LES TROIS MEILLEURS CONCOURS DU MONDE RÉUNIS EN GRAND CHELEM

Les responsables des trois grands concours ainsi que Steve Guerdat, Eric Lamaze et Meredith Michaels-Beerbaum ou encore l’ancien tennisman Arnaud Boetsch, responsable de la communication et de l’image de Rolex, ont frappé un grand coup hier midi à Götebor

Samedi 27 avril - 20h45 | Sébastien Roullier

LES TROIS MEILLEURS CONCOURS DU MONDE RÉUNIS EN GRAND CHELEM

Face à la brusque offensive de Longines, nouveau sponsor et horloger officiel de la Fédération équestre internationale, Rolex se recentre sur l’excellence en créant un Grand Chelem, réunissant les CSIO d’Aix-la-Chapelle et Calgary ainsi que le CHI de Genève, un peu à la manière de celui de concours complet avec Lexington, Badminton et Burghley. L’annonce est intervenue très officiellement hier midi à Göteborg, en pleine finale de la Coupe du monde, la dernière sponsorisée par Rolex.


 
Comme on pouvait l’imaginer, la montée en puissance de Longines, qui a signé, fin 2012, un énorme partenariat de dix ans avec la FEI, a redistribué quelques cartes dans le monde des grands concours de saut d’obstacles. Le CHI de Genève, meilleur événement indoor, associé depuis 1996 à Rolex, quitte ainsi le circuit Coupe du monde pour rester main dans la main avec son horloger fétiche. Les deux plus grands concours extérieurs, les CSIO de Calgary et Aix-la-Chapelle ont, quant à eux, bel et bien intégré le nouveau circuit Coupe des nations Furûsiyya mais ne seront pas chronométrés ni sponsorisés par Longines. Ils restent associés à la marque vert et or. Ensemble, les trois équipes d’organisation et l’horloger ont décidé de s’unir pour créer un Grand Chelem, à ne pas confondre avec le Masters Grand Slam d’EEM World, rassemblant les CSI 5* de Villepinte, Hong-Kong et New York (organisé, en principe, début octobre).
Chaque concours gardera son esprit et ses spécificités. À l’inverse du Global Champions Tour, réservé exclusivement aux trente meilleurs cavaliers du monde, seuls ceux du Top dix seront invités d’office, laissant ainsi les sélectionneurs nationaux faire leur travail. En outre, deux places seront réservées à deux cavaliers de moins de vingt-cinq ans, choisis par les organisateurs.

 
Un million d'euros pour le vainqueur du Grand Chelem

 
Le Grand Chelem portera donc sur trois Grands Prix de légende. Celui de Calgary troque son million de dollars canadiens de dotation (un peu plus de 750.000 euros) contre un million de nos euros. Il devrait désormais se
disputer en deux manches avec barrage, format également choisi cette année par les CSIO de la Ligue 1 européenne de Coupe des nations ainsi que par le Global Champions Tour et les concours de Rio de Janeiro ou Doha. Genève a obtenu de conserver un Grand Prix de format Coupe du monde et porte la dotation de son épreuve reine à 600.000 francs suisses (un peu moins de 500.000 euros), contre 200.000 auparavant. Celui d’Aix-la-Chapelle conserve son format en deux manches avec barrage et triple son prize money qui atteint aussi un million d’euros, égalant donc Rio.
Pour donner corps et enjeu à ce Grand Chelem, Rolex a promis un autre million d’euros au cavalier qui parviendrait à remporter consécutivement ces trois Grands Prix, 500.000 euros à celui ou celle qui en gagnerait deux consécutivement et 250.000 au concurrent s’imposant à deux reprises dans un même cycle, mais pas consécutivement. Ce nouveau challenge d’excellence, qui a, pour l’heure, laissé la FEI sans voix, débute en juillet à Aix. Une sacrée contre-attaque dans la guerre feutrée que se mènent les grands horlogers suisses !

 
À Göteborg, Sébastien Roullier

À lire également...

Réagissez