QATAR PRIX DE L'ARC DE TRIOMPHE : LE JAPON MISE SUR ORFEVRE... ET SOUMILLON

C. Soumillon et Orfevre à l'entraînement (Ph. Scoopdyga)

Dimanche 07 octobre - 18h10 | ma.thierry

QATAR PRIX DE L'ARC DE TRIOMPHE : LE JAPON MISE SUR ORFEVRE... ET SOUMILLON

Le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe qui se dispute ce dimanche à Longchamp (16 H 25) est le groupe I le plus prisé au monde, réunissant l'élite des pur sang d'âge et des trois ans sur la distance reine de 2.400 mètres avec une dotation globale de 4 millions d'euros, plus de la moitié de cette somme tombant dans l'escarcelle du vainqueur.


Bien que plusieurs candidats potentiels à la victoire aient tour à tour décliné la lutte, les Danedream (lauréate l'an dernier et consignée en Allemagne suite à une présomption d'épidémie), Valyra (prématurément disparue suite à un accident d'entraînement),  No Risk at All et Snow Fairy (tous deux victimes de problèmes mécaniques récemment) et enfin Nathaniel (fiévreux), la course continue de promettre avec la présence de l'élite mondiale disponible dont fait partie le Japonais Orfèvre.


Les Japonais n'ont jamais encore enlevé la grande épreuve française et ce n'est pas faute d'y avoir délégué quelques uns de leurs meilleurs chevaux, les El Condor Pasa, Nakayama Festa et autre Deep Impact qui finirent tous sur le podium mais jamais sur la plus haute marche. Le quatre ans Orfèvre (Stay Gold et Oriental Art) sera-t-il celui qui brisera la glace ? Pas impossible du tout car ce titulaire de cinq victoires de groupe I et d'un compte en banque de près de neuf millions d'euros fait partie de la crème de la crème des pur sang japonais qui au cours des quinze dernières années ont largement atteint le meilleur niveau mondial. Arrivé à Chantilly voici plusieurs semaines, Orfèvre entraîné par Yasutoshi Ikee a remporté sa course préparatoire à Longchamp, le Prix Foy au prix d'une belle accélération finale et pour cet nouvelle campagne européenne les Japonais ont modifié leur stratégie en choisissant de confier leur crack à un jockey européen et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit de Christophe Soumillon, multiple cravache d'or en France. Seul bémol à tout cela : le tirage au sort des places à la corde n'a vraiment pas été favorable au champion de Tokyo qui devra s'élancer tout à l'extérieur, de la stalle numéro 18 et ainsi voyager "nez au vent " durant la première partie du parcours. Mais avec Soumillon tout reste possible car ce jockey a parfois des traits de génie ... N'a-t-il pas déjà médusé tous les "pros" de l'obstacle en remportant en solitaire la Grande Course de Haies d'Auteuil, en selle sur un outsider installé en tête dès le départ, alors qu'il s'agissait de son premier parcours sur la Butte Mortemart ?


Tous les observateurs estiment que ce Prix de l'Arc de Triomphe est particulièrement ouvert et que nombre de chevaux peuvent prétendre au succès. Quels seront les principaux adversaires d'Orfèvre ? Sans doute l'Irlandais Camelot (Monsun et Tarfah) qui a remporté les 2.000 Guinées de Newmarket, le Derby d'Epsom et n'a échoué que dans le St Léger de Doncaster, laissant ainsi échapper la Triple Couronne, une distinction qui n'a plus été décernée depuis les victoires de Nijinsky voici plus de quarante ans ! Il sera confié cette fois au cracxk jockey Frankie Dettori.


Le favori de coeur des turfistes français sera sans aucun doute Saônois (Chichicastenango et Saônoise), un poulain de trois ans acheté... une bouchée de pain par son propriétaire, Pascal Treyve, un boulanger de la région lyonnaise et partagé avec son entraîneur du Centre Est, Jean-Pierre Gauvin. Véritable "Cendrillon" de l'épreuve, Saônois a remporté le Prix du Jockey Club au mois de juin en surprenant tout son monde monté par un quasi apprenti, Antoine Hamelin puis il a confirmé récemment dans le Prix Niel, course préparatoire à cet Arc 2012. Le dernier exploit de Saônois et de son entourage est d'avoir repoussé une offre mirobolante d'un propriétaire qatari qui aurait voulu le voir courir sous ses couleurs dimanche... Deuxième de cette même course l'an dernier alors qu'elle ne comptait pas parmi les favoris, la quatre ans Shareta (Sinndar et Shawara) vient de remporter avec aisance le Prix Vermeille ( groupe I) sur ce tracé et sera la plus en vue de la coalition des "Aga Khan" comprenant également deux bons trois ans : Bayrir (Medicean) et Kesampour (King's Best). 


Parmi les petits outsiders, on citera également la très bonne pouliche anglaise Great Heavens (Galileo) soeur cadette de Nathaniel, invaincue cette année et qui a été supplémentée jeudi dernier moyennant une somme rondelette ainsi que les deux représentants d'André Fabre (entraîneur de sept vainqueurs d'Arc à ce jour) Méandre (Slickly) et Masterstroke (Monsun)


Jean-Noël Gontier

À lire également...

Réagissez