CHRISTIAN AHLMANN, l'INCONTESTABLE NUMERO UN

Crédit Scoopdyga

Lundi 10 décembre - 19h22 | Sébastien Roullier

CHRISTIAN AHLMANN, l'INCONTESTABLE NUMERO UN

Bien que Steve Guerdat porte toujours le brassard vert et or du roi du saut d’obstacles, le classement mondial n’ayant étonnamment toujours pas été mis à jour par la FEI, au soir de ce 7 décembre, le véritable numéro un est bien l’Allemand [Christian Ahlmann]. Le nouveau Kaiser a imposé sa suprématie de manière assez impressionnante, ce soir à Genève, en signant un double sans-faute limpide et surtout en bouclant une seconde manche supersonique sur Taloubet Z, son fils de Galoubet A, pour s’offrir sa première finale du Top Ten, à Palexpo. Edwina Tops-Alexander et Kevin Staut, qui complètent le podium, n’ont rien pu y faire.


 
Partir en ouvreur n’est jamais chose aisée, même un cavalier aussi expérimenté que [Roger-Yves Bost], qui dispute à Genève sa toute première finale du Top Ten, un Grand Prix en deux manches réunissant les dix meilleurs du classement mondial, exception faite des deux absents : le Britannique [Nick Skelton] et l’Américaine [Beezie Madden]. Le Français, qui a bénéficié de ces deux forfaits pour s’inviter sur la liste de départ, goûte cet honneur en soignant son parcours avec Castle Forbes [Myrtille Paulois]. La fille de Dollar du Mûrier franchit tous les obstacles, en dépit de deux tutoiements sur le milieu et la sortie du triple, mais termine avec trois quarts de secondes de trop, donc un point de temps dépassé. Dommage. Dans la foulée, le premier Allemand, [Marco Kutscher], échoue sur la triple barre très large puis sur le deuxième plan de l’oxer placé au milieu du triple avec [Cash], qui n’affiche plus vraiment une forme olympique à seize ans. Il en termine avec neuf points, en comptant une pénalité de temps. [Penelope Leprevost] signe un sans-faute limpide avec à peine une barre effleurée sur le vertical numéro trois arrivant après un tournant  à 270°. Elle est aussitôt imitée par la deuxième amazone de la finale, l’Australienne [Edwina Tops Alexander] en selle sur son magique Itot du Château, âgé lui aussi de seize ans.
Poussé par son public, le Suisse [Pius Schwizer] y croit mais [Verdi III], pourtant vainqueur du Grand Prix Coupe du monde de Lyon, hésite puis défonce le mur de palanques aux couleurs de Genève avant d’accrocher l’autre mur très étroit. Kevin Staut réussit à son tour un superbe sans-faute. Silvana est aux ordres avec une belle marge, dans la droite lignée des ses dernières performances. [Rolf-Goran Bengtsson], numéro un mondial quasiment toute la saison, se bat un tout petit peu en début de parcours avec [Quintero la Silla]. Il fait preuve d’une grande maîtrise mais, à l’arrivée, un point de temps dépassé pénalise sa chevauchée. Très, très tranquille, [Marcus Ehning] franchit la ligne d’arrivée dans le temps, [Copin van de Broy] laissant une superbe impression. Sous les vivas des tribunes, [Steve Guerdat] entre en piste avec [Nasa], auteur d’une saison plus que moyenne après sa très belle victoire dans un beau Grand Prix à Zurich, en janvier. Cette fois, ses trajectoires un peu trop verticales entraînent une faute sur la triple barre et du temps dépassé. Le pas encore officiel numéro un mondial, l’Allemand [Christian Ahlmann], affirme sa suprématie avec [Taloubet Z] qui, en dépit d’une foulée de plus devant le mur de palanques, passe dans le temps sans problème. Au mérite de son très bon chrono, Kevin Staut vire en tête à l’issue de cette première manche.

 
Kevin Staut à moins d'une seconde du bonheur

 
Cash retrouve de l’allant pour réussir le sans-faute et maintenir Marco Kutscher à neuf points. Verdi III concède une faute de plus sur la spa. Nasa en fait de même sur l’entrée du triple réduit en double. "Je suis très déçu de ma finale. J’ai craint le temps et me suis précipité sur la triple barre. Après, c’était compliqué de se remotiver pour la seconde manche. Je reviendrai plus fort l’année prochaine."
Myrtille et Bosty hésitent un peu après la triple barre et font tomber le vertical suivant. "Je me suis concentré sur le tracé et pas sur le temps parce que ma jument est toujours rapide au premier tour. Dommage. J’espère bien revenir l’année prochaine. J’ai des chevaux en forme pour ça." Rolf-Goran Bengtsson assure intelligemment le sans-faute mais regrette au micro "son début de première manche un peu drôle avec un Quintero perturbé, ce qui m’a coûté un point".
Christian Ahlmann réitère un magnifique clear round avec un Taloubet Z bondissant. Il fixe le temps de référence des doubles sans-faute à 43’’57. Un beau challenge à relever pour ses adversaires. Itot du Château caresse le vertical numéro deux puis s’enclenche pour boucler un sans-faute spectaculaire mais un poil moins rapide. "Il a été fantastique et je ne sais pas vraiment où j’aurais pu gagner du temps", dit Edwina. Comme à Villepinte dimanche dernier, Mylord Carthago*HN accroche les premiers éléments des oxers d’entrée de double et final. "Il s’inquiète à l’abord des obstacles", regrette Pénélope Leprévost. Marcus Ehning aussi tente le tout pour le tout mais son Copin ne joue plus. Après la barre haute de la spa, il explose le chandelier du vertical suivant puis faute encore sur le dernier. Dernier à s'élancer, Kevin Staut signe un nouveau sans-faute mais il perd un tout petit peu de temps dans le virage précédent l’avant-dernier vertical puis temporise encore un tout petit peu dans la dernière ligne droite. Profitant à nouveau d’une Silvana au top, il prend une belle troisième place à moins d'une seconde de Christian Ahlmann. "C’est bien d’être sur le podium mais je suis forcément déçu, dans la mesure où j’avais la chance de partir en dernier et que ma jument saute de manière fantastique en ce moment."
La victoire finale revient donc au véritable numéro un mondial, bien que la FEI n’ait étonnamment pas encore publié le classement de décembre. L'an prochain, la finale du Top Ten se disputera à Stockholm, concours pluridisciplinaire accueillant des étapes des Coupes du monde de dressage et d'attelage mais seulement un CSI 3* invitant un petit nombre de cavaliers. Les organisateurs suédois devront sans doute muscler un peu leur jeu pour attirer les dix meilleurs cavaliers du monde. En 2014, cette finale reviendra ensuite à Genève.

 
A Genève, Sébastien Roullier

 
Le classement
1. Christian Ahlmann & Taloubet Z 0/0 43’’57
2. Edwina Tops-Alexander & Cevo Itot du Château 0/0 43’’91
3. Kevin Staut & Silvana HDC 0/0 44’’47
4. Rolf-Göran Bengtsson & Quintero La Silla 1/0 54’’50
5. Roger Yves Bost & Castle Forbes Myrtille Paulois 1/4 53’’09
6. Pénélope Leprevost & Mylord Carthago*HN 0/8 44’’76
7. Marco Kutscher & Cash 9/0 47’’09
8. Steve Guerdat & Nasa 5/4 48’’98
9. Marcus Ehning & Copin van de Broy 0/12 51’’61
10. Pius Schwizer & Verdi III 9/4 53’’31

À lire également...

Réagissez