'J’AI HÂTE DE PARTICIPER À MON PREMIER CSI 5*', GRÉGORY COTTARD

Grégory Cottard, champion de France Pro Élite à Fontainebleau avec Pepyt' des Elfs. ©scoopdyga

Vendredi 04 octobre - 18h44 | Sébastien Roullier

'J’AI HÂTE DE PARTICIPER À MON PREMIER CSI 5*', GRÉGORY COTTARD

Le week-end dernier s’est déroulé le Master Pro Élite à Fontainebleau. [Gregory Cottard], accompagné de sa [Pepyt des Elfs], s’est imposé sur le Grand Parquet devant la famille Hécart, [Marie hecart] et [Michel Hecart], tenant du titre, respectivement deuxième et troisième. Contacté par GrandPrix-Replay.com, il revient sur ce week-end et sur son parcours.


GrandPrix-Replay.com : Vous venez de remporter le Master Pro Élite à Fontainebleau devant la famille Hécart. Que représente ce titre pour vous ? Était-ce un objectif ?
Grégory Cottard : C’est un rêve ! Avant ces trois années, jamais je n’aurais pensé pouvoir participer à ces championnats. J’étais un cavalier maison lambda. Quand j’ai débuté à ce niveau-là il y a trois ans, je me suis dit que c’était possible. Grâce à Pepyt’ des Elfs j’ai pu y accéder.


GPR. : Vous avez posé vos jalons dès la Chasse. Comment avez-vous géré la pression et appréhendé les épreuves ?
G.C. : J’ai commencé le championnat par une bonne Chasse. J’étais deuxième derrière [Mathieu Billot]. Malheureusement pour lui, son cheval ([Pardoes], ndlr) s’est blessé. Je suis donc remonté à la première place du provisoire. Lors de la deuxième épreuve, j’ai couru sans trop de pression, je sentais bien ma jument. Je faute sur le un ! Puis la jument a sauté magnifiquement bien. Je me suis alors retrouvé à la cinquième place. La première manche de la finale... sincèrement je n’étais pas présent ! J’étais très stressé au point de ne pas réussir à compter mes distances. Sachant que je pouvais remonter dans le classement, je me suis alors mis la pression tout seul. Je ne sais pas comment ma jument a réussi à se dépatouiller, mais elle m’a sauvé une ou deux fautes. Elle a peut-être senti qu’elle devait prendre les choses en main. En tout cas, elle a été là pour moi. Après mon sans-faute, je me suis alors retrouvé de nouveau en tête avec deux barres d’avance. Je suis rentré en piste plus détendu. Je m’en voulais d’avoir mis ma jument en difficulté, donc je me suis ressaisi. Ce titre, je ne l’ai pas gagné tout seul. Nous sommes un vrai couple.


GPR. : Comment avez-vous préparé votre jument en vue du Master Pro ?
G.C. : Elle a participé à beaucoup de beaux concours dont 95% étaient sur herbe. Elle était prête à sauter sur le Grand Parquet, qu’elle connait très bien. Je l’ai laissée au repos pendant un mois après le Grand National de Saint-Lô. Quinze jours avant les championnats, je l’ai emmenée à Compiègne, un très beau concours pour préparer ce Master Pro.


GPR. : Avez-vous passé un cap tous les deux ?
G.C. : Oui, nous avons obtenu plusieurs classements dans des Grand Prix à 1,60m (deuxième au CSI 3* de Dinard, sixième des CSI 3* de Maubeuge et Neufchâtel-Hardelot, et sixième de la Coupe des nations de Lisbonne, ndlr). Pour ces championnats, contrairement à la première année où j’étais très impressionné par la hauteur et la deuxième année où je n’arrivais pas du tout à gérer la pression, j’ai progressé. La hauteur ne m’a pas dérangé et j’ai su me ressaisir quand j’ai été envahi par le stress.


GPR. : Quels sont vos projets pour Pepyt’ ?
G.C. : Pour l’instant je la laisse au repos. Nous devons reparler avec Philippe Guerdat. Il m’a déjà dit que je pourrais certainement participer au concours de Lyon, Bordeaux, Paris et La Baule. A priori, j’irai au Grand National du Mans pour préparer correctement Lyon.


GPR. : Pouvez-vous parler de votre piquet de chevaux ?
G.C. : J’ai deux bons six ans, [Team du Temple] et [Thelastdance des Elfs], un huit ans, [Rockstar de B neville], qui commence les Grand Prix à 1,50m, et un dix ans, [Cassidee], qui suit Pepyt’des Elfs. J’ai aussi deux cinq ans : [Une Chance] et [Une Futee de Wy]. N’ayant pas énormément de chevaux, j’essaye de bien me concentrer sur chacun et de faire en sorte que tout se passe au mieux.


GPR. : Quels sont vos projets ?
G.C. : Continuer ! J’ai progressé tout au long de ma carrière, mais ça fait vraiment trois ans que mes résultats montent en flèche. Je n’ai pas envie que cela s’arrête. J’ai hâte de participer à mon premier CSI 5* à Lyon ! Je n’attends que ça !


Propos reccueillis par Daphné Godfroy 

À lire également...

Réagissez