DÉMONSTRATION DE FORCE SUÉDOISE À MALINES

Dans un style si typiquement Beerbaum, le Suédois Henrik von Eckermann, élève du Kaiser, a brillamment remporté le Grand Prix Coupe du monde de Malines avec Gotha FRH, la jument montée auparavant par Ludger. Crédit FEI/Kit Houghton

Samedi 05 janvier - 17h38 | Sébastien Roullier

DÉMONSTRATION DE FORCE SUÉDOISE À MALINES

En l’absence de ses deux stars, Malin Baryard-Johnsson et Rolf-Göran Bengtsson, qui ont déjà accompli, trois quarts pour l’un et la moitié pour l’autre, un bon bout du chemin qui les sépare de la finale organisée chez eux, fin avril à Göteborg, la Coupe du monde a donné lieu à une belle démonstration de force de la Suède, cet après-midi à Malines, près de Bruxelles. Premier et troisième, Henrik von Eckermann sur Gotha FRH et Jens Fredricson sur Lunatic pourraient bien permettre au pays hôte de la finale de compter sur une délégation de quatre membres !


 
Conçue tout en longueur, la Nekkerhal de Malines n’est pas connue comme l’arène la plus confortable et la plus facile pour les chevaux. Avec ces contraintes techniques, le chef de piste belge Lucien Somers a construit un parcours costaud et assez typique des Grands Prix Coupe du monde. Costaud mais pas mortel, neuf couples réussissant à le boucler sans faute, vingt autres avec quatre points de pénalité et six autres encore avec huit points sur le total habituel de quarante partants.
Deux des quatre cavaliers français présents dans cette étape traditionnellement organisée entre Noël et le Nouvel An, trouvent la clé du premier tour : [Kevin Staut] et [Simon Delestre], très à l’aise l’un comme l’autre avec [Estoy Aqui de Muze]*HDC et [Valentino Velvet], deux chevaux qui disputaient pourtant leur premier Grand Prix Coupe du monde. Leurs deux autres compatriotes n’ont pas connu la même réussite. [Roger-Yves Bost], quasiment qualifié pour la finale de Göteborg, a dû se bagarrer un peu avec [Nippon d Elle] tout au long du parcours. Le fils de Scherif d’Elle n’a pas rencontré de difficulté avec la hauteur mais il a fauté sur le premier plan de l’avant-dernier oxer du parcours. Dommage. Avec [Nayana], [Penelope Leprevost] est désormais habituée aux jours avec, comme samedi dernier à Londres, où elle avait pris la cinquième place du Grand Prix, mais aussi aux jours sans. À Malines, c’était un jour sans. La fille de Royal Feu commet d’abord deux fautes d’antérieurs en début de parcours puis cède sur la sortie du triple. La Française reste à sept unités de la barre des quarante points, qui assure généralement aux cavaliers d’Europe de l’Ouest une place en finale.
Aucune star ne passe vraiment à travers ce Grand Prix, hormis peut-être le champion du monde [Philippe Le Jeune] et son compatriote [Gregory Wathelet], tenant du titre avec [Copin van de Broy], qui pouvaient sans doute espérer mieux que les seize et huit points concédés par [Carlino] STX et Citizenguard [Cadjanine Z] devant leur public belge.

