Lundi 17 septembre - 10h28 | lbernardini

« UN NOUVEAU DEPART A ECAUSSINNES », IGOR KAWIAK

Après avoir porté la veste bleue de la France au plus haut niveau chez les Jeunes Cavaliers, [Igor Kawiak] a fait le choix de prendre la nationalité polonaise, les couleurs de ses origines, début 2012. Un choix qui s’est révélé payant vu les derniers résultats du jeune homme de vingt-trois ans. Ses performances n’ont pas échappé à l’œil avisé de Christophe Ameeuw, propriétaire des écuries d’Écaussinnes, en Belgique. Igor Kawiak confie aujourd’hui à GrandPrix-replay.com son départ des écuries Rozier à Bois-le-Roi pour rejoindre la Wallonie.

 
GrandPrix-replay.com : Vous avez pris la nationalité polonaise en début d’année. A mi-saison, quel bilan tirez-vous de vos premiers concours sous vos nouvelles couleurs et surtout de votre première Coupe des nations avec l’équipe polonaise, à Bratislava ?
Igor Kawiak : Je suis vraiment très fier d’avoir changé de nationalité, pour mon père mais aussi pour la Pologne qui m’a très bien accueilli. De mon côté, en solo, je ne rencontre aucun problème. Je peux vraiment aller sur les compétitions que je veux. Les résultats s’avèrent plutôt satisfaisants également. A La Baule, Bourg-en-Bresse et à Fontainebleau, mon cheval [Neuf Decoeur Tardonne] a vraiment bien sauté. A Brastislava, tout s’est super bien passé avec l’équipe, ils sont tous vraiment très sympas. Nous avons terminé septièmes avec une accumulation de petites fautes qui auraient peut-être pu être évitées et un cavalier qui fait un gros score mais, pour une première Coupe, ce n’est pas si mal. Moi, je fais un premier tour sans-faute puis malheureusement huit points dans la seconde manche mais mon cheval s’est très bien comporté. Cela m’a aussi permis de retrouver cette ambiance de championnats d’Europe et de Coupe des nations que j’avais connue en Jeune Cavalier. Cela faisait longtemps que je n’en avais pas fait et je me suis donc remis dans le bain. Enfin, je suis très content de faire partie de cette équipe polonaise qui, j’en suis sûr, va s’agrandir avec plein de bons cavaliers et chevaux.

 
GrandPrix-replay.com : Vous avez emménagé lundi aux écuries d’Ecaussinnes, en Belgique. Comment s’est décidé ce changement ?
Igor Kawiak : Cela faisait quelque temps que je cherchais un poste de cavalier pour soulager un petit peu ma mère, financièrement. J’ai pensé qu’il était temps que je prenne mon envol et que je m’occupe seul de ma carrière. Je connais Christophe Ameeuw depuis longtemps car je lui ai acheté plusieurs chevaux et nous parlions, depuis plusieurs années, d’établir un partenariat ensemble. Il savait que j’étais à la recherche d’une écurie et lui recherchait justement un cavalier donc les choses se sont faites assez rapidement et simplement. Je suis très content d’être là. C’est un nouveau départ pour moi car je n’ai jamais travaillé pour quelqu’un, j’ai toujours été indépendant. Je vais essayer d’apprendre un maximum des gens qui m’entourent ici pour aller le plus haut possible.

 
GrandPrix-replay.com : Remplacez-vous Kevin Staut poste pour poste ? Quel est votre statut ? Quels chevaux vont vous être confiés ?
Igor Kawiak : Non, il n’est pas du tout question de remplacer Kevin Staut qui est d’ailleurs indépendant par rapport à Christophe Ameeuw. Il monte en effet des chevaux pour les écuries d’Ecaussinnes mais cela n’a rien à voir avec le poste que j’ai aujourd’hui. Je suis venu avec mes quatre chevaux  et il est prévu qu’on me confie également quatre ou cinq chevaux ici. Je vais d’abord récupérer Prestige de Lannay, un très bon cheval auparavant monté par [Jos Lansink] et qui a déjà couru des Global Champions Tour. Il est aussi question d’un cheval de neuf ans, Qashmir van Weestuur, par Toulon, qui a déjà fait des épreuves à 1,60m. Cela me fait donc déjà deux chevaux de Grand Prix auxquels s’ajoutent deux jeunes chevaux de sept ans. C’est un bon départ. Christophe s’appuie pas mal sur moi donc il va vraiment falloir que j’assure. Et je suis prêt à relever le défi sans problème !

 
GrandPrix-replay.com : Neuf Decoeur Tardonne, Centino du Ry, Noah de Bacon et F Olympic MH sont donc de l’aventure ?
Igor Kawiak : Oui, tout à fait. Ces quatre chevaux représentent vraiment un bon piquet et je ne me voyais pas être obligé de les vendre précipitamment avant mon départ. Ainsi, d’un commun accord, nous avons imaginé un partenariat avec Christophe afin que je puisse garder mes chevaux. Désormais, je vais donc avoir deux piquets : l’un à moi et l’autre à Christophe. Il n’est pas question que je privilégie l’un au détriment de l’autre. Je vais essayer de faire en fonction des concours mais également du niveau et de la santé de chacun. J’emmènerai les meilleurs pour les plus grosses échéances et je ferai en sorte que tous puissent faire bien le plus longtemps possible.

 
GrandPrix-replay.com : Quel va être votre programme pour les semaines à venir ?

Igor Kawiak : La semaine prochaine, je part à Villeneuve-sur-Lot pour un CSI 3* afin de préparer Barcelone où nous disputerons la finale de Coupe des nations (Promotional League, ndlr) avec la Polgone. Fin octobre, nous irons au CSIW 5* de Lyon pour lequel je pense me préparer sur la tournée marocaine, une bonne tournée. Sinon, ce sera Saint-Lô et Caen, de beaux concours. J’espère vraiment pouvoir faire Lyon puis enchaîner sur les Gucci Masters à Paris ou encore Bruxelles.  


Propos recueillis par Lola Bernardini

À lire également...

Réagissez