SPEEDY BEEZIE TIENT LA CORDE DE LA FINALE DE LA COUPE DU MONDE

Plus d'une demi-seconde sépare Beezie Madden de son premier concurrent à l'arrivée. Photo Scoopdyga

Vendredi 26 avril - 22h48 | Sébastien Roullier

SPEEDY BEEZIE TIENT LA CORDE DE LA FINALE DE LA COUPE DU MONDE

Beezie Madden a remporté ce soir la Chasse, épreuve d’ouverture de la finale de la Coupe du monde de saut d’obstacles. À l’arrivée, l’Américaine devance le Suisse Pius Schwizer et le Suédois Rolf-Göran Bengtsson. Kevin Staut et Pénélope Leprevost sont idéalement placés dans le Top 10. Roger-Yves Bost, lui, devra aligner les sans-faute pour remonter au classement.


 
Ils ont beau passer tout l’hiver en Floride sur les immenses pistes de Wellington ou de la côte Ouest, les américains sont toujours au rendez-vous de la finale de la Coupe du monde. L’an passé, le Californien [Richard Fellers] avait remporté la compétition, un peu à la surprise générale. Cette année, la bannière étoilée peut compter sur sa compatriote [Elisabeth Madden], excellente ce soir avec [Simon]. Avec son KWPN de quatorze ans, la cavalière d’expérience a trouvé une trajectoire parfaite tout en respectant le galop naturel du fils de Mister Blue. À l’arrivée, elle signe le plus rapide des sans-faute. Seul un autre Américain, [Kent Farrington] est allé encore plus vite mais il a accusé deux fautes sur les deux derniers obstacles du parcours, avec [Uceko].
Beezie devance un autre cavalier d’expérience, [Pius Schwizer], en selle sur [Verdi III], vainqueur du Grand prix Coupe du monde de Lyon, en novembre dernier. Le Suisse a parfaitement tiré profit du tirage au sort qui l’a a fait partir en avant-dernier. Troisième de la finale, l’an passé à Bois-le-Duc, il est bien parti pour réussir le même coup cette année. Demain, il montra son Selle Français [Picsou du Chene]. Le podium est complété par le champion d’Europe 2011, [Rolf-Goran Bengtsson], excellent avec son étalon [Casall] La Silla. En dépit de la démonstration de ce dernier, le Suédois, à domicile, montera [Quintero] la Silla, comme il l’avait prévu, demain et sans doute dimanche.
Le tenant du titre paraît déjà or course. Coupable d’une grosse hésitation sur l’entrée du dernier des trois doubles, [Flexible] a enfoncé l’entrée puis refusé de franchir la sortie après un départ canon. Rich pointe à la trente-quatrième position.

 
Kevin et Pénélope très prometteurs

 
Déception et refus également pour l’Allemand [Christian Alhmann], sur le même double. [Taloubet Z] s’est arrêté de manière assez inexplicable. Pour le reste, les grands favoris et animateurs du circuit hivernal sont bien au rendez-vous. La portugaise [Luciana Diniz] pointe à la quatrième place avec [Lennox]. Elle devance l’Espagnol [Sergio Alvarez Moya] et [Carlo 273]. Le premier Français, [Kevin Staut], avec [Silvana], est sixième. Il a signé un très bon tour avec la jument du Haras des Coudrettes. Le deuxième suédois, [Jens Fredricson] est septième sur le petit [Lunatic]. La deuxième française, [Penelope Leprevost], auteur d’un très bon tour, elle aussi, est huitième avec [Nayana].
Le troisième Bleu, [Roger-Yves Bost], aurait pu prendre la neuvième place avec son temps à l’arrivée. Hélas, Castle Forbes [Myrtille Paulois] n’a pu empêcher une petite erreur sur l’entrée du deuxième double, après une petite hésitation. Bosty est vingt-troisième.
Le niveau va sensiblement s’élever demain à l’occasion de l’épreuve avec barrage, cotée à 1,60 m. Cette finale ne fait que commencer. Et elle tient déjà toute ses promesses!

 
À Göteborg, Sébastien Roullier

 
Le classement
1. Beezie Madden (E-U) & Simon 0 62’’28
2. Pius Schwizer (SUI) & Verdi III 0 62’’79
3. Rolf-Göran Bengtsson (SUÈ) & Casall La Silla 0 64’’20
4. Luciana Diniz (POR) & Lennox 0 64’’40
5. Sergio Álvarez Moya (ESP) & Carlo 273 0 64’’79
6. Kevin Staut (FRA) & Silvana*HDC 0 65’’04
7. Jens Fredricson (SUÈ) & Lunatic 0 66’’23
8. Pénélope Leprevost (FRA) & Nayana 0 66’’26
9. Katherine Dinan (É-U) & Nougat du Vallet 0 66’’50
10. McLain Ward (É-U) & Super Trooper de Ness 4 66’’63
23. Roger Yves Bost (FRA) & Castle Forbes Myrtille Paulois 4 70’’33

À lire également...

Réagissez