Jeudi 10 janvier - 17h25 | Mathilde.Pichot

« JE SUIS CERTAIN QUE QLASSIC VA EXPLOSER AU PLUS HAUT NIVEAU », SIMON DELESTRE

Huitième du Grand Prix Coupe du monde de Malines avec Valentino Velvet dimanche dernier, vainqueur d’une épreuve début décembre à Villepinte avec Whisper, auteur de bonnes performances avec Valentino et Qlassic Bois Margot à Vienne et Salzbourg, Simon Delestre a réussi une belle fin d’année 2012. Il revient sur ces résultats, sur le départ d’Armani V Overis Z, l’état de forme de Napoli du Ry et Couletto mais aussi sur le grand potentiel de Qlassic Bois Margot, étalon dans lequel il fonde de grands espoirs. Comme à son habitude, il se montre optimiste et enthousiaste.


GrandPrix-Replay.com : Quels impressions vous a laissé le CSI 5*-W de Malines, auquel vous avez participé fin décembre?

[Simon Delestre] : C’était bien pour moi ! Les chevaux ont très bien sauté. [Qlassic Bois Margot] a gagné le Grand Prix de la ville et [Valentino Velvet] termine huitième du Grand Prix Coupe du monde : on ne pouvait pas espérer mieux ! [Quiness du Mezel] est également arrivée huitième d’une épreuve. Valentino était très bien. Le premier jour, il prend la sixième place de l’épreuve de qualification pour la Coupe du monde. Il a réussi des sans-faute dans tous les Grands Prix auxquels il a participé depuis le mois de septembre, à part celui de Paris où il a concédé quatre points.
 
GPR. : Comment comptez-vous gérer [Napoli du Ry] cet hiver?
S.D. : Napoli va reprendre à Bâle ou à Leipzig. Pour l’instant, à l’entraînement, il travaille beaucoup de plat. Il va maintenant reprendre l’obstacle.
 
GPR. : Récemment, vous vous êtes séparé d’[Armani V Overis Z]. Vous y attendiez-vous?
S.D. : La propriétaire du cheval, Geneviève Mégret (gérante du Haras de Clarbec), que je connais bien, a trouvé que j’étais loin géographiquement, par rapport à la gestion de ses autres chevaux. (Simon Delestre est installé à proximité de Metz, le Haras de Clarbec en Normandie, ndlr). Madame Mégret aime bien monter ses chevaux, les voir régulièrement et les gérer avec son propre vétérinaire. Elle aime les avoir près de chez elle. C’est vrai que je suis un peu loin... Et je ne compte pas déménager ! Le cheval a réussi une super saison, elle était ravie de ses sorties.
 
GPR. : Comment vivez-vous cette séparation?
S.D. : C’est dommage, mais je comprends tout à fait ses arguments. Cela fait partie de mon métier. Cela ne me pose pas de soucis : ce n’est pas comme si mon cheval numéro un était parti. Armani est un très bon cheval en devenir mais aujourd’hui, je me concentre surtout sur Napoli, Valentino et Qlassic. Je préfère qu’Armani parte maintenant, en fin d’année de sept ans, plutôt qu’en fin d’année de neuf ans.
 
GPR. : On ne voit plus beaucoup [Couletto] dans les grands concours…
S.D. : En effet, il ne fait pas de grands concours pour le moment. Je l’emmène sur des concours intermédiaires et je réalise un travail avec lui afin de le ramener progressivement dans le haut niveau.
 
GPR. : Que lui est-il arrivé?
S.D. : En fait, il ne lui est rien arrivé, il ne s’est pas blessé. Mais il n’avait plus le moral… Alors je lui ai donné simplement un break de quatre mois ! Comme son état physique était parfait et que le problème était juste au niveau du mental, il a eu droit à des choses agréables, comme de l’extérieur par exemple. Mais pas d’obstacles!
 
GPR. : Qu’avez-vous ressenti avec lui lors des dernières épreuves auxquelles il a participé?
S.D. : C’est assez bien ! À Strazeele, il a bouclé le Grand Prix sans faute. Je n’ai pas encore retrouvé les mêmes sensations que lorsqu’il était vraiment parfait dans les Grands Prix, mais Couletto sautait très bien. Il était frais, il avait envie. J’ai eu un bon sentiment, et c’est pour cette raison que j’avance progressivement avec ce cheval, parce que je n'ai pas envie de vivre une nouvelle régression.
 
GPR. : Quels sont vos objectifs 2013 en ce qui concerne Quiness et Qlassic, qui prennent neuf ans cette année?
S.D. : Quiness est une très bonne jument pour faire des Grands Prix CSI 3* ou 4 * et des épreuves à 1,50m voire 1,55m. Pour ce qui est de Qlassic, c’est différent. À mon avis, il va devenir un des meilleurs chevaux qu’on puisse avoir ! Je pense qu’il est destiné à aller très haut en Grand Prix. Il a du potentiel, c’est évident. À huit ans, il gagne déjà des épreuves en CSI 5* (cinquième place notamment lors d’un petit Grand Prix à Equita’ Lyon, ndlr) ! Sur ces derniers mois, Qlassic a prouvé qu’il était au niveau. Néanmoins je reste prudent car il prend seulement neuf ans. Dans les mois à venir, je suis certain qu’il va exploser au plus haut niveau. Je pense qu’il ira à Bâle et Leipzig avec Valentino. Le premier Grand Prix CSI 5* auquel je le destine sera La Baule. Je ne sais pas s’il en fera un autre avant… Tout dépendra du sentiment que j’aurais. Je vais à son rythme. Je n’ai pas l’obligation de le lancer dans les Grands Prix, comme Valentino se porte très bien. Mes numéros un restent Napoli et Valentino, qui ont onze et douze ans et qui ont acquis plus d’expérience. C’est vraiment une chance d’avoir ces deux chevaux en locomotive. Cela permet à Qlassic de s’épanouir, sans devoir subir la pression d’un numéro un. Il a toute sa vie pour faire du haut niveau!
 
GPR. : Pouvez-vous évoquer votre projet Simon Delestre Stallions, qui permet aux éleveurs d’accéder à la génétique de vos étalons?
S.D. : Le projet avance bien. Il reste des finitions mais c’est en bonne voie! D’ici un mois et demi ou deux mois, mon projet de prélèvement d’étalons devrait être opérationnel. J’ai une dizaine d’étalons à la maison, près de Metz. Ce serait dommage de ne pas les mettre à disposition pour la reproduction. Cependant, à chaque fois que j’ai dû emmener mes étalons à des prélèvements, cela m’a dérangé de ne pas être certain que les soins se déroulent comme je le souhaite. Vu son potentiel, Qlassic ira forcément au prélèvement. Je n’avais pas envie de devoir l’abandonner deux mois dans un centre, sans savoir comment on s’occuperait de lui. D’ailleurs, on n’a jamais prélevé Valentino, pour les mêmes raisons... C’est pourquoi j’ai pris l’initiative de monter ce projet chez moi. Il y aura sept ou huit de mes étalons approuvés, avec une très bonne génétique.

 
Propos recueillis par Mathilde Pichot

À lire également...

Réagissez