MARCO KUTSCHER POSE SES JALONS À EUREXPO

Marco Kutscher et Cornet's Cristallo ont déroulé un parcours sans accroc. Photo RB Presse/Equita' Lyon

Samedi 02 novembre - 23h59 | Sébastien Roullier

MARCO KUTSCHER POSE SES JALONS À EUREXPO

Equita’ Lyon est lancé et bien lancé, en ce qui concerne le CSI 5*. Si Marco Kutscher leur a gentiment grillé la politesse lors de la Vitesse à 1,50m qualificative pour le Grand Prix, les Français se sont fort bien comportés, laissant entrevoir de beaux espoirs pour l’Equita Masters de demain soir et le Grand Prix de dimanche.


 
[Cornet s Cristallo] a remporté l’une sinon la plus belle victoire de sa carrière, ce soir à Eurexpo, lors de la première épreuve majeure du CSI 5* de Lyon. Sous le selle de [Marco Kutscher], le Westphalien de dix ans, fils de Cornet Obolensky et d’une mère par Pilot, avait déjà gagné une épreuve spéciale en duo, associé à [Ludger Beerbaum] et [Chaman], ainsi que le Grand Prix CSI 3* de Neumünster, puis une vitesse à 1,45m au CSI 5* de Madrid, mais il s’agit là de l’épreuve la plus sérieuse. Un exercice de vitesse sans triple, mais avec trois doubles, dont deux à enchaîner, sans que cela n’ait d’ailleurs posé tant de problèmes. Trois verticaux placés après des virages à 180° ont en revanche piégé bon nombre de concurrents, même si vingt-et-un couples ont bouclé ce tour sans faute. Pour Marco et Cornet’s Cristallo, un parcours-santé, facile, sans jamais donner l’impression d’y toucher. Diablement efficace.
"Il est sur la bonne voie : la semaine dernière, il était deuxième d’un Grand Prix et depuis quelques semaines, il saute vraiment bien. Aujourd’hui, le parcours lui convenait, il était bien préparé, je savais qu’il pouvait être rapide, j’ai eu le temps d’observer mes concurrents, j’ai essayé et ça a marché! Ce cheval est entré dans mes écuries à huit ans, il était déjà bien avancé, il a été formé par Florian Meyer zu Hartum qui l’avait déjà sorti à 1,50m. Maintenant, je profite bien de son travail…" Et de celui de son boss, Ludger Beerbaum, qui a récupéré Cornet’s Cristallo pendant trois mois, le temps que Marco, qui a bien sûr longtemps monté son père, se remette de sa fracture à l’épaule. "C’est spécial de monter ainsi le fils d’un cheval qui a été aussi important dans ma carrière. D’ailleurs, je monte un autre de ses produits ici, Cole Porter, dans les jeunes chevaux. En Allemagne, il y a déjà un nombre impressionnant de ses produits qui brillent en concours."

 
Les Français ont fière allure

 
À l’arrivée, l’Allemand a devancé deux Français, parmi les chouchous du public lyonnais, qui a littéralement assailli toutes les places disponibles autour de l’arène : [Kevin Staut] et [Penelope Leprevost], battus respectivement d’un peu moins de huit dixièmes et d’une seconde, associés à [Quismy des Vaux]*HDC et [Nayana]. Les deux ont déroulé deux très beaux parcours sur deux juments qu’on suivra sûrement tout au long de la saison hivernale.
Deux autres couples sont passés sous la barre de la minute, l’Allemand [Hans-Dieter Dreher] et l’Irlandais [Denis Lynch], régalant le public lyonnais avec leurs gravures mode [Embassy II] et [All Star 5]. Trois autres Français s’en sont brillamment sortis sans faute, sans affoler le chrono, et se sont du même coup qualifiés pour le Grand Prix dominical: [Eugenie Angot], dixième avec [Old Chap Tame], [Jerome Hurel], quinzième sur [Quartz Rouge] et [Marie Hecart], dix-septième sur [Myself de Breve]. Jouant la gagne, quatre autres ont fauté une fois, mais laissé une très belle impression : [Philippe Rozier] et [Akita], [Roger-Yves Bost] et [Colombo van den Blauwaert], [Simon Delestre] et [Valentino Velvet], ainsi que [Timothee Anciaume] et [Padock du Plessis]*HN, auteurs d’un excellent début de saison indoor. On les suivra demain, eux et les autres, lors de deux épreuves, une Spéciale en Deux Phases à 1,50m, puis l’Equita Masters, une épreuve en deux manches réunissant notamment les vainqueurs des derniers grands championnats, un exercice qui ravit toujours les spectateurs.

 
À Lyon, Sébastien Roullier (avec communiqué)

 
Les résultats

À lire également...

Réagissez