Lundi 02 décembre - 15h17 | valentinecinier

DANIEL DEUSSER, DERNIER INVITÉ, PREMIER À L'ARRIVÉE!

Victorieux de l’Equita Masters, voici quatre semaines à Lyon, Daniel Deusser et Evita van de Veldbadie ont récidivé, ce soir à Stockholm, dans une épreuve au format similaire (deux manches et un nombre réduit de partants) mais au prestige bien plus grand encore, la finale du Top Ten IJRC. En selle sur Evita van de Veldbadie, l’Allemand, quatorzième mondial, invité de dernière minute en raison des forfaits de Beezie Madden, Luciana Diniz, Scott Brash et Kent Farrington, a devancé de deux dixièmes Lacrimoso 3*HDC et Patrice Delaveau, qui a confirmé en Suède son incroyable saison.

Un Allemand a succédé à un autre, [Daniel Deusser] à [Christian Ahlmann], au palmarès de la finale du Top Ten, disputée pour la première fois à Stockholm, ce soir, avant de retourner très certainement à Genève l’an prochain. Auteur du plus rapide des deux doubles sans-faute de la soirée, le cavalier des écuries Stephex a fait aussi bien qu’à Equita’ Lyon, et même mieux, à en juger par la concurrence! Sa performance est d’autant plus notable qu’en tant que dernier invité à la table des maîtres, il a eu l’honneur d’ouvrir le bal de la première manche.

Une entrée en matière facile au regard de sa performance, puis de celle de [Kevin Staut], à peine entachée par la légère faute de [Quismy des Vaux]*HDC sur la sortie du double, et de celle de [Patrice Delaveau], sans faute malgré deux petites touchettes de [Lacrimoso] 3*HDC. Mais un premier tour en fait réellement sérieux, dessiné sur une toute petite piste ovale. [Roger-Yves Bost] y a ainsi laissé huit points, [Nippon d Elle] fautant sur les verticaux huit et onze. 'J’ai monté trop vite ma première manche, par peur du chronomètre, qui n’était finalement pas très serré. Dommage', a déclaré le champion d’Europe au micro de la speakerine de l’épreuve. Le Suisse [Steve Guerdat] a essuyé deux fautes et un refus de [Nasa]. Le Néerlandais [Gerco Schroder] a dû piloter un [Castelino van de Helle] bouillant, terminant avec neuf points. Comme Kevin, l’Allemand [Ludger Beerbaum] et [Chaman] ont fauché la sortie du double. Le tenant du titre, lui, a échoué sur l’avant-dernier obstacle, un vertical, associé à [Asca Z]! Le vertical numéro huit, puis l’oxer douze ont sanctionné le tour du dernier Allemand, [Marcus Ehning], sur [Copin van de Broy], tandis que le numéro un mondial, le Britannique [Ben Maher], a également succombé sur la sortie du double avec un [Tripple X III] impeccable par ailleurs.

Bosty et Ben Maher font le show

Premier à revenir en piste, Steve s’est évertué à retrouver sa jument, qui a considérablement mieux sauté. Deux fautes se sont ajoutées au total de Gerco, bon dernier de la classe. Sans faute, Marcus n’a pas tenté le diable, mais réussi un tour comme toujours très esthétique. Bosty, lui, n’est pas venu pour faire de la figuration. Avec un Nippon très disponible, il retire une foulée entre les obstacles sept et huit, profitant de l’immense action de l’étalon, et trouve un très bon train. Il est aussitôt imité par Ludger, qui aborde parfaitement cette ligne, pour devancer le Français de six dixièmes. Émoussé, Asca Z concède deux nouvelles fautes pour laisser Christian à la huitième place.

N’ayant rien à perdre, Kevin joue le jeu du chronomètre à fond. Quismy répond bien en début de tour, avant de laisser traîner ses postérieurs sur les deux difficultés de cette seconde manche, le vertical huit et l’oxer quatorze. 'Je suis un peu déçu, mais c’est le jeu. Je devais prendre des risques, car Ludger est allé vite. Dommage. Quismy a encore besoin de prendre de l’expérience.' Dans la foulée, Ben, tente lui aussi de reprendre la main pour mettre la pression sur les deux sans-faute. Il réussit une manche de toute beauté, prenant toutes les options et signant une dernière ligne parfaite. 'Tripple X a été fantastique. J’ai pris des risques, tout le monde prend des risques. C’est normal, c’est la finale du Top Ten!'

Patrice Delaveau ne tremble pas après la touchette de Lacrimoso sur le un. Il file à toute allure et tourne court après une réception musclée sur la triple-barre. Bien qu’il ne trouve pas le grand galop dans la dernière ligne, et que son cheval touche du ventre la seconde barre de l’oxer final, le Normand termine double sans-faute avec un excellent chrono. 'J’ai été très chanceux, car mon cheval a été long sur son dernier saut. On va bien voir, mais je crois que Daniel va être plus rapide que moi', analyse-t-il lucidement. Il a vu juste. Daniel et Evita touchent le huit et ne prennent pas toutes les options, mais ils ne lâchent rien et volent dans la dernière ligne pour coiffer au poteau Patrice et Lacrimoso de deux dixièmes! Bien joué.

Battu, Patrice a tout de même franchi le cap du million d’euros de gains cette saison, le record absolu pour un Français, avant même les CSI 5* de Paris et Genève, ces deux prochaines semaines. Chapeau aussi!

Sébastien Roullier

Le classement

Le classement de la finale du Top Ten ici

À lire également...

Réagissez