LES ANECDOTES QU’ON NE VOUS AVAIT ENCORE JAMAIS RACONTÉES SONT DANS LE NUMÉRO DU MOIS D'OCTOBRE DE GRAND PRIX MAGAZINE!

Toulousains d'origine, Astier Nicolas et Thomas Cartile sont inséparables en concours. ©Pauline Chevalier

Mardi 15 octobre - 14h33 | mkubicki2

LES ANECDOTES QU’ON NE VOUS AVAIT ENCORE JAMAIS RACONTÉES SONT DANS LE NUMÉRO DU MOIS D'OCTOBRE DE GRAND PRIX MAGAZINE!

Talentueux, attachants, maniaques, étourdis, drôles, émotifs…Ainsi sont les protagonistes de la planète cheval !À l’occasion de son cinquantième numéro, Grand Prix Magazine a fouillé dans ses archives et fait appel aux cavaliers, entraîneurs, grooms, longeurs, propriétaires, marchands, juges, commentateurs et observateurs de ce petit monde, en quête des meilleures anecdotes, celles que l’on raconte en fin de dîner ou que l’on partage au bord des lices, construisant la grande légende du sport :


"Astier, où as-tu la tête ?


Toulousains d’origine, Astier Nicolas et Thomas Carlile se connaissent depuis un bail. L’été dernier, ils ont participé aux mêmes concours lors de trois week-ends rapprochés. Le premier, à Melay, Astier appelle Thomas pendant qu’il travaille avec un cheval. « Il était très en retard, n’arrivait pas à trouver le centre équestre de Melay et avait oublié ses bottes. J’ai écourté un peu ma séance et lui ai prêté les miennes. » Le week-end suivant, à Sandillon, rebelote. Cette fois, Astier avait oublié ses chemises et sa cravate ! « Pour le troisième concours, au Pin-au-Haras, je lui ai rappelé de prendre ses affaires avant de partir. » « Oui, oui, je viens de faire ma valise, j’ai tout pris en double ! Ne t’inquiète pas. » Résultat, Thomas l’a vu arriver avec un pantalon dix fois trop grand, une chemise longue comme une chemise de nuit, une cravate qui n’était pas la sienne et une cravache qu’on lui avait prêtée… Le jeune homme avait bien pensé à tout prendre en double, mais il avait oublié sa valise !"


Retrouvez toutes les anecdotes dans le numéro du mois d’octobre de Grand Prix Magazine avec en couverture Hervé Godignon !


Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici,
Ou achetez le numéro en ligne ici !

À lire également...

Réagissez