage, si j’avais eu le cheval avant, peut être que les choses se seraient passées autrement. Je travaille le cheval seulement depuis un an, nous sommes encore un jeune couple. Après si on me propose quelque chose, évidemment que je serais partant.

GPR. : Quel va être votre objectif pour l’année prochaine?
N.D. : Je souhaite bien préparer Number One pour essayer de concourir dans des Coupes des nations et aussi participer à des Grands Prix 4* ou 5*. Mes trois chevaux de tête, Number One, Darmani et Vivaldi, ne sont pas à vendre. L’objectif est de les emmener au plus haut niveau tout en préparant les autres chevaux.

GPR. : Le haut niveau, c’est ce qui vous motive ?
N.D. : Le haut niveau est très important car c’est ce qui nous donne l’envie de former des chevaux. Mon but est vraiment d’avoir des chevaux capable de concourir dans les plus grandes compétitions.

GPR. : Comment financez-vous votre piquet ?
N.D. : Je n’ai pas de sponsors ou de propriétaires pour m’acheter des chevaux de huit ou neuf ans. J’essaye parfois d’acheter des moitiés de chevaux et de mettre en place un partenariat avec un propriétaire pour ensuite les préparer à la compétition.

Propos recueillis par Daphné Godfroy
 

À lire également...

Réagissez