Jeudi 07 mars - 18h54 | Mathilde.Pichot

LE RESPE MET EN PLACE UN NOUVEL OUTIL DE VIGILANCE POUR LES ÉLEVEURS

 Le réseau d’épidémio-surveillance en pathologie équine (RESPE) étend son service VigiRESPE. Grâce à cette plateforme accessible par ordinateur et smartphone, les suspicions ou maladies équines pourront être signalées directement par les éleveurs. Explications.

 

 
Le 10 mars prochain, le RESPE va étendre le service VigiRESPE à toutes les maladies rencontrées chez les équidés. A compter de cette date, chaque professionnel pourra signaler des chevaux malades et/ou s’informer en temps réel de la situation sanitaire d’une zone géographique choisie. Pour vous impliquer activement dans la santé de vos équidés, nous vous expliquons comment utiliser VigiRESPE.
 

 
VigiRESPE est un service complémentaire de celui existant pour les Vétérinaires Sentinelles. Ce service, à deux facettes, permet désormais aux professionnels d’être à la fois acteur de la surveillance sanitaire en déclarant des suspicions de chevaux malades et à la fois d’avoir accès en direct à un système d’informations anonyme et sécurisé. Concrètement, le premier volet de VigiRESPE vous concerne si vous souhaitez signaler un cas. Lorsque vous êtes face à un cheval malade, il vous suffit d’envoyer un SMS (sans surcoût) au 06 33 001 001. Ce SMS doit contenir les informations suivantes :
 

 
- la lettre correspondant au type de symptômes de l’animal : R pour respiratoire, N pour nerveux, A pour avortement, F pour fièvre isolée, RE pour reproduction, D pour digestif ou encore MA pour myopathie atypique ;
- le nombre de chevaux malades ;
- et le code postal du lieu où se trouvent les chevaux malades.
 

 
Le deuxième volet vous concerne si vous devez vous déplacer : participer à un concours, une course ou encore emmener une jument à la saillie, vous pouvez interroger VigiRESPE pour connaître le niveau d’alerte de la zone géographique où vous vous rendez. La consultation VigiRESPE se fait gratuitement via le site www.respe.net et est accessible depuis tous les smartphones.

 
Source Communiqué

À lire également...

Réagissez