'MA CARRIÈRE SPORTIVE EST MISE DE CÔTÉ', Eugénie Angot

Eugénie Angot, accompagnée d'Old Chap Tame a participé à la Coupe des nations d'Aix -la-Chapelle en 2013 après l'avoir remportée en 2012. © Scoopdyga

Mercredi 27 novembre - 18h42 | Daphné G

'MA CARRIÈRE SPORTIVE EST MISE DE CÔTÉ', Eugénie Angot

Réserviste aux championnats d’Europe à Herning et lors de la finale de la Coupe des nations à Barcelone, [Eugenie Angot] était  présente en équipe de France sans pour autant pouvoir concourir à ces deux événements majeurs. Son étalon de onze ans, [Old Chap Tame], vient d’être vendu à Jan Tops et a déjà rejoint les écuries de Valkenswaard (lire ici). Contactée par GrandPrix-Replay.com, elle revient sur la vente de son cheval de tête et de son rôle au sein de l’équipe de France.

GrandPrix-replay.com : Old Chap Tame est désormais chez Jan Tops, est-ce une décision de votre part ?
Eugénie Angot : La décision a été prise avec les propriétaires. Patrick Bizot, copropriétaire, soutient Denis Brohier depuis des années, c’est un partenaire fidèle. Le cheval allait avoir douze ans. C’était dans l’ordre des choses.

GPR. : Estimez-vous qu’on ne vous a pas donné votre chance lors des grands événements ? Est-ce que vous vous êtes sentie mise à l’écart en équipe de France ?
E.A. : La place de cinquième aux championnats d’Europe était justifiée. Je ne vais pas contester les choix de Philippe Guerdat. Il connait très bien les chevaux et son métier. Je ne me permettrais pas de le contredire. Après, j’étais un peu déçue de n’avoir couru aucune des deux manches de la finale à Barcelone. C’était un peu l’histoire qui se répète. C’est la décision du sélectionneur. Je la respecte et il n’y a rien à dire sur ça. La place de réserviste, surtout aux championnats d’Europe, n’est pas la plus facile parce que nous devons nous tenir prêts à rentrer en piste jusqu’au dernier moment. Il faut rester motivé. Il faut savoir aller là-bas en sachant que nous sommes cinquième et jouer le jeu des concours de préparation. Cette place n’est pas toujours facile, mais je ne me suis pas sentie mise à l’écart.

GPR. : Comment allez-vous organiser votre carrière ? Allez-vous vous racheter un cheval ?
E.A. : Nous avons toujours acheté des chevaux, donc nous allons continuer d’avancer. Notre métier consiste à acheter des chevaux et à les mettre en valeur ou mettre en valeur des chevaux qui nous sont confiés. La plupart du temps, le but est de les revendre. Pour l’instant, ma carrière sportive est mise de côté jusqu’à ce que j’aie la chance de retrouver un cheval de cette qualité.

GPR. : Avez-vous une relève ?
E.A. : De ce niveau là non, j’ai de bons chevaux comme Pirate Andalou et Davendy’s, mais aucun de ce calibre.

GPR. : Comment allez-vous vous préparer cet hiver ?
E.A. : D’abord partir en vacances ! Je vais ensuite aller au Sunshine Tour. J’ai une nouvelle élève à la maison, j’ai aussi ma fille et mes chevaux. Ces tournées permettent de bien démarrer la saison.

GPR. : Quelle est la plus belle image que vous garderez avec Old Chap Tame?
E.A. : La coupe des nations à Aix-la-Chapelle l’année dernière est mon plus beau souvenir. J’étais ravie car je n’avais encore jamais gagné cette compétition. Maintenant, j’espère que son prochain cavalier saura profiter des bons moments avec lui comme je l’ai fait.

Propos recueillis par Daphné Godfroy

À lire également...

Réagissez