Lundi 03 juin - 18h49 | Mathilde.Pichot

« IL EST ESSENTIEL D’AVOIR DE BONS ENTRAÎNEURS », KRISTINA SPREHE

Veni, vidi, vici. En un temps record, Kristina Sprehe a fait le grand saut vers le haut niveau. Avec Desperados, la cavalière allemande est passée de la cent vingt-cinquième à la dix-septième place mondiale en moins de huit mois (d’août 2011 à mars 2012) et occupe aujourd’hui la cinquième place. En août 2012, Kristina Sprehe, installée à Hagen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), chez son entraîneur, Jürgen Koschel, a décroché la médaille d’argent par équipes, aux Jeux olympiques de Londres. Depuis, elle n’a pas failli, tenant la tête de la Ligue d’Europe de l’Ouest de la Coupe du monde. Son avenir semble prometteur, grâce à un piquet de jeunes étalons talentueux issus du haras familial.


Grand Prix : Vous venez de remporter le Grand Prix Spécial (80.333%) du CDI 4* de Dortmund, avec Desperados. L’an dernier, vous y aviez déjà triomphé devant la Britannique Laura Bechtolsheimer (Mistral Hojris) et l’Allemande Ulla Salzgeber (Herzruf’s Erbe). Que représente ce nouveau succès ?
Kristina Sprehe :
Gagner à Dortmund est toujours une bonne surprise car c’est le concours le mieux doté en Allemagne, avec Aix-la-Chapelle. Juste avant, j’avais encore amélioré certaines choses à l’entraînement avec Monica Theodorescu, notre sélectionneuse nationale. Je suis arrivée bien préparée et j’ai eu d’excellentes sensations, dans le Grand Prix comme dans le Grand Prix Spécial.

G.P. : Dans quelles conditions avez-vous commencé à monter à cheval ?
K.S. : Quand nous avions quatre ans, ma soeur jumelle et moi, mon père nous a acheté un poney. Toute notre famille est étroitement liée aux chevaux et aux sports équestres. Mon grand-père était éleveur et mon père est le directeur général du Haras de Sprehe, l’entreprise familiale. En outre, plusieurs de mes cousins, notamment Jan et Jörne Sprehe, sont performants en saut d’obstacles.

G.P. : Comment a évolué votre carrière ? Quels ont été vos premiers succès ?
K.S. :
Je me suis spécialisée très tôt dans le dressage. En 2000, à quatorze ans, j’ai participé à mes premiers championnats d’Allemagne. En 2002, j’ai vécu mes premiers championnats d’Europe Poney, où j’ai remporté la médaille d’or par équipes. Un an plus tard, j’ai intégré l’équipe Junior avec laquelle j’ai gagné ma première médaille individuelle en championnat international. J’ai aussi décroché mon premier titre de championne d’Allemagne, dans ma catégorie. Jusqu’à la fin de mes années de Jeunes Cavaliers, en 2007, j’ai constamment représenté l’Allemagne avec succès, lors des grands championnats. Cette année-là, j’ai été sacrée double vice-championne d’Europe, individuellement et par équipes.


Retrouvez l'intégralité de l'interview exclusive de Kristina Sprehe, dans le numéro de mai de Grand Prix Magazine, qui présente sa nouvelle formule, actuellement en kiosques (lire le sommaire ici) ou dans i-GrandPrix, l'édition digitale interractive de Grand Prix Magazine (lire le sommaire ici).



Grand Prix Magazine fait en effet peau neuve ! Modernisé, vous pourrez y retrouver encore plus de rencontres et de conseils, une nouvelle maquette toujours plus dynamique, et encore plus de photos, pour vous faire revivre au mieux l'actualité équestre, les plus grands événements et des rencontres exclusives.


Pour acheter en ligne le numéro de mai de Grand Prix Magazine, c'est par ici.



Pour télécharger l'application i-GrandPrix, cliquez sur les liens suivants depuis votre tablette :
Ici pour les iPAD
Ici pour les autres tablettes

À lire également...

Réagissez