JACQUES FERRARI S'IMPOSE NATURELLEMENT AUX CHAMPIONNATS DE FRANCE DE VOLTIGE

Jacques Ferrari a obtenu, dimanche, son premier titre de champion de France en Amateur Élite

Jeudi 11 juillet - 23h32 | ElodieM

JACQUES FERRARI S'IMPOSE NATURELLEMENT AUX CHAMPIONNATS DE FRANCE DE VOLTIGE

Les championnats de France de voltige Amateur se sont tenus ce week-end à Yvré-l’Évêque, près du Mans, pour la troisième saison consécutive. Cette année, l’événement national s’est ouvert aux catégories Amateur 3 et 4. Autre nouveauté, l’absence de Nicolas Andréani, qui détenait le titre depuis 2009, a mis fin à son règne. Au terme des quatre épreuves qui composent la compétition, deux voltigeurs, homme et femme, et une équipe, ont été sacrés champions de France 2013. Mais alors que l’échéance se rapproche doucement, seuls les Jeux équestres mondiaux occupent les esprits des athlètes.


Clôturant une saison pleine de succès, les championnats de France de voltige ont vu Jacques Ferrari, associé à Poivre Vert longé par François Athimon, s’imposer naturellement dans la catégorie Amateur Élite hommes. Si Vincent Haennel avait pris de l’avance grâce aux imposés, le Charentais est remonté à la première place dès son premier programme libre, qu’il a présenté le vendredi, et l’a conservée jusqu’au dimanche. Le thème de "La chute de l’ange" a une fois de plus séduit les juges par la technicité dont il fait preuve et l’émotion qu’il transmet. « Nous n’avions pas vu de libre aussi expressif, aussi touchant, depuis celui du soldat de Nicolas Andréani, il y a quelques années » estime Anthony Presle, des écuries de la Cigogne. Au terme de cette année au cours de laquelle le jeune athlète a remporté quatre CVI 3* consécutifs, sa victoire semblait attendue. D’autant plus que ses concurrents les plus sérieux étaient absents de l’événement.


En effet, Carlos, le cheval d’Ivan Nousse, stationné en Allemagne, nécessitait quelques soins, tandis que Nicolas Andréani, actuellement privé de monture, n’a pas pu y prendre part. Son cheval de tête, Just a Kiss*HN, s’est blessé au tendon en mars. « Son temps de repos va être un peu plus long que prévu, il reviendra certainement en septembre », explique Nicolas. Pour la fin de la saison, le champion a pu voltiger sur Dyronn, prêté par Clément Taillez. Mais, étant déjà utilisé par son propriétaire et par Rémy Hombecq, il semblait plus raisonnable de ne pas lui faire courir un troisième championnat. Par ailleurs, Nicolas explique : « Je n’avais pas envie de faire les France en-dessous de mon niveau de performance, et de partir aux championnats d’Europe avec une frustration ». Et pour les Jeux équestres mondiaux ? « J’ai un certain nombre de possibilités. J’ai toujours l’espoir qu’Idéfix revienne. Il va être travaillé par Marina Joosten-Dupon (sa longeuse, ndlr), dès septembre, tout comme Just a Kiss. J’ai également réinvesti dans un nouveau cheval. Mais il n’a que huit ans, cela risque d’être un peu court pour les Jeux ». Malgré sa non-participation, le Corse a tout de même honoré le manège du Boulerie Jump de sa présence. Pour le plus grand plaisir des spectateurs, il s’est illustré en démonstration, totalement improvisée, tandis que le voltigeur "retraité" Matthias Lang le longeait. Actuellement, il prépare le programme destiné aux Jeux, qu’il présentera pour la première fois lors de la première étape Coupe du monde, l’hiver prochain.



En équipe, « nous sommes attendus ! »


Chez les femmes, Anne-Sophie Musset, évoluant sur Papillon de Laume longé par Danièle Agnus, a remporté le titre in extremis ! Menée lors de la première manche par Christelle Haennel, puis par Manon Noël, son dernier libre lui a permis de reprendre la tête et de sortir victorieuse du championnat. Elle obtient ainsi son septième titre consécutif.



Quant aux équipes, les écuries de la Cigogne, basées à Strasbourg, ont logiquement été couronnées grâce à leur libre sur le thème du rêve. Le collectif, créé par le longeur Cédric Cottin, travaille ensemble depuis plus de sept ans ! Après avoir participé au projet équipe pour les Jeux de Lexington, en 2010, les voltigeurs (Anthony Presle, Clément et Claire Taillez, Nathalie Bitz, Christelle Haennel et Robin Krause), qui s’illustrent sur Watriano R, sont en parfaite osmose, et bien au-dessus du niveau français. Les seuls à pouvoir concurrencer des équipes étrangères très fortes, dans les compétitions internationales ! « Il n’y avait pas vraiment de concurrence aux championnats de France. Nous sommes venus dans le but de travailler pour préparer les championnats d’Europe », explique Anthony. « Nous avons fait les meilleurs imposés de notre saison, et notre premier libre s’est très bien passé. Mais il nous reste encore du travail, et certains blocs vont être modifiés pour les Europe. Bien entendu, cette échéance est une grosse étape : depuis notre troisième place, l’an dernier, aux mondiaux, nous sommes attendus. Il faut qu’on assure ! Les Europe vont préparer les juges pour les Jeux ». D’ailleurs, pour l’événement normand, les programmes et les costumes seront entièrement changés, afin de leur réserver une belle surprise !


Davy Delaire, l’entraîneur national, résume : « Les championnats européens ne sont clairement pas la priorité. Bien sûr que nous espérons des médailles, mais les Europe sont d’abord une étape pour les Jeux, une étape où il faut que l’on se montre sous notre meilleur jour ». Il doit annoncer cette semaine les voltigeurs sélectionnés pour les championnats danois. Les résultats des voltigeurs, cette saison, ne laisse toutefois que peu de place au suspense.



Léa Dall'Aglio

À lire également...

Réagissez