'TOUT DÉPENDRA DU RÔLE QUI ME SERA ATTRIBUÉ DANS L'ÉQUIPE'

Donatien et Pivoine des Touches en plein CICO 3* de Fontainebleau, fin mars (photo Scoopdyga)

Vendredi 23 août - 09h27 | audreymangin4

'TOUT DÉPENDRA DU RÔLE QUI ME SERA ATTRIBUÉ DANS L'ÉQUIPE'

Malchanceux aux derniers Jeux olympiques, où une blessure d'[Ocarina du Chanois] l'a empêché de s'élancer sur la dernière épreuve, après un superbe cross, [Donatien Schauly MCH] n'a toujours pas retrouvé son crack depuis lors. Le Maréchal ne s'est pas effondré pour autant, et réalise même une bonne saison grâce à ses deux recrues [Seculaire]*Mili et [Pivoine des Touches]. Ses performances lui ont valu d'être sélectionné par Thierry Touzaint pour les championnats d'Europe de Malmö. Le choix de sa monture pour cette échéance reste à arrêter ; c'est d'ailleurs l'un des objectifs du stage de préparation de l'équipe de France, qui s'achèvera ce week-end. Donatien revient sur l'entraînement des Tricolores en Basse-Normandie, parle de l'état de ses chevaux et de ses objectifs pour les championnats en Suède, la semaine prochaine.


GrandPrix-Replay : Où en êtes-vous, avec l'entraîneur et sélectionneur Thierry Touzaint, dans le choix de votre partenaire pour les championnats d'Europe de Malmö ?


Donatien Schauly : J'ai emmené mes deux chevaux sélectionnés, Pivoine des Touches et Séculaire, au stage de préparation. Nous travaillons les deux, et nous devrions prendre la décision après les derniers galops de fin de semaine, qui nous permettront de voir comment ils récupèrent. Pour l’instant, les deux chevaux sont en pleine forme. Je préfère ne pas trop m’avancer, une petite blessure est vite arrivée dans notre sport !


GP-R : Comment s'est déroulée la préparation jusqu'ici ?


D. S. : Cela fait plus d'une semaine que nous sommes en stage. Nous avons commencé par deux jours de dressage au Lion d’Angers, dans de grandes carrières avec des drapeaux, de belles lices... comme sur un vrai carré de concours. Du Lion d’Angers, nous sommes partis à Dinard pour participer à un concours de saut d'obstacles, afin de préparer les chevaux à l'hippique. Tous ont réalisé de beaux parcours, les miens ont très bien sauté et sont sans faute tous les deux.

Nous avons finalement rejoint Granville samedi, il y a dix jours. Ici, le but est de mettre les chevaux en condition, et nous profitons de la plage pour faire nos galops. Nous occupons le reste du temps en déroulant la reprise en entier, notamment, et avec d'autres séances passées en travaillant par ateliers, en fonction des chevaux. Un peu d'étirements, de travail technique... pour préparer la reprise. Dans l'ensemble, le travail sur le plat se passe bien, les chevaux sont plutôt en forme, assez disponibles, souples. Séculaire est un cheval que je connais bien, donc il ne me reste qu’à peaufiner certains exercices, à améliorer les figures où nous ne gagnons généralement pas beaucoup de points. Pivoine est encore en formation, donc nous recherchons la meilleure façon de la présenter, nous travaillons son attitude et sa souplesse, points sur lesquels elle doit encore progresser. Dans l’ensemble, les chevaux sont plutôt bons sur le dressage par rapport à d'habitude.


GP-R : Quelles nouveautés a amené Thierry Touzaint comparé à votre ancien entraîneur, Laurent Bousquet ?


D. S. : L'entraînement de Thierry n'est pas si différent de celui de Laurent. Il n'y a pas mille manières d'entraîner les chevaux... On galope, on laisse un peu récupérer les chevaux, on fait des séances sur le plat, un peu d'obstacle... L'approche change un peu, mais dans le fond c'est la même chose. Les deux savent être à notre écoute et à celle de nos chevaux. Thierry travaille en revanche plus directement avec nous, en personne, tandis qu'avec Laurent nous avions davantage d'intervenants. À Granville, tout le staff est vraiment regroupé, ce qui nous permet de travailler également d'autres chevaux que ceux du concours.

En tout cas, concernant l'ambiance, tout se passe bien. Astier (Nicolas, ndlr) est arrivé un peu en décalé, puisqu'il courait en Angleterre le premier week-end. Il nous a rejoint et a rattrapé l'entraînement. Ce qui est intéressant, c'est qu'en étant tous sur place, nous avons l'occasion de nous observer au travail les uns les autres, d'échanger, de progresser ensemble.


GP-R : Quels objectifs avez-vous en tête pour Malmö ? 


D. S. : Comme toujours, le but premier est de faire de notre mieux. Avec un cheval comme Ocarina, qui était systématiquement dans le coup, je pouvais espérer me rapprocher d'un podium sur une épreuve de ce type-là. Maintenant, il est vrai que Séculaire et Pivoine sont un peu moins classiques. Je vise le premier quart, c'est sûr, mais pour le reste, les chevaux nous le diront. Cela va aussi dépendre du rôle que l'on va m'attribuer au sein de l'équipe, du but de ces championnats - si je suis là pour faire prendre de l'expérience à Pivoine, etc. Ces objectifs se dessinent petit à petit, et vont être fixés cette fin de semaine.


GP-R : Avez-vous reçu des informations concernant le parcours de cross ?


D. S. :  Nous ne savons pas trop à quoi le cross va ressembler, si ce n'est qu'il est assez proche du paysage de Granville, en bord de mer, avec un peu de dunes sans pour autant être vallonné. Cela devrait bien correspondre à mes deux chevaux, qui sont maniables et plutôt rapides. Pour l'instant, nous sommes assez sereins.


GP-R : Et comment va Ocarina du Chanois ?


D. S. : Ocarina va bien, il poursuit sa période de repos. Nous avons décidé de prolonger sa pause, vu qu'en ce moment j'ai plusieurs de chevaux disponibles pour courir à un certain niveau. Nous allons le laisser au repos toute cette année, pour le ménager le plus possible dans l'optique d'échéances du type Jeux olympiques de Rio.




Propos recueillis par Claire Jankowiak

À lire également...

Réagissez