QATAR PRIX DE L'ARC DE TRIOMPHE : SOLEMIA ET OLIVIER PESLIER BRISENT LE RÊVE JAPONAIS

Le finish du Qatar Prix de l'Arc de Triomphe (Ph. Scoopdyga).

Dimanche 14 octobre - 16h46 | m.verrier

QATAR PRIX DE L'ARC DE TRIOMPHE : SOLEMIA ET OLIVIER PESLIER BRISENT LE RÊVE JAPONAIS

Les japonais venus confiants pour remporter leur premier Prix de l'Arc de Triomphe (2.400 mètres - 4 millions d'euros) grâce à leur champion, le quatre ans Orfèvre (Stay Gold) confié, afin de mettre tous les atouts de son côté, à la cravache d'or française Christophe Soumillon ont vu leur rêve brisé par la pouliche de trois ans Solemia (Poliglote) montée de main de maître par le crack jockey Olivier Peslier sous les couleurs de l'écurie Wertheimer (Chanel) déjà lauréates de ce championnat du monde à deux reprises grâce à des pouliches, Ivanjica et Gold River en 1976 et 1981.


 
Après sa troisième place derrière Shareta (Sinndar) dans le récent Prix Vermeille, on n'attendait pas Solemia à pareille fête mais le terrain devenu très collant après les pluies de samedi a servi les intérêts de cette pouliche de grande tenue et en pleine ascension à l'automne. Lorsqu'il est venu à l'extérieur à trois cents mètres du poteau sans solliciter outre mesure Orfèvre, Christophe Soumillon a pu se demander de combien de longueurs son cheval allait l'emporter; d'ailleurs il a pris facilement le meilleur sur Solemia peu après et puis il s'est rabattu vers la lice avant de raccourcir son action comme un cheval fatigué pour qui le terrain alourdi n'est vraiment pas un avantage. En revanche, Solemia, véritable "nageuse" n'a jamais lâché le morceau et la protégée de Carlos Laffon-Parias ( quelle forme en ce week-end !) est revenue au courage prendre une encolure au cheval nippon, sept longueurs séparant les deux premiers du troisième Masterstroke (Monsun) encore suivi par l'inattendue Haya Landa (Lando) et Yellow and Green (Monsun).

 
Grâce à cette performance de jockey très inspiré, Olivier Peslier a remporté son quatrième Prix de l'Arc de Triomphe après ceux de Hélissio, Peintre Célèbre et Sagamix (1996, 97 et 98) rejoignant ainsi au sommet du palmarès ses grands aînés Yves Saint-Martin et Freddy Head, titulaires eux aussi de quatre victoires. Décidément, les japonais vont croire au "signe indien" qui les poursuivrait à Longchamp mais on parle déjà de course "du siècle" dans les Champion Stakes de Newmarket, fin octobre où Orfèvre pourrait (à moins qu'il opte plus sérieusement pour la Japan Cup) de nouveau tenter sa chance mais cette fois face au crack britannique Frankel, toujours invaincu et face aussi à un autre champion français lauréat du Prix Dollar samedi mais privé d'Arc dimanche car hongre , l'inépuisable Cirrus des Aigles vainqueur de l'épreuve l'an dernier et qui tentera de défendre son titre...

 

=Cocorico=
En marge du Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, la réunion au sommet de Longchamp offrait plusieurs autres courses de groupe I de très haut niveau ouvertes aussi bien aux champions de deux ans, mâles ou femelles qu'aux sujets plus âgés sur des distances allant de 1.000 à 4.000 mètres.

 
Dans le Qatar Prix de l'Abbaye de Longchamp (1.000 mètres - 350.000 euros) le clan français a poussé un grand cocorico, la seule française au départ, Wizz Kid (Whipper) montée par Gérald Mossé et entraînée par Robert Collet à Chantilly ayant réussi à dominer une meute anglo-irlandaise de dix-sept concurrents. Véritable chasse gardée des visiteurs depuis des années cette épreuve s'est terminée dans un silence religieux, les sportsmen venus d'outre-Manche pour soutenir et éventuellement acclamer les leurs étant d'emblée victimes d'une éclipse de thunes... Dans le Critérium des Pouliches (1.600 mètres-300.000 euros), l'entraîneur cantilien Carlos Laffon-Parias présentait deux femelles de deux ans et elles ont réussi à former le jumelé gagnant Silasol (Monsun) et Topaze Blanche (Zamindar) se livrant une belle lutte finale devant Altérite (Literato).

 
Seule pouliche de deux ans en ligne dans le Prix Jean-Luc Lagardère (1.400 mètres - 350.000 euros) la cantilienne What a Name (MR Greely) n'a pu venir à bout de son contemporain, l'anglais Olympic Glory (Choisir) meilleur deux ans d'outre-Manche mais le jumelé a souri au Qatar, les deux premiers portant les couleurs de la famille Al Thani, sponsor de cette grande journée. 

 
Réservé aux femelles de trois ans et plus, le Prix de l'Opéra (2.000 mètres - 400.000 euros) a consacré une très bonne pouliche de trois ans, Ridasiyna (Motivator) entraînée à Chantilly par Mickel Delzangles. Montée par Christophe Lemaire vêtu de la casaque princière de S.A. l'Aga Khan, elle n'a fait qu'une bouchée de la favorite anglaise Izzi Top (Pivotal) âgée de quatre ans, la troisième place revenant à une autre quatre ans , Giofra (Dansili).

 
Par le passé, au soir de cette réunion de rêve, les Français étaient ravis lorsqu'ils terminaient à égalité au nombre de victoires avec les visiteurs mais hier ils pouvaient pavoiser ayant réalisé un score presque parfait , seules parmi les courses les plus importantes, les Prix Jean-Luc Lagardère et le Prix de l'Opéra enlevé en fin de réunion par Gordon Lord Byron (Byron) leur ayant échappé.

 
Jean-Noël Gontier

À lire également...

Réagissez