NOVELLIST ET TREVE DÉFIENT LES SAMOURAÏ DANS LE PRIX DE L'ARC DE TRIOMPHE

En 2012, c'est Olivier Peslier, en selle sur Solemia, qui a remporté la prestigieuse course. ©scoopdyga

Lundi 07 octobre - 08h42 | sroullier2

NOVELLIST ET TREVE DÉFIENT LES SAMOURAÏ DANS LE PRIX DE L'ARC DE TRIOMPHE

Grâce au partenariat noué en 2007 entre le Qatar Racing and Equestrian Club (QREC) et France-Galop, le Prix de l’Arc de Triomphe, joyau des courses françaises de galop dont ce sera la 92e édition dimanche, est toujours la course sur gazon la plus richement dotée au monde.


Véritable championnat planétaire opposant des pur-sang mâles et femelles âgés de trois ans et au-desus sur le sélectif tracé des 2.400 mètres de Longchamp, l‘«Arc» est désormais doté de 4,8 millions d’euros (dont 2,74 promis au vainqueur) et son allocation atteindra 5,3 millions d’euros en 2018.


Rien d’étonnant donc à ce que cette épreuve phare, point d’orgue d’un week-end riche de de quatorze groupes I offrant près de 8 millions d’allocations, focalise l’attention du vaste monde du galop, de l’Amérique à l’Australie en passant évidemment par l’Europe, le Moyen Orient et l’Asie où elle sera diffusée sur de nombreuses chaînes généralistes ou thématiques. Près de 50.000 spectateurs venus du monde entier sont attendus sur l’hippodrome du Bois de Boulogne et parmi eux quelque 5.000 Japonais enthousiasmés par la participation de leurs deux champions, le 5 ans Orfèvre ( Stay Gold) et le 3 ans Kizuna (Deep Impact) à la recherche d’un premier succès pour leur pays.
Monté par Christophe Soumillon, Orfèvre (titulaire d’un compte en banque de 11 millions d’euros) vient d’effectuer une réapparition victorieuse en France dans le Prix Foy disputé il y a trois semaines. Il a raté le coche de justesse l’an dernier n’étant battu que tout à la fin par la 4 ans Solemia (Poliglote), celle-ci profitant d’un écart de son adversaire qui pencha fortement vers la lice dans les deux cents derniers mètres. Tout le Japon compte sur lui et il est probable qu’il soit le favori des parieurs.


Lauréat de la course préparatoire réservée aux 3 ans, le Prix Niel, Kizuna, l’autre samouraï, vainqueur du Derby du Japon au printemps aura lui aussi de très nombreux supporters nippons. Ce bai brun possédant une très belle pointe de vitesse doit pratiquer la course d’attente. Il est confié au crack jockey Yutaka Take et s’il ne connait pas de problèmes de traffic dans la ligne droite, il faudra compter avec lui.


Face aux visiteurs venus du Pays du Soleil Levant, l’Europe ne manque pas d’arguments dans cette compétition d’un niveau exceptionnel. En effet, le quatre ans allemand Novellist (Monsun), dominateur dans le Grand Prix de Saint-Cloud , Les King George and Queen Elizabeth Stakes ( L’Arc anglais) et plus récemment dans le Grand Prix de Baden Baden, autant de courses de groupe I courues sur 2.400 mètres est un «sérieux client» tout comme la 3 ans française Treve (Motivator) lauréate du Prix de Diane et du Prix Vermeille, les meilleures courses pour femelles disputées en France. Vendue récemment au cheikh Al Thani par la famille Head qui l’a élevée, Treve qui n’avait pas trouvé preneur à 25.000 euros aux ventes de yearlings d’Arqana en 2011, devait être montée par Lanfranco Dettori mais ce dernier victime d’une fracture à la cheville mercredi dernier sur l’hippodrome de Nottingham devra laisser sa place au Français Thierry Jarnet déjà deux fois lauréat de cette course (avec Subotica 1991 et Carnegie 1994). La pouliche n’ayant pas été engagée dans l’Arc à l’ouverture des candidatures au printemps, elle a dû par ailleurs être l’objet d’un engagement de rattrapage moyennant un chèque de 100.000 euros !


Derrière les quatre ténors dont nous venons d’évoquer les mérites, les deux vainqueurs des Derbies français à Chantilly et anglais à Epsom, Intello (Galileo) et Ruler of the World (Galileo) se tiendront en embuscade car ils ne manquent pas de classe. Ce sont de petits outsiders très possibles, capables en tout cas de figurer à l’arrivée de ce championnat support du pari quinté +, tout comme Al Kazeem (Dubawi) régulier au plus haut niveau cette année et dont la cote sera intéressante.


Jean-Noël Gontier

À lire également...

Réagissez