LE JAPONAIS ORFEVRE CISELE SA FORME

Crédit Scoopdyga

Mardi 18 septembre - 16h47 | ElodieM

LE JAPONAIS ORFEVRE CISELE SA FORME

A trois semaines de son sommet de l'automne, Longchamp répétait ses gammes en vue du week-end du Prix de l'Arc de Triomphe, mais offrait aussi deux courses de groupe I, le Qatar Prix du Moulin de Longchamp, championnat des milers, et le Qatar Prix Vermeille réunissant les meilleures pouliches de trois ans. 


Course préparatoire au Prix de l'Arc de Triomphe, le Prix Foy (groupe II - 130.000 euros - 2.400 mètres) permettait de découvrir le champion japonais Orfèvre, considéré comme un crack au Pays du Soleil Levant où il est titulaire de cinq victoires de groupe I et de près de neuf millions d'euros de gains. De nombreux journalistes japonais avaient effectué le déplacement au Bois de Boulogne afin de relater la course du pensionnaire de Yatsutoshi Ikee confié à la cravache d'or française, Christophe Soumillon. Orfèvre (Stay Gold et Oriental Art) n'a pas déçu en battant d'une longueur son excellent contemporain, le quatre ans Méandre (Slickly et Penne), l'un des meilleurs cantiliens, et il est désormais certain que de très nombreux sportsmen japonais, convaincus par leurs media, programmeront un voyage à Paris pour assister à la grande course, le 7 octobre. Plusieurs fois sur le podium grâce à El Condor Pasa (1999), Deep Impact (2006) et Nakayama Festa (2010), les Japonais n'ont encore jamais décroché la timbale le premier dimanche d'octobre et ils fondent de sérieux espoirs sur Orfèvre tout comme son jockey Christophe Soumillon qui, à l'issue de l'épreuve, déclarait : "Orfèvre n'était qu'à 75% de ses moyens aujourd'hui et il découvrait Longchamp. Je suis confiant pour le futur. " 


Le Lyonnais Saônois confirme son Jockey-Club

Réservé aux trois ans, le Prix Niel (130.000 euros - 2.400 mètres) servait lui aussi de rentrée à l'élite des jeunes en vue de l'Arc. Certains observateurs avaient quelque peu minimisé le succès de Saônois (Chichicastenango et Saônoise) dans le Prix du Jockey Club de Chantilly en juin car ce pensionnaire du Lyonnais Jean-Pierre Gauvin, monté par le jeune Antoine Hamelin, n'avait guère convaincu lors de ses tentatives précédentes et ne s'était imposé que de justesse à 33/1 dans un Derby cantilien digne des courses de stock-car. Cette fois, Saônois a fait preuve de beaucoup de classe pour se rendre maître de Bayrir (Medicean) récent vainqueur d'un groupe I aux Etats-Unis et de Last Train , le deuxième d'Imperial Monarch dans le Grand Prix de Paris (Groupe I- 2.400 mètres). Longtemps à l'arrière-garde, ce petit poulain fort bien fait a produit une accélération dévastatrice dans les cent cinquante derniers mètres et convaincu les derniers sceptiques qu'il faudra compter avec lui dans trois semaines car il sera supplémenté pour l'Arc où il n'est pas encore engagé. 


Le Qatar Prix Vermeille (femelles 350.000 euros- 2.400 mètres), championnat d'automne des pouliches, constituait également un bon test en vue du 7 octobre et Shareta (Sinndar et Shawara) qui avait terminé deuxième de l'Allemande Danedream l'an dernier a montré qu'il faudrait encore compter avec elle cette année. Lauréate des Yorkshire Oaks, le 23 août, elle est encore montée en puissance et a cette fois triomphé aisément devant ¨Pirika (Monsun) et Solémia (Polyglote). Pouliche à grande action, la quatre ans Shareta possède beaucoup de classe mais il lui faut impérativement du bon terrain pour s'exprimer pleinement aussi son jockey Christophe Lemaire, premier jockey de l'écurie de S.A. l'Aga Khan n'a-t-il pas encore fixé son choix pour le jour J. 


Enfin, dans le Qatar Prix du Moulin de Longchamp (groupe I- 450.000 euros - 1.600 mètres) qui n'avait réuni que quatre partants (du jamais vu dans ce championnat d'automne des milers !) , deux fois "victime" du phénomène anglais Frankel, probablement le miler du siècle , Fahr (Pivotal et Gonbarda) a fait la course en tête mais il a été battu par une pouliche exceptionnelle, Moonlight Cloud (Invincible Spirit et Ventura) qui est parvenue à le déborder dans les derniers mètres. Il n'y a eu que deux chevaux en course mais on a surtout pu admirer le talent de deux grands jockeys, Thierry Jarnet et Frankie Dettori ; leur lutte fut splendide et longtemps indécise . Moonlight Cloud qui avait été fort malheureuse dans le Prix Jacques Le Marois à Deauville a rassuré son entraîneur Freddy Head qui va désormais tenter de lui faire suivre le même parcours que celui de sa championne Goldikova, aux U.S.A. dans le Breeder's Cup Mile. 


A Longchamp, Jean-Noël Gontier

À lire également...

Réagissez