CIR SAINT-LO : LES DEMOISELLES DE LA POMME, DES IBIS ET DU LESME AUX HONNEURS

Geneviève Megret entourée de Sultane des Ibis et Sparkling Diamond Gem (Ph. Jennifer Decamp)

Jeudi 09 août - 20h08 | ElodieM

CIR SAINT-LO : LES DEMOISELLES DE LA POMME, DES IBIS ET DU LESME AUX HONNEURS

Le Centre de promotion de l’élevage de Saint-Lô a ouvert cette semaine les festivités des CIR (championnat inter régionaux) pour les jeunes chevaux âgés de cinq à sept ans. Cette finale régionale, avant celle nationale de la Grande Semaine de l’élevage de Fontainebleau, a une particularité en Basse-Normandie car elle est la seule à se courir sur deux concours différents, les quatre ans ayant déjà couru leur finale à Auvers fin juillet. Le champion du CIR des quatre ans est sans surprise Urlevent du Barry. Il appartient à l’éleveur des Brekka, Pierre Le Boulanger. Déjà très en vue à trois ans, ce fils d’Hurlevent de Brekka avait été sacré cet automne vice-champion de France des trois ans mâles lors des JSF de Saint-Lô.


 
 
Tallyne de la Pomme championne du CIR des cinq ans
Chez les cinq ans, c’est l’élevage de la Pomme du Belge Geert Baertsoen, installé dans le Calvados, qui s’illustre dans cette catégorie. Achetée foal par le Haras des Coudrettes, Tallyne de la Pomme (Parco-For Pleasure) était montée par la cavalière du haras, Julie Gadal. « Nous sommes très complices toutes les deux. Elle a une énergie sur la barre fantastique. Elle doit être la plus riche de sa génération avec 19/20 parcours sans-faute. Elle est parfaite, elle n’a jamais touché une barre, elle a juste calé une seule fois à trois foulées d’une combinaison. Elle fera les six ans l’an prochain et vu ses supers origines (souche de Fragance de Chalus et propre sœur de Tel Star de la Pomme), le Haras des Coudrettes va la conserver. Emmanuèle Perron Pette l’a achetée sous la mère alors qu’elle n’avait que deux semaines. Elle avait flashé sur cette petite pouliche. A trois ans, elle est sixième des pouliches à Equita’Lyon et l’an dernier, elle est classée excellente du championnat des quatre ans ». Derrière Tallyne de la Pomme, on retrouve Toscan de Sèves (Gentleman IV-Narcos II) sous la selle d’Alban Notteau, appartenant toujours à son naisseur Marcel Maunoury. La troisième place revient à Thara du Ru (Argentinus-Quat’Sous HN) monté par Guillaume Blin Lebreton et appartenant à son naisseur, la SARL Uranie.

 
 
Sultane des Ibis championne des six ans
Chez les six ans, c’est le récent achat du Haras de Clarbec qui s’impose devant plus de quatre vingt dix engagés. La bondissante Sultane des Ibis (Quidam de Revel-Elan de la Cour*HN) née dans les Yvelines chez la famille Djindjian était montée par François-Xavier Boudant qui prend aussi la troisième place avec Sparkling Diamond Gem (Diamant de Semilly-Feggar Mail), un pur produit né chez Geneviève Mégret. « La mère de ce hongre est ma jument de concours et sa grand-mère maternelle est la propre sœur d’Hidalgo du Riou », affirme Geneviève Mégret qui est ravie aussi des bons résultats de son étalon Chacco Rouge (Chacco Blue-Papillon Rouge) dans lequel elle croit beaucoup. « Troisième à Fontainebleau à quatre ans et victorieux à Equita’Lyon, je l’ai acheté en début de saison de cinq ans. Il est en tête des gains et a cette année 19/20  parcours sans-faute. C’est un vrai cheval d’avenir », ajoute-t-elle. Concernant son cavalier François-Xavier Boudant, il est ravi de tous ces bons classements : « C’est un super bon lot de chevaux à monter. Sultane est très différente des deux autres, c’est une petite princesse, une demoiselle, alors que Sparkling est un bon petit soldat qui répond toujours présent. La preuve, il est régulier alors qu’il n’a pas beaucoup d’expérience. Cela fait deux mois que je monte Sultane, c’est une petite balle qui est super rapide, elle a beaucoup d’envergure et de poussée ». A la deuxième place, on retrouve Sacrée du Rouet (Eclair des Bois-Rebel Z) montée par Rudy Cock. « Les parcours montés par Jean-Paul Lepetit ont été très agréables à monter. Cette jument a été vendue à trois ans à des amis de Yannick Fardin. C’est une très bonne jument de Vitesse », commente le cavalier. A la quatrième place, on retrouve le Breton Thomas Rousseau, récemment installé lui aussi dans le Calvados. Il était en selle sur Saphira de Savigny (Kalaska de Semilly), une jument que montait cette saison Franck Schillewaert mais qu’il ne pouvait pas présenter en raison de problèmes au dos.

 
 
Rapsodie du Lesme championne des sept ans
Concernant les sept ans, c’est l’élevage de Coligny qui s’impose devant un panel de très bons chevaux. Avec treize sans-faute sur trente-sept partants lors de la première étape, le barrage s’est vite couru. Très fautif, il faudra attendre longtemps pour voir enfin un double sans-faute grâce à Rapsodie du Lesme. A tout juste vingt-et-un ans, Geoffroy de Coligny aura devancé ses aînés. « Cette fille d’Allegreto a beaucoup de sang et de caractère comme son père. Elle a été Excellente à quatre ans, finaliste à cinq ans et a fait la Grande finale à six ans. Sa mère, Fiesta du Lesme par Muguet du Manoir, nous a toujours sorti de très bons produits comme Oscar du Lesme qui tournait sur les 1,40m. Mon seul problème avec Rapsodie reste le contrôle. J’ai vraiment la chance cette saison de monter beaucoup de bons chevaux. J’en ai vingt-cinq à monter en concours », explique Geoffroy qui était aussi quatrième du CIR avec Traviata du Lesme (Mylord Carthago*HN) et sortira aussi dans les sept ans à Fontainebleau Raymondo du Plessis appartenant à son naisseur Michel Volkaert. La deuxième marche du podium est occupée par Rosière du Rozel (Kannan et Rosière du Rozel par Elf III) présentée par son naisseur Guillaume Blin Lebreton qui l’a vendue à son grand-père afin de garder la souche. « J’ai fait mes premiers Grands Prix avec sa mère qui porte le même nom qu’elle. Il s’agit de la souche basse de Palestro », explique le cavalier. Le podium des sept ans est complété par Qualifying de Hus (Quantum-Alcatraz) appartenant à Bruno Rocuet et monté par Regis Bouguennec, le couple réalise le meilleur chrono mais fait une faute au barrage.  

 
 
 
Jennifer Decamp

À lire également...

Réagissez