DES CAVALIERS DE COMPLET ADRESSENT UNE LETTRE OUVERTE À SERGE LECOMTE

Denis Mesples, ici aux J.O de Londres sur Oregon de la Vigne est un des signataires de cette lettre ouverte. Crédit Scoopdyga

Lundi 21 janvier - 09h39 | Mathilde.Pichot

DES CAVALIERS DE COMPLET ADRESSENT UNE LETTRE OUVERTE À SERGE LECOMTE

A la suite du départ de Laurent Bousquet du poste de sélectionneur de l’équipe de France de concours complet et face à l’incertitude qui plane toujours autour de la politique sportive de la Fédération française d’équitation et de la nomination des personnes chargées de la mettre en œuvre, quatre-vingt-neuf cavaliers de concours complet ont écrit une lettre ouverte au président de la Fédération française d’équitation. Pour rappel, la FFE a annoncé la présentation de sa nouvelle politique sportive pour les deux saisons à venir lors du CSI-W de Bordeaux, du 8 au 10 février.


 
"Le 10 janvier 2013,
Objet : Lettre ouverte des cavaliers internationaux de Complet à Serge Lecomte, président de la FFE
M. le Président,
A un mois de la reprise des compétitions, à six mois des championnats d’Europe et à dix-huit mois des Jeux équestres mondiaux organisés dans notre pays, le haut niveau français est en perdition. Aucun des meilleurs entraîneurs français sollicités n’a accepté de travailler avec la FFE pour le poste de directeur des équipes de France, qui était pourtant une bonne idée face aux difficultés de la direction technique nationale à traiter le haut niveau.
Nous concernant plus directement en CCE, nous savons que vous finissez des discussions avec Thierry Touzaint. Le retour de Thierry Touzaint est positif pour le haut niveau. Toutefois, le seul retour de Thierry Touzaint ne suffira pas à construire un plan global susceptible de sortir notre discipline de ses problèmes actuels et de l’engager structurellement sur la voie d’un nouveau développement.
Laurent Bousquet avait partagé avec nous un projet pour les quatre ans qui viennent qui était bien adapté aux caractéristiques particulières de notre discipline. Vous n’avez pas voulu lui donner les moyens de cette politique qui pourrait permettre la réussite aux JEM et le développement de la discipline sur le long terme.
Alors que dans une fuite en avant, vous lui proposiez le poste de directeur des équipes de France, Laurent Bousquet a lui aussi décidé de cesser sa collaboration avec la FFE.
Certains d’entre nous ont sollicité un rendez-vous avec Emmanuel Feltesse, qui s’est tenu le 9 janvier à Paris. Ce rendez-vous a conforté la rumeur, car aucun projet sportif n’a pu leur être présenté. Vous reconnaîtrez que cinq mois après la déroute aux Jeux olympiques et à quelques semaines du début de la saison, cette situation marque bien l’incapacité de la FFE à comprendre et à gérer le haut niveau.
Aux quatre questions très opérationnelles qui ont été posées à Emmanuel Feltesse, seule la première a reçu une réponse.
1. Où en est-on de la nomination d’un directeur sportif ?
Ce projet est abandonné.
2. Quelle va être la politique sportive de la Fédération pour le concours complet à court, moyen et long terme ?
Aucune réponse claire. Le projet serait présenté fin février, soit six mois après les résultats des Jeux…!
3. Quel budget fédéral sera consacré au concours complet sur les 3,3 millions d’euros du haut niveau en 2013 ?
"On ne donne pas le détail de nos comptes!"
4. Étant les premiers concernés, les cavaliers souhaitent être consultés sur le choix des techniciens qui vont les encadrer.
Là encore, la réponse d’Emmanuel Feltesse a été sans appel : "En aucune façon, c’est la responsabilité de la Fédération."
M. le Président, vous n’avez pas été présent auprès des cavaliers lors des Jeux olympiques, il n’y a pas eu de véritable débriefing de ces Jeux ni de réunion productive avec les cavaliers. Vous vous êtes contentés d’informer les cavaliers présents sans concertation réelle. Nous espérons néanmoins que vous avez été suffisamment bien informé pour savoir à quel point le niveau international est élevé aujourd’hui et en conséquence à quel point chacune des disciplines équestres doit être gérée le plus spécifiquement possible pour imaginer et mettre en œuvre tous les moyens adaptés à leur réussite au plus haut niveau. Il ne s’agit pas uniquement d’obtenir une médaille aux JEM 2014 mais de construire, sur le modèle des autres nations performantes, un dispositif à long terme permettant d’avoir constamment un large vivier de couples performants susceptibles d’intégrer l’équipe de France.
L’appel à la concertation que nous vous faisions n’avait pas pour objectif de réduire ou de nier la responsabilité et le rôle de la Fédération mais plutôt de vous apporter les éléments nécessaires pour bien comprendre les impératifs du haut niveau mondial. La concertation de tous les acteurs de la discipline permettrait une plus large adhésion à un projet sportif.
Malheureusement, la fin de non-recevoir que vous nous avez opposé montre que vous préférez gérer le sport de haut niveau sans concertation.
Si vous le souhaitez, quelques-uns de nos représentants se tiennent à votre disposition pour l’élaboration d’une politique sportive dans les plus brefs délais. Nous espérons obtenir alors une écoute attentive. Votre secrétariat peut prendre contact à votre convenance avec Denis Mesples, président des Cavaliers internationaux de concours complet, ou Jean-Luc Goerens, qui s’investit beaucoup dans la coordination de notre action. Sept ou huit cavaliers se joindront à eux pour cette réunion.
Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous vous transmettons nos salutations les plus impliquées et les plus sportives."

