LE GRAND PRIX DE BARCELONE RESTE EN PAYS D'AUGE

Dans la nuit catalane, Patrice Delaveau a enrichi son palmarès d’une nouvelle ligne de prestige. Photo Nacho Olano/CSIO Barcelona

Dimanche 29 septembre - 20h59 | Sébastien Roullier

LE GRAND PRIX DE BARCELONE RESTE EN PAYS D'AUGE

Patrice Delaveau et Carinjo 9*HDC ont succédé à Julien Épaillard et Monalisa LS au palmarès du Grand Prix de Barcelone, ce soir au Real Polo Club. Double sans-faute et rapide, le couple a confirmé de belle manière les grands progrès déjà visibles à Gijón et Lausanne.

 
Après ceux de Hong Kong et La Baule, [Patrice Delaveau] s’est offert un nouveau Grand Prix de prestige, ce soir à Barcelone. Trois Grands Prix CSI 5* avec trois chevaux différents : [Lacrimoso] 3*HDC, [Orient Express]*HDC et cette fois [Carinjo] 9*HDC. Sans oublier les flamboyants exploits de la belle [Ornella Mail]*HDC à Hong Kong et La Baule et celui de [Quenndal de Lojou]*HDC à Vichy! Patrice Delaveau est certes très bien loti, mais le mérite lui revient de savoir faire fructifier ce beau capital équin sur les plus belles pistes du monde. Avec cette nouvelle victoire, le Normand devrait enfin entrer dans le Top 10 du classement mondial en octobre, où il rejoindrait [Kevin Staut] et [Roger-Yves Bost]. Impressionnant et révélateur de la bonne santé de l’élite tricolore.
Sur l’arène ensablée du Real Polo Club de Barcelone, Patrice a dû batailler ferme, face à une concurrence de haut niveau, même si les chevaux de tête se consacrent essentiellement à la finale de la Coupe des nations, qui se poursuit demain avec la Consolante et dimanche par une manche ultime qui s’annonce palpitante, avec un joli trophée et 1,5 million d’euros repartis entre les huit meilleures équipes.
Dans ce Grand Prix, les Français ont réussi un joli tir groupé. À l’appel de la seconde manche, seule a manqué [Penelope Leprevost], qui a préféré abandonner après un début de parcours manqué avec [Topinambour]. Pénalisés de quatre points sur le dernier vertical de ce tour, mais rapides, [Simon Delestre] et [Ryan des Hayettes], le champion de France des sept ans 2012, ont été invités à repartir en seconde manche. À ce stade, le Lorrain a rendu une très belle copie qui lui a offert la septième place finale.

 
Simon septième, Eugénie huitième

 
Grâce à son sans-faute indiscutable et son très bon temps, Patrice est reparti en dixième position. Vite dès les premiers mètres et négociant parfaitement ses deux virages, il a réussi à effacer le chronomètre du toujours vif [Michael Whitaker], associé à [Elie van de Kolmen]. Ces deux-là, qui s’étaient déjà hissés sur le podium du Grand Prix de Hong Kong, dans le même ordre, ont été les seuls doubles sans-faute. La troisième place est revenue à [Beezie Madden] et [Cortes C], auteur un peu plus tôt du meilleur temps de la seconde manche. L’Américaine poursuit ainsi son mano a mano virtuel avec [Ben Maher], à qui elle rêve de chiper la place de numéro un mondial.
Dernière à s’élancer grâce à son temps canon de la première manche, [Eugenie Angot] croyait bien son heure venue, d’autant qu’[Old Chap Tame] est apparu en excellente forme. Mais une faute en fin de tour, ainsi qu’un chrono un peu moins bon, l’ont empêchée de voler la vedette au héros du soir. Elle a terminé huitième.
Après quelques déceptions, notamment une deuxième manche manquée dans le Grand Prix de Doha, en mars, Carinjo est revenu tranquillement à son meilleur niveau, celui qui lui avait permis de terminer deuxième du Grand Prix d’Aix-la-Chapelle en 2012 avec [Thomas Voss]. "Carinjo est très émotif. Comme nous avions des difficultés dans les combinaisons, je le faisais beaucoup travailler là-dessus  à la maison. Cela se passait toujours bien dans la semaine, puis coinçait le week-end. Au bout d’un moment, j’ai décidé de ne plus l’embêter, et tout s’est remis en ordre", explique son cavalier.
De fait, le couple s’est classé deuxième du Grand Prix CSI 3* de Vichy en juillet, avant de remporter le second Grand Prix, relevé, du CSI 5* de Chantilly. Après une nouvelle rechute à Valkenswaard, avec seize points en seconde manche du Grand Prix Global Champions Tour, le Normand et son étalon Holsteiner fils de Cascavelle, doté d’une technique de saut parfaite, ont pris la sixième place du très difficile Grand Prix CSI 5* de Gijón et la deuxième encore du GCT de Lausanne, il y a deux semaines. Quand Lacrimoso reviendra de sa convalescence, Patrice comptera trois vrais chevaux de Grand Prix, ce qui lui permettra de se lancer lui aussi à la poursuite de Ben et Beezie. Chaque jour suffit sa peine!

 
À Barcelone, Sébastien Roullier

 
Le classement

À lire également...

Réagissez