Samedi 22 septembre - 21h57 | Daniel

LAURA KRAUT ET CEDRIC REMONTENT LE TEMPS

Au pays des horlogers, Laura Kraut a remonté le temps et affolé le chronomètre pour remporter ce soir la toute première étape suisse du Global Champions Tour. Tout sourire, l’Américaine  a prouvé que Cedric, médaillé d’or par équipes aux Jeux olympiques de Pékin, était encore bon et même parfait pour le service.


 
[Laura Kraut] n’avait plus été à pareille fête depuis la saison 2010, lors de laquelle elle avait remporté coup sur coup les Grands Prix de Chantilly et Valkenswaard, deux étapes du Global Champions Tour. Depuis, l’amazone américaine et son petit hongre Holsteiner ont accompli de bons Jeux équestres mondiaux sans glaner de médaille et ont surtout été boudés de la sélection américaine, qui n’a guère plus brillé que l’Allemagne et la France aux Jeux Olympiques de Londres, terminant sixième.
Ce soir à Lausanne, Laura Kraut et Cedric se sont en tout cas offert une superbe victoire avec à la clé une joie sincère, à la hauteur de leur performance, dans un Grand Prix en deux manches avec barrage à 1,60m qui réunissait pour la première fois de la saison les meilleurs chevaux et les meilleurs cavaliers du monde.
Des cracks à la pelle, des cavaliers soucieux de marquer des points pour assurer leur qualification pour la très lucrative finale d’Abu Dhabi, un public nombreux et très enthousiaste. Et trois parcours intelligents et harmonieux, imaginés par Rolf Lüdi. Tous les ingrédients étaient donc réunis pour un grand show dont le Global détient la recette.
La vista du chef de piste est remarquable puisque dix-sept couples concluent la première manche sans faute tandis que le dix-huitième appelé pour la seconde, le Danois [Andreas Schou], bien aidé par un très courageux [Uno s Safier], ne concède qu’un point de temps dépassé. Exception faite du champion olympique Steve Guerdat, auquel un vibrant hommage a été rendu dans l’après-midi, la plupart des favoris sont au rendez-vous, dont les Français [Penelope Leprevost] sur un [Mylord Carthago]*HN bien à son affaire et [Patrice Delaveau], époustouflant de justesse sur une [Ornella Mail]*HDC survoltée. Ce véritable numéro d’équilibriste vaut à l’Augeron de signer le meilleur temps et se placer idéalement pour la suite. Leurs coéquipiers connaissent moins de réussite. Son temps rapide ne suffit pas à [Kevin Staut], fautif avec [Silvana]*HDC sur l'entrée du double placé en fin de parcours. Un oxer puis la sortie du triple pénalisent [Philippe Rozier] et [Dakar C]. La découverte du très haut niveau est douloureuse pour [Quiness du Mezel] qui termine avec un total de vingt points sous la selle de [Simon Delestre] tandis qu'après deux fautes sur l'entrée et la sortie du triple, [Roger-Yves Bost] préfère en rester là avec une Castle Forbes [Myrtille Paulois] pourtant bien concentrée en début de parcours.

