LA RÉACTION DE XAVIER MARIE A L'ACCIDENT DE ZETA DE HUS

Xavier Marie, ici avec Don Juan de Hus, est le propriétaire du Haras de Hus et de Zeta. Crédit Guido Recky

Dimanche 24 mars - 12h26 | Sébastien Roullier

LA RÉACTION DE XAVIER MARIE A L'ACCIDENT DE ZETA DE HUS

L’accident tragique qui a entraîné l’euthanasie de Zeta de Hus, ce week-end au CSI 3* de Vejer de la Frontera (lire ici), a secoué la France des sports équestres. Après avoir recueilli le témoignage de son cavalier [Michel Robert] (lire ici), GrandPrix-Replay.com donne la parole à Xavier Marie, le propriétaire du Haras de Hus, peiné par le décès de sa prometteuse jument.


GrandPrix-Replay.com : Quelle est votre réaction face à cet accident tragique ? 
Xavier Marie : Je ne suis quasiment jamais sur les concours et, ce week-end-là, je préférais ne pas y être... C’est un drame, un accident et beaucoup de malchance. Mais il n’y avait pas d’autre solution que l’euthanasie, vue la gravité des fractures. S’il y avait eu la moindre chose à faire pour la sauver, nous l’aurions faite.


GPR. : Quelle perte représente Zeta de Hus pour vous ?
X.M. : Bien sûr, nous avions placé des espoirs dans Zeta. Notre ambition à son sujet était surtout de la commercialiser. Elle a longtemps été arrêtée pour des problèmes de santé. Au Sunshine Tour, elle reprenait très bien la compétition. Michel était très confiant.


GPR. : Cet accident remet-il en question votre partenariat avec Michel Robert ?
X.M. : Pas du tout. Cela ne remet absolument pas en cause notre collaboration. Et en aucun cas je considère que Michel porte la moindre responsabilité dans cet accident regrettable et désastreux.


GPR. : Mis à part ce drame, quel bilan tirez-vous de cette première année de collaboration avec lui ?
X.M. : En dehors de cet accident tragique, cela s’est plutôt très bien déroulé. Je trouve que Michel réalise un super travail sur les chevaux. Il a une capacité assez extraordinaire à rendre les choses fluides, dans le travail et dans la compétition. Nous avons acheté pour lui [Oh d Eole]. Un vrai challenge. Il y a eu beaucoup de travail accompli avec la jument, elle ne cesse de progresser. C’est en bonne voie. Michel travaille aussi pour nous un étalon de huit ans, Conrad. Comme beaucoup le savent, cet étalon, très bon, a lui aussi un gros potentiel d’avenir.


Propos recueillis par Mathilde Pichot

À lire également...

Réagissez