Jeudi 07 février - 09h39 | Mathilde.Pichot

MICHEL ASSERAY AU CHEVET DU COMPLET FRANÇAIS

Le juge international de complet Michel Asseray a été contacté par la Fédération française d’équitation pour devenir le prochain directeur technique national adjoint du concours complet. Il devrait signer son contrat vendredi.

 
Apres l’annonce de la nomination très probable de Thierry Touzaint au poste d’entraîneur national, la Fédération française d’équitation a sollicité les services d’un nouveau directeur technique national adjoint, Michel Asseray. Également restaurateur à Saumur, celui-ci a été le président du jury d’appel aux Jeux olympiques de Londres. Il compte parmi les meilleurs juges internationaux de complet. D’ailleurs, il est le seul Français à juger les CCI 4* pour la Fédération équestre internationale.
 
À son grand étonnement, il a été contacté par Serge Lecomte, président de la Fédération française d’équitation, pour devenir le directeur technique national adjoint dans le complet. "J’avais besoin d’y réfléchir, car je ne m’y attendais pas ! J’ai vraiment été surpris qu’on pense à moi," confie Michel Asseray, joint au téléphone ce soir. "Comme je suis restaurateur (à l’Auberge des Ecuyers, ndlr), il me fallait un temps de réflexion, car les deux métiers ne sont pas compatibles. J’avais également un beau planning de juge international pour les deux ans à venir, notamment avec les Jeux équestres mondiaux de Normandie." Après mûre réflexion, Michel Asseray a pris sa décision : il devrait signer son contrat en fin de semaine. "Je pense accepter le challenge et tenter l’aventure. On va démarrer très vite, en vue des prochains concours. Si on signe vendredi, comme prévu, on pourra commencer le travail dès la semaine prochaine." Bientôt, il se joindra donc à Thierry Touzaint, pressenti comme entraîneur. Il souligne qu’en tant qu’adjoint, il sera autonome, sous la responsabilité du DTN.
 
La discipline traversant actuellement une période houleuse et une véritable crise structurelle (lire ici, ici et ici) le futur directeur technique adjoint ajoute qu’il est "conscient des difficultés et de la situation compliquée." Certain d’accepter, il précise qu’il est "au début de la réflexion. J’ai déjà beaucoup d’idées pour établir un projet sportif global." Après un état des lieux, il compte entre autres "soutenir les champions actuels, et trouver de nouveaux espoirs tant chez les chevaux que chez les cavaliers."
 
Par rapport aux inquiétudes des cavaliers professionnels, il se montre compréhensif. "C’est normal dans cette période difficile d’être inquiet." Toutefois, il ne prend pas part au débat, mais déclare qu’il souhaite "mettre en place une équipe motivée avec un esprit solidaire. Au delà du problème économique, il faut travailler dans un climat de confiance, avec beaucoup de méthodes et de rigueur dans le travail."
 

Mathilde Pichot

À lire également...

Réagissez