 
Les femmes prennent le pouvoir

 
La nuit tombée et la fraîche renforcent encore l’intensité dramatique de ce Grand Prix. Andreas Schou abandonne. L’Allemand [Ludger Beerbaum], victorieux de l’étape précédente de Valkenswaard, doit renoncer au barrage, son [Chaman] laissant traîner ses postérieurs à la sortie du triple. L’Italien [Emanuele Gaudiano] concède trois fautes sur le jeune [Cocochynsky], dont on devrait entendre reparler. Après une alerte sur le numéro deux, le Néerlandais [Marc Houtzager] et son cheval olympique [Sterrehof s Tamino] se promènent sur la suite du parcours et signent le premier double san-faute. Le numéro un mondial [Rolf Goran Bengtsson] l’imite sur un [Casall] La Silla absolument impeccable. Le premier lieutenant du "Kaiser", l’Allemand [Marco Kutscher], s’offre ensuite une sacrée frayeur lors d’une chute spectaculaire dans un oxer où il est désarçonné par [Cornet Obolensky]. Il se relève sans encombre.
Beaucoup plus tranquille, la Portugaise [Luciana Diniz] réitère son sans-faute sur [Lennox]. En véritable métronome, [Edwina Alexander] profite d’un [Itot du Chateau] frais comme un gardon pour s’inviter au barrage. Pénélope Leprévost entend bien s’en inspirer mais, peut-être par un léger manque de train, Mylord accroche l’entrée du triple avant de bénéficier d’un gros sursis la sortie. La Normande accélère pour terminer à une bonne huitième place qui fait d’elle la meilleure française au classement général du GCT… au vingt-et-unième rang.
Le Belge [Gregory Wathelet] ne retrouve pas un [Destiny van het Dennehof] aussi fringant qu’en première manche et accuse trois fautes. [Philipp Weishaupt] mérite sa place en finale mais une légère erreur de [Monte Bellini] sur l’entrée du double lui en barre la route. Sur un Cedric des grands soirs, courageux et bondissant, Laura Kraut n’a aucun mal à boucler un second clear round.
Le Brésilien [Rodrigo Pessoa] s’arrête à ce stade après une faute et un refus de HH [Ashley]. Comme à Chantilly fin juillet, [Luca Moneta] échoue là avec deux fautes malgré les belles dispositions de son Selle Français [Neptune de Brecourt]. [Christian Ahlmann] et [Codex One] font quant à eux chuter l’entrée du triple.
Le Britannique [Nick Skelton] s’offre ensuite une nouvelle promenade de santé sur son crack [Big Star]. Très rapide, le Néerlandais [Harrie Smolders] doit déplorer une faute bête de sa [Regina Z] à nouveau sur l’oxer numéro deux. Comme à Cannes en 2011, où elle était parfaitement placée, Ornella Mail*HDC, à force de s’éparpiller et de déployer tant d’énergie, finit par s’épuiser. Une fois de plus, Patrice Delaveau donne tout ce qu’il a pour canaliser sa fille de Lando mais ne peut empêcher deux fautes qui le relèguent à la treizième place.
Le barrage réunit trois hommes et trois femmes. Cette guerre des sexes tourne à l’avantage des amazones. Marc Houtzager faute sur le dernier oxer. Dans la foulée, Rolf-Göran Bengtsson assure le premier triple sans-faute dans un très bon train et avec la qualité de trajectoire qu’on lui connaît. Le grand soir de Luciana Diniz n’est pas encore venu. Lennox accroche en effet le numéro deux. Edwina Tops tente le tout pour le tout mais aborde d’un tout petit loin l’entrée du double. Itot retombe un peu sur l’oxer mais file tout de même s’offrir une belle troisième place. Laura Kraut relève le défi, part au triple galop et franchit le double au cordeau. Au terme d’une dernière ligne droite superbe, elle affole le chrono. Le devoir accompli, elle tourne son regard vers son compagnon Nick Skelton. On pense le Britannique capable d’aller encore plus vite. Elle aussi. Mais Big Star faute à son tour sur le numéro deux et permet à l’Américaine de remonter le temps et d’exulter sur un podium qui lui avait sans doute un peu manqué.

 
Sébastien Roullier

 
 
Le classement
1. Laura Kraut (U-U) & Cedric 0/0/0 42’’53
2. Rolf-Göran Bengtsson (SUE) & Casall La Silla 0/0/0 45’’37
3. Edwina Tops-Alexander (AUS) & Cevo Itot du Château 0/0/4 44’’21
4. Luciana Diniz (POR) & Lennox 0/0/4 46’’52
5. Marc Houtzager (P-B) & Sterrehof's Tamino 0/0/4 46’’53
6. Nick Skelton (G-B) & Big Star 0/0/4 47’’02
7. Harrie Smolders (P-B) & Regina Z 0/4 64’’25
8. Pénélope Leprévost (FRA) & Mylord Carthago*HN & 65’’
13. Patrice Delaveau (FRA) & Ornella Mail*HDC 0/8 63’’81
20. Kevin Staut (FRA) & Silvana HDC 4 69’’20
43. Simon Delestre (FRA) & Quiness du Mezel  20 73’’25
44. Roger-Yves Bost (GFRA) & Castle Forbes Myrtille Paulois abandon

 
 
Le classement du Global Champions Tour
1. Edwina Tops Alexander (AUS) 196 pts
2. Rolf-Göran Bengtsson (SUE) 191 pts
3. Christian Ahlmann (ALL) 174 pts
4. Denis Lynch (IRL) 151 pts
5. Michael Whitaker (G-B) 149 pts
21. Pénélope Leprévost (FRA) 83 pts
24. Kevin Staut (FRA) 78 pts
28. Simon Delestre (FRA) 75 pts
29. Roger-Yves Bost (FRA) 72 pts
36. Olivier Guillon (FRA) 63 pts
41 Philippe Rozier (FRA) 52 pts
42. Jérôme Hurel (FRA) 51 pts
44. Patrice Delaveau (FRA) 48 pts
52. Julien Epaillard (FRA) 32,5 pts
72. Michel Robert (FRA) 19 pts

À lire également...

Réagissez