« NOUS NE SOMMES JUSTE PAS D'ACCORD », LAURENT BOUSQUET

Je vais donc m’orienter vers de nouvelles activités, toujours dans le complet, indique Laurent Bousquet. Crédit Scoopdyga

Samedi 12 janvier - 13h25 | Sébastien Roullier

« NOUS NE SOMMES JUSTE PAS D'ACCORD », LAURENT BOUSQUET

Joint par téléphone samedi soir, Laurent Bousquet a donné quelques explications après l’annonce officieuse de sa démission du poste de sélectionneur national du concours complet.


 
"Après notre mauvaise olympiade, j’ai voulu réorganiser la façon de travailler et de s’entraîner des différents cavaliers de complet. J’ai beaucoup réfléchi, j’ai discuté avec des personnes de confiance afin d’établir un projet de long terme pour le complet. Début janvier, j’ai eu des discussions avec Serge Lecomte, Pascal Dubois et Emmanuel Feltesse à ce sujet. Nous nous sommes aperçus que nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes. De ce fait, après réflexion, j’ai choisi de ne pas adhérer à ce projet qui n’était pas le mien et qui ne correspondait pas à la direction que je souhaitais donner au complet français. Nous ne sommes pas fâchés, nous ne sommes juste pas en accord. Le Fédération française d’équitation veut briller lors des Jeux équestres mondiaux de 2014, ce que je comprends. Mais je pense, comme je l’ai toujours dit, qu’il faut voir plus loin. Je vais donc m’orienter vers de nouvelles activités, toujours dans le complet. Je me suis remis à cheval avec plaisir. Je souhaite beaucoup de réussite à mon successeur, qu’il puisse ramener les médailles attendues mais aussi construire l’avenir du concours complet français qui mérite de briller à haut niveau car nos cavaliers sont des gens de talent. Je suis heureux d’avoir pu apporter ma pierre à l’édifice et je pense avoir amené une ouverture, un esprit d’équipe nouveau et je suis heureux d’avoir permis à plus de cavaliers de concourir dans de belles épreuves."
Il semblerait que Jean Luc Force ait déjà décliné une potentielle offre. La semaine prochaine, de nouveaux éléments pourraient être dévoilés sur l’avenir des sports équestres de haut niveau français.

 
Pauline Chevalier

À lire également...

Réagissez