HONGROIS ET NÉERLANDAIS AUX PREMIÈRES LOGES À PAU

Dans la catégorie reine à quatre poneys, Bram Chardon, le fils d’IJsbrand, s’est montré intraitable cet après-midi. Photo Patrick Crasnier

Lundi 04 novembre - 16h20 | mkubicki2

HONGROIS ET NÉERLANDAIS AUX PREMIÈRES LOGES À PAU

Le marathon des championnats du monde d’attelage poneys a été un succès, cet après-midi à Pau. Un temps idéal, sans pluie et avec une température proche de 20°C, des meneurs tous plus affutés les uns que les autres et prêts à en découdre, ainsi qu’un public nombreux et satisfait. À l’issue de ce deuxième test, les Néerlandais et les Hongrois gardent une longueur d’avance sur leurs adversaires.

 
En tête de la catégorie Solo après le dressage, la Néerlandaise Els Broekman, le Hongrois Martin Hölle et l’Allemande Jacqueline Walter, ainsi que d’autres challengers comptaient bien réussir un grand marathon. Le spectacle a été à la hauteur, l’avant-dernier du classement provisoire, le Belge Sébastien Pallen, réalisant un temps que personne n’a pu rattraper. Le Hongrois Martin Hölle, habitué des podiums internationaux a lui pris la première place. Ce championnat n’est pas couronné de succès pour l’équipe de France. Laetitia Leboucher, toujours dans les premières des marathons, a perdu beaucoup de temps sur l’obstacle numéro deux et se retrouve très loin dans le classement. Claire Lefort, elle, a joué le chrono comme elle le devait, mais cet obstacle numéro deux, une butte avec beaucoup de difficultés techniques, lui a été fatal. Elle a ainsi renversé sa voiture, sans gravité, puis continué son marathon, mais avec une pénalité lourde la repoussant à la dernière du classement. "Cette butte était difficile. Le reversement est toujours possible sur tous les obstacles et malheureusement cela arrive. Cet obstacle a posé de nombreux problème aux attelages", a commenté la Française. Très bon point pour Maxime Maricourt (engagé en individuel), habitué des marathons rapides, et qui réussit un championnat parfait, terminant huitième du marathon.

 
Chardon, bon sang ne saurait mentir

 
Chez les paires, là encore la guerre a été déclarée en tête du classement. Le Néerlandaise Ewood Boom, premier au classement provisoire, a conservé son rang en finissant troisième du marathon. Derrière lui, on trouve en embuscade l’Allemand Marco Freund, deuxième du marathon. Il a grillé la politesse à son compatriote Dieter Baackmann, qui a terminé le marathon au milieu du classement. L’équipe de France s’est bien comportée en réalisant des bons marathons, mais le retard pris au dressage ne lui a pas permis de gagner beaucoup de places au classement général. Axel Mancaux s’est classé sixième de ce marathon.
Enfin, dans les attelages à quatre poneys, un autre Néerlandais, Bram Chardon, le fils du célèbre IJsbrand, star de l'attelage à qiuatre chevaux, a mis la pression à tout le monde, prenant la première place et gardant la tête du provisoire. Dans ce deuxième test, il a devancé l’Allemand Steffen Brauchle et le Belge Jeroen De Schutter. Le Hongrois Josef Dobrovitz n’a pas dit son dernier mot, réalisant un magnifique marathon et restant lui aussi à l’affût d’une faute lors de la maniabilité de demain. Côté français, on déplore un accident de l’attelage de Gilles Arriat. Il était parti comme une fusée pour "réussir un temps". Sur l’obstacle numéro quatre, une glissade de l’attelage a éjecté un groom, qui s’est fracturé la cheville. Accident regrettable qui a un peu gâché le moral de l’équipe de France qui n’avait pas besoin de cela…
Dernier round de ces championnats du monde demain à Pau avec les tests de maniabilité. À priori, les Bleus devraient repartir bredouilles du Béarn.

 
À Pau, Patrick Crasnier

 
Les résultats

À lire également...

Réagissez