L'EXPERIENCE DE MICHEL ROBERT A PARLÉ À BOURG-EN-BRESSE

Michel Robert et Oh d’Éole ont signé un barrage magnifique, cet après-midi dans l’Ain. Photo Jean-Louis Perrier

Mercredi 05 juin - 23h38 | Sébastien Roullier

L'EXPERIENCE DE MICHEL ROBERT A PARLÉ À BOURG-EN-BRESSE

De la force et surtout de l’astuce. Voilà ce qu’il fallait pour réussir dans le Grand Prix du CSI 4* de Bourg-en-Bresse, cet après-midi. Le couple formé par Michel Robert et Oh d’Éole n’en a pas manqué. Ils signent une très belle performance malgré un événement inattendu au barrage.


 
"Difficile". C’est ainsi que Thierry Pomel a qualifié le parcours du Grand Prix de Bourg-en-Bresse, pensé par le chef de piste Jean-Paul Lepetit. Un tracé simple mais plein de subtilités et ponctué de gros oxers carrés à 1,60m, avec des lignes délicates, qui ne laissait pas de place à l’improvisation. Juge de paix, l’enchaînement neuf, dix, onze a fait de nombreux dégâts. Une ligne dans la diagonale de la carrière, en direction de l’entrée de piste avec entrée sur un vertical sur bidet, cinq foulées courtes, un gros oxer noir au maximum des cotes, de nouveau cinq foulées un peu plus ouvertes et un double vertical-oxer, bleu clair. Le bidet a eu raison de l’Italienne [Beatrice Patrese], qui chute là, heureusement sans gravité. [Patrice Delaveau] et [Lacrimoso] 3*HDC, qui affichaient une très grande forme depuis le début du concours, se sont laissé prendre et ont fauté, de peu, sur le deuxième plan du dernier oxer de la ligne. Certains ont tenté l’option six foulées mais en ont, pour la plupart, été pour leur frais.
Autre point de perplexité pour les cavaliers : la ligne trois, quatre. Une entrée sur vertical, six foulées en avançant et un triple oxer, une foulée, vertical, deux foulées, oxer. Le tout avant un tournant à gauche pour aborder un gros oxer clair, monté au carré, dont le second plan est facilement tombé. Redoutée, la rivière, qui n’avait pas encore été sautée pendant le concours, n’a finalement pas posé de gros problèmes, sauf à [Philippe Rozier]. Sa jument [Akita] s’est figée à vingt mètres de l’obstacle naturel, contraignant le cavalier à abandonner.

 
"Je leur serais passé dessus !"

 
Au final, comme l’avait prévu le chef de piste, huit cavaliers ont réussi à boucler leur tour sans encombres et en moins de soixante dix-huit secondes. Parmi eux, quatre Français : [Reynald Angot], [Anne-Sophie Godart], [Michel Robert] et [Kevin Staut], qui présentait pour la première fois à ce niveau de compétition [For Joy van t Zorgvliet]*HDC. Autres qualifiés, les Italiens [Lorenzo de Luca] et [Piergiorgio Bucci], le Britannique [Daniel Neilson] et le Japonais [Eiken Sato].
Premier à s’élancer en barrage, Reynald et [Opera des Loges] signent un sans-faute en prenant toutes les options, dans un temps correct mais prenable de 48’’62. Dan Neilson, qui s’élance juste après lui avec [Varo M], ne tarde d’ailleurs pas en faire la démonstration en bouclant son parcours sans encombre en 48’’34. Lorenzo et Zoe II ne peuvent faire mieux. Pas plus qu’Anne-Sophie, en selle sur [Carlitto van t Zorgvliet], qui sort avec quatre points. C’est alors au tour de Michel sur [Oh d Eole]. Alors qu’il a déjà franchi deux obstacles, une bourrasque de vent balaye la carrière et renverse le numéro cinq du parcours. Jean-Paul Lepetit et le personnel de piste se jettent alors sur les barres pour tenter de remonter l’obstacle rapidement. Dans les tribunes, c’est l’agitation. Personne ne sait réellement ce qui va se passer. Certains réclament que la cloche soit sonnée. Concentré, Michel Robert continue son parcours comme si de rien n’était. Il avouera pourtant par la suite s’être demandé s’il devait continuer ou pas. "De toute façon même s’ils n’avaient pas fini, je leur serais passé dessus !", blague-t-il. Heureusement, la rapidité du personnel de piste a permis de remettre l’obstacle en état à temps pour que le cavalier le franchisse. Un événement rarissime qui n’a visiblement pas perturbé Michel Robert qui pulvérise le temps de Daniel Neilson de plus d’une seconde et demie, en franchissant la ligne d’arrivée en 46’’76.
Ni Piergiorgio et [Casallo Z], un très beau fils de Casall, ni Eiken Sato et [Talent], fautifs sur le premier obstacle, ne parviennent à faire mieux. Seul Kevin peut détrôner Michel. Mais sur son jeune fils de For Pleasur, ses chances semblent faibles. Le numéro trois mondial joue pourtant le jeu, mais faute sur le vertical aux couleurs de l’association caritative Just World International. L’expérience de Michel Robert a donc parlé dans cette épreuve qu’il remporte - aussi surprenant que cela puisse paraître - pour la première fois.

 
À Bourg-en-Bresse, Steven Belfils
 

 
Le classement
1. Michel Robert (FRA) & Oh d’Éole 0/0 46’’76
2. Lorenzo de Luca (ITA) & Zoe II 0/0 48’’34
2. Daniel Neilson (G-B) & Varo M 0/0 48’’34
4. Reynald Angot (FRA) & Opera des Loges 0/0 48’’62
5. Piergiorgio Bucci (ITA) & Casallo Z 0/0 49’’06
6. Anne-Sophie Godart (FRA) & Carlitto van’t Zorgvliet 0/4 49’’07
7. Eiken Sato (JAP) & Talent 0/4 53’’08
8. Kevin Staut & For Joy van’t Zorgvliet*HDC 0/8 48’’68
9. Dominique Hendrickx (BEL) & Cor van de Wateringhoeve 1 78’’10
10. Alexandre Fontanelle (FRA) & Prime Time des Vagues 1 78’’81
14. Simon Delestre (FRA) & Whisper 4 76’’38 
15. Patrice Delaveau (FRA) & Lacrimoso 3*HDC 4 76’’40 
18. Jerome Gachignard (FRA) & Eros 5 78’’50 
20. Maximilien Lemercier (FRA) & Dindia de Jucaso 5 79’’36
23. Edouard Coupérie (FRA) & Nectar des Roches 8 73’’66 
25. Julien Épaillard (FRA) & Cristallo A*LM 8 75’’19 
30. Frederic David (FRA) & Equador van’t Roosakker 8 76’’73 
31. Florian Angot (FRA) & Qelverdie du Temple 8 76’’86 
33. Marie Pellegrin-Etter (FRA) & Admirable 8 77’’24 
34. Jean Le Monze (FRA) & Mitsouko d’Amaury 9 78’’13 
36. Mathieu Billot (FRA) & Pardoes 9 78’’47 
37. Aldrick Chéronnet (FRA) & Barbarossa van Paemel 9 78’’73
42. Olivier Robert (FRA) & Quenelle du Py 12 77’’45 
43. Bruno Broucqsault (FRA) & Pause Café du Saloz 13 79’’48
45. Julien Anquetin (FRA) & Alexander L 21 79’’54

À lire également...

Réagissez