 
Ce texte a été validé par quatre-vingt-neuf cavaliers de concours complet (hors des cavaliers militaires ou de l’ENE, tenus par le devoir de réserve) : Jean-Baptiste Allavena, Thierry Badoz, Jean-Marie Bazire, Jeremy Beatrix, Marie Bertrand, Jean-Lou Bigot, Maxime Birague, Julie Bordenave, Gilles Bordes, Franck Bourny, Bruno Bouvier, Philippe Brun, Thomas Carlile, Catherine Catry, Philippe Catry, Sébastien Cavaillon, Arthur Chabert, Thierry Chanonat, Edouard Chauvet, Francis Clément, Sophie Cohen, Geoffrey Debut, Manuel Debruycker, Pierre de Casabianca, Sylvie Deudon-Bonnell, Alix de Hercé, Agnès Descrion, Yannick Dirou, Oliver Dortet, François Dudouet, Jacques Dulcy, Olivier Faraud, Jean-Marc Favereau, Jérôme Favereau, Emeric George, Carla Giannechini, Jean-Luc Goerens, Leonard Goerens, Aurélie Gomez, Ingrid Goujon, Jean-Sébastien Gource, Pierre-Etienne Guinot, Lionel Guyon, Martin Hameon, Olivier Hardouin, Benjamin Houry, Sylvain Houry, Aurélien Kahn, Edouard Legendre, Camille Lejeune, Alexis Lemaire, Mathieu Lemoine, Maxime Livio, Clara Loiseau, Brice Luda, Cédric Lyard, Gaspard Maksud, Benjamin Massié, Fabrice Mechin, Denis Mesples, Jean-Philippe Narboux, Esteban Nedelec, Benoit Parent, Nicolas Parigot, Steve Partington, Even Pascoet, Antoine Paviot, Antoine Percheron, Emmanuelle Plee, Vincent Pommier, Ugo Provasi, Regis Prud’hon, Véronique Réal, Benjamin Rombaut, Eddy Sans, Abel Sauvat, Rodolphe Scherer, Aude Scherer, Christopher Six, Lara Subileau, Guillaume Texier, Eric Vigeanel, Koris Vieules, Gilles Viricel, Bertrand Vuatoux, Christian Weerts, Nadia Weerts, Romane Yacovleff.

 
Dans un courriel envoyé en fin de matinée, Jean-Luc Goerens précise que "Dans une pré-réponse de Serge Lecomte reçue hier, il nous a signifié qu’il y avait eu plusieurs réunions avec les cavaliers. Nous ne le contestons pas, mais comme souvent les réunions de la FFE sont des réunions d’information et non de concertation : les dernières nouvelles montrent bien qu’ils n’ont pas tenu compte de nos avis.
Ce courrier a été rédigé dans un climat toujours constructif et nous restons à la disposition de Serge Lecomte pour cette fois un travail véritablement partenarial destiné à sortir rapidement le concours complet de la mauvaise passe qu’il traverse."

 
Sébastien Roullier (mis à jour à 11h45 avec version définitive de la lettre puis à 14h30 avec la liste des signataires)

À lire également...

Réagissez