LA GRÈVE DES CONTRÔLEURS AÉRIENS N'AURA PAS RAISON DU JUMPING DE CANNES !

Ayant voyagé en camion, les chevaux n'ont nullement souffert de la grève des contrôleurs aériens. Photo RB Presse

Samedi 15 juin - 19h05 | ClaireJ

LA GRÈVE DES CONTRÔLEURS AÉRIENS N'AURA PAS RAISON DU JUMPING DE CANNES !

Les grèves ont eu le don de compliquer les choses pour les organisateurs du Jumping de Cannes : l’acheminement des cavaliers, accompagnateurs et autres officiels a été le principal sujet de préoccupation de la journée d’aujourd’hui. Finalement, les chevaux ont été les moins stressés dans l’histoire : ils sont tous arrivés par la route et ont passé la visite vétérinaire sans encombre. Qu’on soit rassuré, la plupart des cavaliers seront en temps et en heure au départ de la première épreuve, demain au stade des Hespérides.


 
Les oreilles de Charly, le coordinateur des cavaliers, ont chauffé sérieusement à force d’être collées au téléphone pour organiser les navettes entre l’aéroport de Nice et Cannes. C’était un avion, celui de [Roger-Yves Bost], qui avait bien décollé de Roissy, mais qui a dû rebrousser chemin, si bien que le dernier vainqueur français (2009) du Grand Prix de Cannes a passé le plus clair de son mercredi dans l’avion ou dans la salle d’attente de l’aérogare parisien. Même le jet privé de Guillaume Canet n’a pu décoller à l’heure souhaitée et l’acteur-réalisateur-cavalier n’a pas pu se familiariser avec la piste des Hespérides qu’il découvrira donc demain matin, dès 11h, pour la première épreuve Amateur.
Le vétérinaire du Jumping, Richard Cordes, a choisi un moyen de transport plus sûr en prenant un train de nuit "qui m’a rappelé les vacances de mon enfance". Pour les autres membres du staff des officiels, il a fallu louer au dernier moment des voitures à Orly car jamais leur avion ne devait décoller. Ils ont fait la route une bonne partie de la nuit pour lancer demain le premier cavalier sur la piste où, comme par magie, rien ne transpirera des angoisses de la veille.
Place au sport donc, même si le champion olympique, le Suisse [Steve Guerdat] ne sera finalement pas au départ. Mais ce n’est pas un problème de transport qui a cloué le Romand dans son Jura. Il préfère préparer ses chevaux pour le CSIO d'Aix-la-Chapelle, une échéance importante pour l'équipe Suisse.

 
(source communiqué)

À lire également...

Réagissez