Vendredi 03 août - 18h44 | ElodieM

LA GRANDE-BRETAGNE DEJA EN TETE

Alors que la première partie du Grand Prix, support du classement par équipe, débutait ce matin à 11h, la Grande-Bretagne, grande favorite pour décrocher son premier titre olympique, a déjà pris une légère avance sur ses nations concurrentes.


En piste dès le premier groupe de la journée, [Carl Hester] était évidemment très attendu dans le stade de Greenwich Park avec son phénoménal [Uthopia]. Pourtant, le couple vice-champion d’Europe 2011 dans le Spécial et la Libre et champion d’Europe par équipe n’aura pas beaucoup foulé les terrains de compétitions cette saison. Moins percutant que l’année dernière, Uthopia déroule malgré tout une bonne reprise toujours agrémentée de magnifiques développements au trot. Néanmoins, une faute à la fin du galop allongé coutera cher au couple britannique qui sort tout de même avec une moyenne de 77,720%, qui lui permettra de tenir la tête de ce premier jour jusqu’à la fin. Dans ce premier groupe du matin, nous pouvions noter la présence du cavalier marocain, Yassine Rahmouni en selle sur l’ancienne monture olympique du Suédois Patrik Kittel, [Floresco]. Pour sa première olympiade, le cavalier qui s’entraine aux Pays-Bas s’en sort avec une moyenne de 64,453%.

 
Les choses auront été plus compliquées pour la cavalière allemande [Anabel Balkenhol] présente en individuel avec [Dablino]. Très nerveux par l’atmosphère qui se dégage de la piste, le cheval ne permettra pas à sa cavalière d’obtenir plus de 70,973%.
Quatre équipes voyaient deux de leurs trois couples prendre le départ aujourd’hui et c’est donc logiquement la Grande-Bretagne qui prend le leadership de la compétition après le passage de [Laura Bechtolsheimer] et [Mistral Hojris]. Comme souvent, Laura aura dû composer avec un Mistral Hojris assez fort, demandant même au public de ne pas applaudir à son entrée sur le carré. Avec une faute sur la fin du galop allongé comme Carl Hester, et une autre dans la ligne de temps, le couple sort de piste avec une note de 76,839% qui laissera un peu Laura sur sa fin. « C’est un sentiment incroyable de monter sur cette piste et devant une telle foule, je me suis sentie très soutenue aujourd’hui », commentait la cavalière avant d’ajouter « Mistral était un peu fort mais je suis quand même parvenue à le tenir concentré et à le garder avec moi. Je suis un peu déçue de ma note car elle ne reflète pas ce que j’ai ressenti pendant mon test. J’aurais aimé pouvoir prendre plus d’avance pour l’équipe car demain des couples très forts vont prendre le départ et il ne nous reste plus qu’à attendre ». En effet, l’Allemagne n’aura vu qu’un seul couple entrer dans l’arène aujourd’hui mais avec une troisième place individuelle provisoire de [Dorothee Schneider] et Diva Royal (76,277%), le doute plane toujours quant à l’équipe qui montera sur la plus haute marche du podium à l’issue du Spécial mardi prochain. Avec aussi deux couples dans le Grand Prix d’aujourd’hui, [Anne van Olst] avec [Clearwater] et [Anna Kasprzak] avec [Donnperignon], le Danemark prend la deuxième place provisoire devant l’Espagne. Du côté des espagnols justement, le public aura pu apprécier la belle reprise de la cadette de la compétition, [Morgan Barbancon-Mestres] en selle sur son élégant [Painted Black]. Malgré plusieurs fautes comme un changement de pied en deux temps entre les deux pirouettes et une transition au passage difficile après le travail au pas, le couple sort de piste avec une moyenne de 72,751% et prend la sixième place individuelle au provisoire, juste derrière son mentor [Anky van Grunsven]. Avec un seul couple au départ de ce jeudi, les Pays-Bas prennent pour le moment la sixième place par équipe derrière l’Allemagne.

 
La suite du Grand Prix débutera donc demain, vendredi, à 11h avec l’Américaine [Tina Konyot] avec Calecto V, tandis que [Jessica Michel] et [Riwera] de Hus entreront en piste à 11h45 heure locale. Si les notes sont restées plutôt basses pour ce premier groupe, demain verra à n'en pas douter les scores grimper.

 
A Greenwich Park, Londres, Elodie Muller
 

À lire également...

Réagissez