 
Kevin Staut et Simon Delestre dans les points

 
Les aficionados d’Outre-Quiévrain ont toutefois l’occasion de donner de la voix et d’acclamer les leurs dès l’ouverture du barrage à neuf. [François Jr Mathy] part tambour battant, sans se poser de question. Convainquant, rapide et efficace avec D’Atlantique Royal, un hongre BWP de neuf ans par Darco et une mère par Kannan, déjà vu à son avantage à Fontainebleau, Dublin et Calgary, de grandes pistes en herbe, il signe un excellent temps de référence. [Jos Lansink], champion du monde 2006, tente sa chance avec [Valentina van t Heike] mais la jument, toujours aussi délicate à contrôler en avançant, échoue sur le vertical FEI.
La Suède entre en piste avec sa première cartouche, Jens Fredricson sur Lunatic, couple présent tout au long de la saison extérieure en Coupe des nations et vingt-sixième des Jeux olympiques de Londres. Le pilote prend des risques avec son petit cheval mais ça ne suffit pas. Il est battu pour dix-neuf centièmes. Estoy Aqui de Muze*HDC est a priori moins rapide et moins aguerrie à ce type d’exercice. Kevin Staut tourne court partout et joue le jeu mais les postérieurs de la jument retombent sur l’entrée du double. Le couple laisse une très belle impression sur la piste et termine sixième. Avec quelques points de plus, Kevin comble encore son retard sur l’Espagnol [Sergio Alvarez Moya], qui conserve la tête du circuit malgré son absence à Londres et Malines.
[Steve Guerdat], guère à la fête depuis quelques semaines, en dépit même de tous les hommages qui lui sont rendus, a enfin retrouvé le chemin du succès et de la réussite sur [Nasa], sa jument française qui n’avait plus bouclé un Grand Prix sans pénalité depuis l’étape de Coupe du monde de Finlande, à Helsinki. Le Jurassien tente sa chance sans faire feu de tout bois. Il signe un beau double sans-faute mais deux secondes moins vite que Mathy. Il termine cinquième
La deuxième chance suédoise sera la bonne. [Henrik von Eckermann] trouve une superbe trajectoire serrée, sans pour autant couper le train de [Gotha] FRH, une jument qui a déjà prouvé ses aptitudes dans cet exercice avec [Ludger Beerbaum], qui avait notamment remporté avec elle le Grand Prix du CSIO 5* de Rome en mai. Superbe !
La Britannique [Laura Renwick], championne des épreuves de vitesse dont les chevaux se montrent plus rarement performants le dimanche, relève le défi avec [Oz de Breve], son Selle Français fils de Dollar du Mûrier. Elle tourne cependant trop large après un gros oxer et ne regagne pas le temps perdu dans la dernière ligne droite. Son deuxième clear round lui offre une très bonne quatrième place. Le Suisse [Pius Schwizer], lui, tourne court mais [Verdi III] fait tomber un oxer puis le vertical placé à l’entrée du double, deux fautes qui le privent d’un deuxième succès sur le circuit, après sa victoire à Lyon.
Seul Simon Delestre peut encore barrer la route de la victoire suédoise et frapper un grand coup, lui qui n’a pas encore marqué le moindre point en Coupe du monde cette année. Régulier sur le Global Champions Tour et auteur de performances prometteuses début décembre à Villepinte, Valentino Velvet brille plus aisément dans les grandes lignes. Le cavalier lorrain le sait et tente de galoper fort et de ne pas trop perdre de terrain dans les épingles mais il commet les mêmes fautes que le Suisse. La Suède hisse donc très haut son drapeau à l’occasion du dernier Grand Prix cinq étoiles de l’année 2012.
La prochaine étape de la Coupe du monde aura lieu dans trois semaines à Leipzig, en Allemagne. Vivement 2013 !

 
Sébastien Roullier

 
Le classement
1. Henrik von Eckermann (SUE) & Gotha FRH 0/0 35’’29
2. François Jr Mathy (BEL) & D’Atlantique Royal 0/0 35’’89
3. Jens Fredricson (SUE) & Lunatic 0/0 36’’08
4. Laura Renwick (G-B) & Oz de Breve 0/0 37’’00
5. Steve Guerdat (SUI) & Nasa 0/0 37’’77
6. Kevin Staut (FRA) & Estoy Aqui de Muze 0/4 37’’55
7. Jos Lansink (BEL) & Cavalor Valentina van't Heike 0/4 40’’19
8. Simon Delestre (FRA) & Valentino Velvet 0/8 36’’81
9. Pius Schwizer (SUI) & Verdi III 0/8 38’’32
10. Christian  Ahlmann (ALL) & Taloubet Z 4 64’’79
26. Roger-Yves Bost (FRA) & Nippon d’Elle 4 71’’59
37. Pénélope Leprevost (FRA) & Nayan 13 78’’61

 
Le classement général provisoire de la Coupe du monde de saut d'obstacles
1. Sergio Alvarez Moya (ESP) 75 points
2. Kevin Staut (FRA) 69 points
3. Pius Schwizer (SUI) 46 points
4. Roger-Yves Bost (FRA) 39 points
5. Jens Fredricson (SUE) 37 points
6. Christian Ahlmann (ALL) 37 points
7. Marcus Ehning (ALL) 36 points
8. Jeroen Dubbeldam (P-B) 35 points
9. Luciana Diniz (POR) 33 points
10. Pénélope Leprevost (FRA) 33 points
11. Malin Baryard-Johnsson (SUE) 32 points
12. Steve Guerdat (SUI) 30 points
13. Meredith Michaels-Beerbaum (ALL) 29 points
14. Scott Brash (G-B) 26 points
15. Marc Houtzager (P-B) 25 points
16. Edwina Tops-Alexander (AUS) 24 points
17. Denis Lynch (IRL) 24 points
18. Hans-Dieter Dreher (ALL) 23 points
19. Maikel van der Vleuten (P-B) 23 points
20. William Funnell (G-B) 23 points
21. Marco Kutscher (ALL) 23 points

À lire également...

Réagissez