LES CHAMPIONNATS DES AS DÉMENAGENT AU MANS

Portrait de Philippe Rossi, dirigeant du Pôle européen du Cheval au Mans. Crédit DR.

Vendredi 29 mars - 15h53 | Laeti9120

LES CHAMPIONNATS DES AS DÉMENAGENT AU MANS

Le Pôle européen du Cheval au Mans va accueillir les championnats des As de saut d’obstacles, du 25 au 28 juillet, à la place de la ville de Compiègne. Ce changement de lieu inattendu serait dû à des problèmes de calendrier avec les courses disputées à l’hippodrome de Compiègne. Philippe Rossi, le patron du Pôle au Mans, se réjouit de cette opportunité, et explique les raisons de son enthousiasme.


"Nous sommes très contents d’accueillir ces championnats des As dans notre structure. Cela prouve que la Fédération française d’équitation nous fait confiance. Cet évènement n’était pas dans notre programme, et nous ne l’avons pas encore organisé ici. Sur le calendrier du Boulerie Jump, nous avons d’autres championnats, tels que le championnat Amateur, mais pas celui-ci. Comme nous accueillons déjà beaucoup d’évènements, ce nouveau rendez-vous ne devrait pas être compliqué à mettre en place. Nous sommes déjà en train de préparer le programme, que nous prévoyons assez large. 

Notre structure est faite pour accueillir ce genre de manifestations, qu’elles soient nationales ou internationales, ou que ce soit des championnats. Cela va tout à fait dans le cadre de notre développement et de ce qu’on est à même de proposer en termes de services à la Fédération et aux cavaliers.

Au Pôle européen du Cheval, on a recherché une qualité de pistes, de matériel, de restauration, de manèges, de boutiques… Il faut qu’on utilise tout ce qu’on a mis en place maintenant. Nous sommes là pour organiser des concours et proposer une gamme de services assez large aux cavaliers.

Ces championnats des As s’inscrivent parfaitement dans le cadre de notre développement. Notre objectif est en effet de mettre la barre de plus en plus haute, en fonction de nos partenaires et des opportunités qui se présentent."



Propos recueillis par Mathilde Pichot

À lire également...

Réagissez